En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Journée de mobilisation au sein d'Orange pour dénoncer le stress

Journée de mobilisation au sein d'Orange pour dénoncer le stress
 

Au lendemain de la tentative de suicide d'un employé, des salariés de France Télécom Orange se sont mis en grève pour réclamer une nette amélioration des conditions de travail.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • mfz
    mfz     

    Demander des massages de bien-être en entreprise - Ceci ne résoudra pas les problèmes de réorganisation, mais aidra à résoudre les problèmes de stress et de mal-être - Les états unis, l'Australie, la chine utilisent ces méthodes depuis des décennies - La France n'a encore rien compris -

  • babaya
    babaya     

    ce n'est pas en formant 20000cadres à la détection des signaux de faiblesse que le DRH de FT va régler le drame social.

    Une fois de + on stigmatise le salarié fragile et son manager de proximité va être formé par des coachs/psy à la noix pour soi disant comprendre les signes de faiblesse.

    La souffrance au travail est un cocktail explosif composé de :
    1/5 de non reconnaissance et de manque de respect du management de proximité
    1/5 de soumission de collabos que sont devenus les collègues , à cause du système d'évaluation de la performance individuelle qui a cassé la notion de groupe et de collectif
    1/5 du déni des dirigeant, normal ils sont payés à la performance financière et pas sociale
    1/5 à l'actionnaire, fantôme et dictateur qui nomme des dirigeants sans leur donner des objectifs financiers ET sociaux
    1/5 aux élus qui se trompent de combat en voulant faire reconnaître le stress comme une maladie professionnelle, ce que le patronat et la CNAM n'accepteront jamais.
    Le seul combat est celui des conditions de travail, de la formation des responsables à un management éthique et de la mise en place d'indicateurs de mesure qui déclencheront des alertes sociales pour modifier ou faire cesser des actes de management tyranniques.

    Ce n'est pas la nécessaire transformation du groupe qui est mise en cause, mais c'est son rythme et la capacité/méthode de son management à la faire faire!

    Courrez voir www.alloboulotbobo.fr vous serez étonnés de la pertinence de cette plateforme;

    babaya

  • maakom
    maakom     

    C’est le temps de se mobiliser pour mettre fin à cette bureaucratie ce management d’objectif à la con , qui ne prend pas en considération l’être humain pour réalisateur de projet je vous soutien de tout mon cœur et bon courage, il faut que ces action soient international ,tous pour un et un pour tous

  • Nacyl
    Nacyl     

    Le "travail" n'est plus un moyen d'épanouissement depuis longtemps.
    Il faut aller toujours plus haut, toujours plus vite avec toujours moins de moyens. Mais FT n'est pas la seule entreprise dans ce cas et ne comptabiliser que les suicides (ou TA) est une façon de nier les problèmes inhérents au mode de fonctionnement même des entreprises.
    La réponse de la DRH d'FT (mais ils ne sont pas les seuls) sur ce problème m'amuserait si elle n'était pas si triste et si pathétiques à la fois.
    Il est amusant de constater qu'à chaque fois que ce genre de drame arrive, la réponse est invariable : on ne peut pas affirmer que l'entreprise est en cause, le suicide a de multiples causes...
    Quelle bonne blague ! La première reste l'incroyable violence morale pratiquée dans les entreprises. Faire travailler les gens sans visibilité, les encourager à ne pas avoir de vision d'ensemble, parler encore et toujours d'objectifs (plus ou moins obscurs et réalisables ou non) sans jamais les mettre en perspective avec les enjeux, reconnaître le mérite de la hiérarchie mais celle du bas de l'échelle au compte goutte...
    J'en passe et des meilleures !
    Le plus triste dans tout ça c'est que la notion même de métier est en train de disparaître au profit de "l'emploi". L'être humain devient une "ressource" comme les hydrocarbures. Ces ressources ne sont plus, au final, que des chiffres qu'il faut sans cesse réduire pour plaire à quelques voraces de la finance. Bien triste tout ça car l'expérience mène à l'expertise et l'expertise, aux dernières nouvelles, a une forte valeur ajouté et permet l'épanouissement non seulement personnel mais aussi de l'entreprise.
    Messieurs les DRH, vous savez parfaitement quel est le problème et vous savez pertinemment que la majorité des comités "anti-stress"servent à vous donner bonne conscience. Prenez donc en compte, dans vos études, le nombre de personnes dépendantes de l'alcool ainsi que celles sous traitement médicamenteux (antidépresseurs, anxiolytiques etc...) et venez ensuite parler de la formation de vos cadres, que nous puissions tous en rire.
    Les humains ne sont pas, ne vous déplaise, des ressources et pressés comme ils le sont dans les entreprises, le choix est simple : soit (comme c'est le cas actuellement) ils se détruisent, soit ils détruisent l'origine de leur douleur en se retournant contre ceux qui l'inflige.
    La violence morale est une réalité, elle est moins visible que la violence physique.
    Elle est moins condamnée par les tribunaux.
    Mais les plaies qu'elle laisse sont tout aussi réelles et importantes.
    On voit qu'elle est aussi destructrice que sa soeur jumelle, chez ceux qui la subisse, pour le moment, mais pour combien de temps encore avant qu'elle ne frappe (physiquement cette fois) ceux qui la pratique comme mode de "management" ?
    Recommençons à traiter les humains comme des humains, avec respect et dignité et, il me semble, que les choses devraient grandement s'améliorer.
    Dans le cas contraire, et c'est malheureux, la poudre est là, la mèche est en place et elle commence à brûler...

  • Usager2009
    Usager2009     

    Il suffit de téléphoner à l'assistance d'Orange (3900) pour comprendre qu'on se trouve en face de personnes à bout de nerfs. J'ai demandé plusieurs fois que mes entretiens soient enregistrés.
    Où est le temps où le travail était source d'épanouissement?
    Je me déclare solidaire des employés d'Orange.

Votre réponse
Postez un commentaire