En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Flash, HTML5, Silverlight... : le guide pour RIA mieux choisir (2/6) - Silverlight [MAJ]

Flash, HTML5, Silverlight... : le guide pour RIA mieux choisir (2/6) - Silverlight [MAJ]
 

Quelle technologie choisir pour ses développements web ? Au-delà des discours marketing et politiques, le choix d'une technologie web devra être guidé par les usages. Aujourd'hui, la technologie Silverlight.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • V1nce
    V1nce     

    > L'utilisation de Javascript a été conservée dans HTML5. On ne peut pas prétendre que ce langage est puissant

    et quand silverlight n'était scriptable que par js il n'était pas puissant non plus mais cela ne posait pas de problème ?

    > obligation d'utiliser des variables globales dans la plupart des cas

    euh à moins de programmer comme un bourrin les variables globales restent très limitées quand même

    > POO limitée, exécution par script plus lente que celle d'un langage compilé.

    Peut-on dire que le c# est compilé ? Il est effectivement compilé en code natif par le JIT mais uniquement lors de l'exécution

    > - L'implémentation de HTML5 est laissée au gré du bon travail des concepteurs des navigateurs Internet. On a vu ce que ça a donné pour HTM4 : un beau bordel.

    On ne nommera pas la société qui a multiplié les balises propriétaires en essayant de privatiser le web :)

    > Il faut alors tester notre appli web sur chaque navigateur,

    comme pour SL qui reste encore très sensible au navigateur qui l'héberge.

    > cela fait beaucoup de travail supplémentaire et de sueurs. Au contraire Silverlight et Flash ont une implémentation unique.

    implémentation unique sur les plate-formes officiellement supportées (pas d'implémentation officielle de SL sur Linux)


    Il n'en reste pas moins que SL reste une plate-forme intéressante qui a compilé les bonnes idées (java, svg, gladexml/xul...) avec quand même des choix (de priorité) d'implémentation un peu "bizarres" (cf disparité des composants entre Sl et WPF)

  • PierreTran
    PierreTran     

    Vous n'avez pas à être désolé, je reconnais volontiers que cet article n'est pas aussi détaillé et concret que les billets dont j'ai cité les liens. Le but n'était pas d'énumérer de manière exhaustive les arguments des uns et des autres autour des défauts et des qualités de Silverlight, ces billets le font très bien, mais surtout de donner des pistes de reflexions. Si j'ai pu vous faire découvrir ces liens, j'en suis déjà fort content.
    Mais le dossier n'est pas fini, je n'ai pas encore parlé de HTML5, ni des autres (Ajex, GWT, JavaFX...) :-)

  • WolveFred
    WolveFred     

    Attention sur cette partie-là (analyse de Silverlight), il y a pas mal d'imprécisions et on sent un manque de feedback concret sur la puissance de la techno. En revanche, la plupart des liens donnés dans la section "Un positionnement délicat" sont très intéressants et je suis content de les avoir lus.

    Notamment je vous conseille de lire en entier "JavaScript vs Silverlight: An Answer" et "pourquoi on ne doit pas comparer Silverlight et HTML5". Ces deux articles à eux-seuls sont honnêtement plus intéressants et concrets que cet article de 01net (désolé), et permettent notamment de répondre en partie à la question que 01net se pose : "doivent-ils [les développeurs] se lancer sur Silverlight ou HTML5/IE9 ?"

    En gros les inconvénients majeurs de HTML5 par rapport à Silverlight sont :

    - L'utilisation de Javascript a été conservée dans HTML5. On ne peut pas prétendre que ce langage est puissant : aucun typage des variables, pas de vérification de la syntaxe (pas de compilation), obligation d'utiliser des variables globales dans la plupart des cas, POO limitée, exécution par script plus lente que celle d'un langage compilé. Tout ceci ralentit fortement le travail du développeur, et chacun de ces arguments que je présente n'est pas vrai en Silverlight.

    - L'implémentation de HTML5 est laissée au gré du bon travail des concepteurs des navigateurs Internet. On a vu ce que ça a donné pour HTM4 : un beau bordel. Il faut alors tester notre appli web sur chaque navigateur, cela fait beaucoup de travail supplémentaire et de sueurs. Au contraire Silverlight et Flash ont une implémentation unique.

    - HTM5 n'est pas fini (specs), et mettra encore plusieurs années pour être finalisé.

    Dommage que 01net ne soit pas allé plus loin dans leur analyse !

Votre réponse
Postez un commentaire