En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Humeur : « Audits logiciels : gare à l'excès de zèle ! »

Humeur : « Audits logiciels : gare à l'excès de zèle ! »
 

Selon une enquête de Forrester, les éditeurs n'hésitent pas à multiplier les audits logiciels. Mais certaines équipes d'auditeurs semblent vouloir remplir leurs objectifs de chiffre d'affaires en exploitant des détails techniques.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • MLBRLyon
    MLBRLyon     

    Vous laissez des éditeurs fouiller dans vos réseaux, vous?
    Personnellement, le jour où les clowns de la BSA ont sonné sans rendez-vous en prétendant faire un audit sur le champ en se la jouant FBI, ils sont repartis et jamais revenus... et pour le reste, je me contente de présenter les preuves d'achat de licence et certifier sur l'honneur la base installée, le reste ne regarde que l'entreprise, ou à la rigueur un officier de police judiciaire et/ou une commission rogatoire...

  • kanpanstu
    kanpanstu     

    Pour avoir eu ce type de poste avant d'être consultant à mon compte, j'ai été effaré par les abus de clients, dont de grands comptes. Des logiciels utilisés 2 ou 3 fois au delà de la limite de licence, aucun contrôle, une irresponsabilité assumée face à des contrats totalement ignorés (dans votre exemple, le technicien qui diffuse son master)... des comportements qu'ils ne s'autoriseraient jamais si l'on parlait d'automobile, de téléphonie ou d'électricité, mais qui deviennent sans importance tant le logiciel est "virtuel".
    Perpétuation d'une culture étudiante ? qui sait...
    Ils oublient que ces licences sont le fond de commerce des éditeurs, que la maintenance seule ne fera jamais vivre.
    Enfin, quand consulter simplement son commercial suffit rester conforme, comment justifier une posture de victime ?
    Rappelons qu'on n'a jamais autant constaté de défaillance chez les éditeurs en France que ces derniers temps. On a alors beau jeu de ne plus leur faire confiance dans les appels d'offres.
    Les artistes musicaux ont su convaincre, hélas pas les éditeurs.

  • chilo
    chilo     

    Et le logiciel libre évoluera

Votre réponse
Postez un commentaire