En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Anonymous : victoire par KO !
 

Pour un mot de travers, des sites peuvent se retrouver par terre

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

13 opinions
  • nems57
    nems57     

    on ne parle pas de ce que l'on ne connais pas! jaloux

  • NixX
    NixX     

    mdrla blague ! Test juste jaloux. ..

  • BzK
    BzK     

    le probème c'est que pour 10000 requete il y a 10000 sources ;) c'est un peu le principe de l'attaque par DDOS via anon

  • superstar de l'interweb de mewde
    superstar de l'interweb de mewde     

    vous me faites rire !

    les anonymous ne sont pde des amateurs ah bon ? Mort de rire c'est bel et bien des amateurs ! les pires lamers qu'on puisse trouver

  • iuhsdiufhdsiuhf
    iuhsdiufhdsiuhf     

    beaucoup de blabla pour ne rien dire.

    NOOB.

  • Jay13mhsc
    Jay13mhsc     

    l'IP Spoofing, ça existe...

  • m-rtin
    m-rtin     

    Je crois qu'il y a méconnaissance du sujet : si l'attaque ne provient que d'une unique source, on ne peut plus parler de DDoS (où le premier « D » signifie « Distributed », donc provenant de plusieurs sources), mais de DoS, beaucoup plus facile à couper.

    Les attaques DDoS efficaces ne proviennent pas de une, deux ou mille sources, mais de dizaines de milliers de sources, à l'apparence légitime, de sorte qu'il est difficile de les démêler des requêtes légitimes pour lesquelles le service a été mis en place et ouvert en premier lieu.

    En outre, il faudrait, pour bloquer la ou les sources, voir d'où elles proviennent. Or, l'une des techniques employées dans ce domaine est de contourner les mécanismes de journalisation des serveurs non spécifiquement protégés contre ces attaques. Il devient alors particulièrement difficile de couper les sources, n'ayant pas les moyens techniques de les identifier.

    Les solutions de protection existent, mais elles représentent des contraintes et des coûts en hausse.

    Enfin, rappelons que n'importe quel commerce physique peut subir une même attaque : si mille personnes se mettent d'accord pour squatter une boulangerie, elle n'aura aucun moyen efficace pour s'en protéger, même en faisant appel aux services de l'ordre, très rapidement dépassés hors situations de maintien de l'ordre ordinaires. Et puis, pourquoi diable le ferait-elle, la boulangerie ? La quasi-totalité du temps, elle n'a rien à craindre de ce type d'attaques, pour le moins exceptionnelles (mais qui ont déjà eu lieu, sous une forme ou une autre).

    Quoi qu'il en soit, les Anonymous, ou d'autres groupuscules plus ou moins condamnables, nous rappellent l'évidence : il n'existe pas de sécurité absolue. Si la porte est inviolable, il reste la fenêtre. Si celle-ci est inviolable à son tour, on peut toujours défoncer le mur. Si là encore, c'est voué à l'échec, il reste le sol, le plafond, et j'en passe. Toutes les mesures de protection réduisent forcément l'intérêt même du lieu protégé, le rendant moins efficace pour son usage légitime...

  • demnkill
    demnkill     

    tu crois vraiment qu'ils envoyent leur requete depuis la meme source?
    ce ne sont pas des amateur ne les sous estime pas.

  • neeko21
    neeko21     

    Il y a des mécanismes pour empêcher les DDoS ... genre refuser de traiter les 10 000 requêtes provenant d'une même source.

  • Blackhatfrance
    Blackhatfrance     

    Il existe des protections contre le ddos comme il existe des protections contre le bruteforce :)

Lire la suite des opinions (13)

Votre réponse
Postez un commentaire