En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

France Digitale, une nouvelle association pour le numérique se dévoile

France Digitale, une nouvelle association pour le numérique se dévoile
 

Une quarantaine d'entrepreneurs et d'investisseurs du numérique se sont réunis pour créer l'association France Digitale, un nouveau lobby dans le monde du numérique français qui se dévoilera le 2 juillet.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • placroix75
    placroix75     

    Et un de plus... c'est vrai qu'on avait pas encore assez de lobbies du numérique en France, y compris pour les start-up/tpe/pme (Cicf informatique, France-IT, Syntec numérique, Afdel, Comité Richelieu, Croissance Plus...etc) !

    Le MUNCI a déjà répertorié 150 organisations du numérique en France, dont plus d'une TRENTAINE pour la seule sphère des groupements économiques : http://munci.org/Principales-organisations-associations-syndicats-du-numerique-en-France
    Quelle est la spécificité de "France Digitale" par rapport à ces lobbies existant déjà depuis de longues années ?

    Loin de favoriser le lobbying, ces "querelles d'égo" sont surtout un moyen de se faire de la pub à bon compte et risquent surtout de diluer la représentativité de la filière...

    (et puis pas très malin de leur part d'avoir choisi un nom, par ailleurs assez "ringard", de site web déjà existant : http://www.francedigitale.com/
    Conflit de marque en perspective ? Le droit d'antériorité du nom de domaine devrait l'emporter...)

  • zubial
    zubial     

    L?individualisme est un défaut patent du tissu économique français. De nombreux acteurs cherchent à y remédier : de Jean-Claude VOLOT* à Henri LACHMANN** en passant par CICF Informatique « l?autre syndicat du numérique » qui défend les intérêts des TPE/PME du numérique.
    Il serait temps que tous les acteurs chassent en meute. Messieurs : comment faut-il vous expliquer que l?union fait la force ?

    * lire le dossier « Comment améliorer la relation entre PME et géants du CAC 40 » Challenge du 11 juin 2012 http://www.challenges.fr/entreprise/20120611.CHA7357/ce-que-les-pme-attendent-du-gouvernement-pour-de-meilleures-relations-avec-les-donneurs-d-ordre.html

    ** Président du CA de Schneider Electric, écouter son interview dans laquelle il explique pourquoi il est effaré de la dérive du capitalisme (étonnant pour un patron du CAC40, n?est-il pas ?) http://youtu.be/GGTwls0ePQQ?t=3m50s

  • FrenchTIC
    FrenchTIC     

    On est plus dans les années 80-90 ... "Digitale", ca fait carrément ringard !!!

  • Phie
    Phie     

    Ils vont s'occuper de manucure ?
    "Digital :A-Qui a la forme d'un doigt. B-Relatif au doigt; qui fait partie du doigt."
    La traduction de l'anglais "digital" est "numérique" en français...

  • placroix75
    placroix75     

    "Nous aurions aimé en savoir un peu plus sur cette nouvelle association de professionnels du numérique et comment elle comptait se différencier ou se rapprocher des autres acteurs déjà présents sur le secteur, notamment le Groupement des éditeurs de contenus et de services en ligne (GESTE) ou encore, à plus large échelle, le Syntec Numérique"

    Observation judicieuse, mais il n'y a pas que le GESTE ou le Syntec numérique !
    Le MUNCI a déjà répertorié 150 organisations du numérique en France, dont plus d'une TRENTAINE pour la seule sphère des groupements économiques : http://munci.org/Principales-organisations-associations-syndicats-du-numerique-en-France
    Pour les start-up/TPE/PME du numérique, il y a notamment le CICF Informatique (organisation représentative rattachée à la CGPME), mais aussi France-IT, Croissance Plus, Comité Richelieu...
    Quelle est la spécificité de "France Digitale" par rapport aux nombreux lobbies du numérique déjà existants ?

    Loin de favoriser le lobbying, ces "querelles d'égo" sont surtout un moyen de se faire de la pub à bon compte et risquent surtout de diluer la représentativité de la filière.

    (et puis pas très malin de leur part d'avoir choisi un nom ... de site web déjà existant : http://www.francedigitale.com/
    Conflit de marque en perspective ? Le droit d'antériorité du nom de domaine devrait l'emporter...)

Votre réponse
Postez un commentaire