En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Etre licencié dans la Silicon Valley, simple comme un coup de fil

Etre licencié dans la Silicon Valley, simple comme un coup de fil
 

Un Français exilé dans la baie de San Francisco raconte sur son blog comment il a été viré à distance, par téléphone et coursier interposés. Un témoignage révélateur des moeurs décapantes actuellement en vigueur dans la « vallée ».

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • a1c
    a1c     

    @larbonnix : Tu appliques une logique française à un problème américain. Tu suggères que le licenciement est justifié soit par la compétence du salarié, soit par les "obligations sociales inflexibles" de l'entreprise. Tu ignores clairement comment fonctionnent les grosses boîtes américaines, notamment celles cotées en bourse. Alors même que beaucoup d'entre elles font des gros profits, elles utilisent les circonstances économiques actuelles comme excuse pour licencier. Pourquoi ? Parce qu'il ne suffit plus de faire un profit chaque trimestre, il faut en plus dépasser les prévisions des analystes, au risque de voir le cours de l'action baisser. La conséquence ? Des salariés compétents et travailleurs sont licenciés alors même qu'ils ont contribué au succès de l'entreprise, le moral des salariés restants baisse, la productivité et l'innovation diminuent, et le destin de l'entreprise au long terme est sacrifié au profit des résultats boursiers à court terme.

  • larbonnix
    larbonnix     

    cette facon de gérer les employé peut vous paraître mesquin , mais elle a aussi le merite de remtre en cause sans arret le niveau proffessionel de chacun. vous allez me dire que cest dégueu? certe pour le branleur de base qui tire sur tout et qui en fou le moins possible ( esprit tres francais...) . savoir que l'on peut etre du jour au lendemain sans taf fait que le systeme pro au etats unis reste tres dynamique. dans l'autre sens, une protection sociale a tout va a la mode france fait naitre des fainéants qui suce tout... sans oublié que de ce fait, nos employeurs francais , sachant éperduement ce type de comportement, engage de moins en moins de moyens sur un individu. il n'est pas rare en effet que apres 20 ans de boite vous vous trouvez au chomage, n'est ce pas ? pourquoi? parceuq el marge de maneuvre de l'employeur est dicté par des obligations sociales inflexibles...

  • ecir
    ecir     

    Ce que décrit ce français est typique dans de nombreux pays. Il vous suffit de regarder W9, l'émission cauchemar en cuisine, c'était le cas dimanche dernier.

    Pas besoin d'aller très loin: Espagne, UK.

    Et ne croyez pas que cela motive plus les gens à être productif. Pour etre allé aux USA, à plusieurs reprises, ils font actes de présence, pas de forcément de productivité.

    Notre système social coute cher, mais il a le mérite de protéger les personnes les plus fragiles de notre système, et de compenser les coups de l'activité économique. Et de donner une possibilité de rebondir.
    Il est regrettable que nous ne puissions pas le protéger mieux, en agissant en bons pères de famille en entreprise, avec l'aide des syndicats.

    Et c'est une chef d'entreprise qui parle.

  • adlatus
    adlatus     

    Quelle belle opportunité de devenir entrepreneur sur le bûcher d'une communauté d'intérêt "burned phoenix" (à constituer)

  • Papat3
    Papat3     

    Ca montre que la protection sociale a quand même du bon, même si à l'excès sa sombre dans le glandage de la fonction publique.

Votre réponse
Postez un commentaire