En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Informatique en Prépas : rattrapons notre retard !

Mis à jour le
Informatique en Prépas : rattrapons notre retard !
 

L’enseignement de l'informatique en classes préparatoires scientifiques est beaucoup trop négligé. Il est grand temps de l'améliorer et de recruter des informaticiens pour cela.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • julestestard
    julestestard     

    Je précise que mon programme est un programme universitaire, pas collégial (l'Université McGill à Montréal, en l'occurence).

  • julestestard
    julestestard     

    Pour rattraper notre retard, nous devrions nous inspirer du modele d'enseignement d'informatique dispensé dans les grandes universités anglo-saxones (qui sont responsables de la majorité des innovations en informatique, bien que la France soit très forte dans certaines spécialités). Il faudrait peut être songer à rajouter une filière en classe préparatoire MI (Maths-Informatique) avec si possible un enseignement d'au moins 6 heures par semaine d'info.
    J'ai moi-même fait un programme d'informatique au Canada et j'ai regardé le programme de MP en info. Les élèves en MP couvrent à peu près un quart de ce que j'ai couvert. J'ai pu commencer à faire des stages d'informatique en industrie dès la fin de la première année. Les ingénieurs en France n'ont pas le niveau pour faire un stage avant la fin de leur troisième année (post-BAC). Il est normal que je me retrouve plus compétitif sur le marché du travail par la suite.

  • FrancoisBourdoncle
    FrancoisBourdoncle     

    Comment ne pas être d'accord avec cette proposition.

    Je crois profondément que l'inconscient collectif national considère l'informatique comme une technique ou une technologie et non comme un science à part entière, comme aux aux Etats-Unis par exemple, où l'on parle de "Computer Science".

    Ainsi, tout au long de ma vie (d'ancien) chercheur, la réaction la plus fréquente à l'expression de mon métier ("chercheur en informatique"), était souvent du style narquois: "ah bon, on fait de la recherche sur Word et Excel"?

    Heureusement, et enfin, l'informatique est entrée au Collège de France par la grand porte. Il est plus que temps que la science informatique soit effectivement enseignée par des scientifiques compétents, en prépa et ailleurs.

    François Bourdoncle, co-fondateur d'Exalead

  • FrancoisBancilhon
    FrancoisBancilhon     

    tout à fait d'accord sur l'importance de l'enseignement du numérique pour les élèves de prépa et pour son enseignement par des informaticiens (ce qui permettra aussi à ces derniers d'intégrer la dimension complète du numérique). Nous serons ravis de recruter des stagiaires et de jeunes ingénieur(e)s avec une ouverture d'esprit sur ces sujets.

    François Bancilhon, CEO de Data Publica (une start up informatique)

  • ClaudioP
    ClaudioP     

    Il est vrai que les prepas manquent de cours d'informatique.... Le problème est que les classes prépas sont victime des concours...une réforme serai la bien venue. Il manque en France environ 25000 ingénieurs en informatique....(source EN). cela devrait donc être possible. Malheureusement il ne manque pas seulement d'informaticiens. L'etude des systèmes électriques dans les prépas SI et PTSI est quasi inexsistante...pourtant ces élèves sont voués à être la relève des cadres et cadres sup dans un avenir proche. Les enjeux planétaire depuis Kyoto sont principalement la lutte contre lee réchauffement climatique, en tout premier lieu cela passe par un contrôle des rejets, mais aussi par celui des ressources énergétiques primaires. L'énergie électrique semble être la solution la moins "impactante", aussi des ingénieurs permettant d'augmenter l'éfficience des récepteurs et consommateurs électriques doit également être envisagée. C'est déja un premier pas ...recevez donc mon soutien...

Votre réponse
Postez un commentaire