En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Humeur : « Mieux vaut être un homme jeune, riche et bien portant »

Humeur : « Mieux vaut être un homme jeune, riche et bien portant »
 

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • johanp
    johanp     

    La réussite dans le milieu professionnel, passe souvent par une bonne maîtrise du monde scolaire.
    Jo pour http://www.lebon-prof.com

  • barbaridad
    barbaridad     

    tout commence très tôt et dès l'école primaire : il y a ces enfants issus de milieux modestes que l'on encourage pas, que l'on aiguille plus ou moins systématiquement vers du professionnel ensuite...
    Il n'y a plus non plus ces professeurs qui accompagnent les jeunes talents issus de milieux modestes dans leurs cursus, facilitant leurs entrées vers les bons lycées...
    Quand au handicap, le calvaire que doivent suivre les familles confrontées à ce problème est édifiant : en voilà un domaine des plus discriminatoires... et là , personne n'en parle, tous les budgets ont été coupés en priorité dans l'Education Nationale.
    Enfin, il y a aussi l'abandon de tels ou tels établissements , une politique à la baisse de l'enseignement sur toute la chaîne : demain, seuls ceux qui pourront payer auront une éducation de qualité.
    S'il faut dépenser, c'est dans notre système éducatif, universitaire.
    Le quota est une cauthère sur une jambe de bois.
    Enfin, rappelez vous bien cela : on mesure le degré de démocratie d'un pays au niveau de budget consacré à l'éducation. Tout se tient. Tout est déjà engagé pour aller dans le sens contraire.

  • ak47r2d2
    ak47r2d2     

    Concernant les quotas pour boursiers, je comprend la réaction de refus des grandes écoles. Le système de concours promet à priori un recrutement égalitaire basé strictement sur les compétences. Le problème, c'est que le système éducatif est biaisé déjà bien avant. Les différences apparaissent dès l'école primaire, différences que les bourses (qui sont déjà un coup de pouce pour les défavorisés) n'arrivent pas à effacer. Au niveau de l'intégration sociale, c'est donc un échec total, que la classe politique espère rattraper par un système de quotas. C'est triste, mais peut-être mieux que rien.

  • MLBRLyon
    MLBRLyon     

    Sûr que les Dati, Alliot-Marie & co font preuve d'une capacité d'écoute inédite!

  • TiJean2910
    TiJean2910     

    Un chef d'entreprise (ou un directeur d'école) doit-il recruter une personne uniquement pour sa couleur de peau/son sexe/son âge? Si les compétences sont équivalentes, on peut se poser la question, sinon, je la trouve obscène: c'est bien la recherche de la bonne personne à la bonne place et surtout avec les bonnes compétences qui est à l'origine du recrutement.

Votre réponse
Postez un commentaire