En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Fleur Pellerin veut mettre en place une "cité des objets connectés"

Fleur Pellerin veut réunir les différents métiers et savoir-faire impliqués dans les objets connectés : de la conception à la fabrication
 
Fleur Pellerin veut réunir les différents métiers et savoir-faire impliqués dans les objets connectés : de la conception à la fabrication - Fleur Pellerin veut réunir les différents métiers et savoir-faire impliqués dans les objets connectés : de la conception à la fabrication

La ministre de l'économie numérique veut créer un espace permanent réunissant les savoir-faire industriel et technologique autour des objets connectés.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Nacyl
    Nacyl     

    A un détail près c'est qu'il faut que les deux démarches fonctionnent de conserve.

    Le cadre règlementaire doit être défini en même temps (voir en principe avant) que n'advienne la "révolution des objets connectés" car ces mesures de protections doivent être prises en compte dans la conception même de ces objets.

    Si tel n'est pas le cas, nous nous pourrions nous retrouver avec une industrie qui collecte des information au détriment des clients en toute légalité et, une fois la règlementation définie et appliquée, devoir repasser à la caisse pour acquérir des objets conformes.

    A un niveau différent, le cas existe déjà avec les pass navigo où pour prévenir une ingérence dans la vie privée des voyageurs, il faut payer d'avantage...

    C'est toujours cet abus du "tout ce qui n'est pas interdit est autorisé" qui prime sur le reste.

    Question différente, certes, mais définitivement indissociable de la question de départ il me semble.

  • Ratibois
    Ratibois     

    Je me demande, Nacyl, s'il ne s'agit pas de deux questions différentes. Il faut mettre en place les conditions de notre réindustrialisation dans le cadre d'une planète numérique. C'est le premier point. Par ailleurs, il faut mettre en place les dispositifs réglementaires et surtout citoyens pour que les "objets-connectés-ou-autres-logiciels" soient sous controle de chaque personne privé. Ce second sujet est indépendant du premier car important, que les produits soient fabriqués en France ou ailleurs.

  • Nacyl
    Nacyl     

    En espérant simplement que le volet "respect de la vie privée" ne sera pas laissé de côté au profit de a réindustrialisation de notre pays.
    Il ne faudrait pas pas que cette cité de objets connectés ne se transforme pas en "cité des objets de protection".

    Le risque existe déjà outre atlantique avec le rachat de Nest par Google. Un cadre légal adapté protégeant l'utilisateur de ces technologies est plus que nécessaire compte tenu de la nature même de ces objets et de ce qu'ils dévoilent de notre vie privée ainsi que de notre intimité.

    Dans le cas contraire, même en fédérant les efforts de toutes parts, le risque est d'avoir une légitime crise de confiance de la part des clients potentiels de ces technologies ce qui ne serait qu'un juste retour des choses.

Votre réponse
Postez un commentaire