En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Des privatisations partielles pour financer le plan "Très haut débit"

Des privatisations partielles pour financer le plan
 

Des privatisations partielles d'entreprises publiques pourraient contribuer au financement du plan gouvernemental très haut débit dont le terme est en 2022.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • V1nce
    V1nce     

    c'est pas tellement la techno qui coûte cher c'est les opérations de travaux publics.
    D'autant plus quand elles sont faites en dépit du bon sens (On bloque une rue pendant plusieurs mois pour des travaux de voirie et on n'en profite pas pour poser de la fibre)

  • CharlesPetit
    CharlesPetit     

    Si c'est les Français qui financent les réseaux très haut débit, par la vente de biens publics, il va falloir prendre une participation aux bénéfices, autrement dit récupérer gratuitement des actions des groupes télécoms privés... Bein, quoi il n'y a aucune raison que la France finance les futurs bénéfices de sociétés privées sans aucune contrepartie.

  • KingKong75
    KingKong75     

    En 2022 quand on aura du très haut débit (pour 20 milliards d'euros), les autres seront en ultra haut débit pour moitié moins cher. Cherchez l'erreur...

  • KingKong75
    KingKong75     

    20 milliards euros pour avoir le très haut débit pour toute la France ? Y a un qui est entrain de se faire avoir...

    Peut etre qu'il faut 20 milliards aujourd'hui (si tout se construit en 2013). Or il faut voir cela sur le temps. D'ici 2020, les techno seront tellement avancées (on double le débit tous les 2 ans, d'ici là ils sortiront du utra haut débit) que le très haut débit ne coutera pas grand chose.
    Y a un qui est entrain de se faire berner à l'envers et à l'endroit.

Votre réponse
Postez un commentaire