En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Atos Origin pousse ses intercontrats à passer au temps partiel

Atos Origin pousse ses intercontrats à passer au temps partiel
 

Alors que le chômage partiel n'est pas encore étendu aux SSII, Atos Origin étudierait une autre piste pour réduire les périodes entre deux missions : le passage aux 4/5es.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • fopalinviter
    fopalinviter     

    Moi je voudrait tirer mon chapeau à atos...car arriver à se pleindre d'avoir des intercontrats alors qu'ils embauchent des prestataires exterieur sur plusieur de leur mission...et pourquoi ca ??? et bien tout simplement parce qu'ils sont plus flexible et parce que la pression marche beaucoup plus sur eux (qui sont souvent payé une misère)...combien de fois j'ai entendu un presta dire, je suis obligé de venir travailler demain sinon ils vont pas renouveller mon contrat...et oui c'est ca aussi atos...Voila donc messieurs les hauts gradés d'Atos...si vous voulez gagner un petit peu plus d'argent...virez un peu de vos managers incompetents (DM) qui sont en emploie fictif...je sais pas si c'est vous qui avez inventé le terme de delivery manager (DM)...mais je pense que payer une personne juste pour qu'ils redélivrent sont travail...n'est pas la meilleur chose a faire ;)

  • ATOS TPI
    ATOS TPI     

    Wecena : Excellente proposition et belle conclusion.

  • Wecena
    Wecena     

    Proposer du temps partiel pour alléger le coût de l'inter-contrat, est-ce vraiment une solution durable ou une évolution douce vers une sorte d'interim de luxe ?

    De toute manière, avec ou sans temps partiel, le client verra quand-même le trou que l'intercontrat creuse dans le CV du consultant. On se contente d'atténuer la perte de valeur et de limiter la casse plutôt que d'essayer de créer de la valeur à partir de l'intercontrat.

    Et si, plutôt que de recourir à de tels artifices, les consultants/ingénieurs étaient invités à donner le meilleur d'eux-même sur des missions gratuites auprès d'associations d'intérêt général (mécénat de compétences) ?

    Les entreprises ont tout à y gagner :

    - le CV reste "au top" et ne se dégrade pas avec le temps car le consultant est 100% actif,

    - c'est quand-même plus sympa et plus porteur de sens de se rendre utile dans le secteur de la lutte contre la pauvreté, du handicap ou de l'éducation que de tourner en rond au siège, même à temps partiel,

    - ça mettrait du concret dans les discours "développement durable" et les rapports annnuels,

    - quand la crise prendra fin, quelles seront les boîtes les plus attractives pour les futurs recrues ? celles qui font du temps partiel pendant l'intercontrat ou celles qui se sont montrées solidaires et intelligentes même pendant la crise ?

    Bref, avec une solution mécénat sur inter-contrat, tout le monde a à y gagner. La même chose n'est pas sure avec du temps partiel.

    --
    Jean Millerat
    Wecena, le mécénat sur intercontrats
    http://www.wecena.com/apropos

  • SSIIjavaissu
    SSIIjavaissu     

    Cette opération reflète bien la tendance actuelle qui est de faire des économies de bouts de chandelles à droite , à gauche pour au final espérer une amélioration substancielle de la marge et rassurer les actionnaires. Si les SSII n'assurent plus une continuite de rémunération pleine lors des périodes d'interchantier (attention il y a des professionnels de l'intersChantier qui sont des boulets pour l'entreprise mais ce sont des cas isolés ..) elles mériteraient que tous les ingénieurs informatiques s'organisent en pools de compétences constitués d'indépendants, directement en visibilité avec les clients finaux => Les SSII n'auront plus que des ressources offshorisées à proposer à leurs clients ! (Et faire travailler des ressources offshore est une pure partie de plaisir n'est-ce pas? (aspects qualité, délais, regressions, compréhension du besoin etc ...)

Votre réponse
Postez un commentaire