En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L’ e-santé se heurte aux garde-fous du système de santé

Mis à jour le
L’ e-santé se heurte aux garde-fous du système de santé
 

Le système de santé national et ses multiples instances de protection agissent comme un anticorps vis-à-vis de l'innovation numérique, pourtant appelée à leur simplifier la tâche. La solution pourrait passer par des organisations régionales allégées.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • sergio95810
    sergio95810     

    Je viens de créer ma société dans la e-santé et je me retrouve exactement dans ce cas. Pourtant, je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce qui est dit. L'accompagnement par des entités régionales, pourquoi pas. Par contre, la santé étant organisée par ARS, trop souvent on crée des systèmes de santé régionalisés...ceci est dramatiquement inefficace. Les patients voyagent, sortent de leurs régions, déménagent et leur historique médical est beaucoup trop souvent perdu dans la régionalisation et la démultiplication des données. Les statistiques d'épidémiologie n'ont aucun sens à l'échelle régionale. Le DMP était une grande idée et l'ASIP a fait faire des grandes avancées dans l'informatique de santé (elle n'est même pas citée dans l'article), même si son déploiement semble complètement enraillé pour des raisons qui semblent avant tout politiques.
    Je trouve que les gardes fous sont très importants et qu'il faut les garder à un niveau national. Les bidouilles d'informatique médical locales emmènent à des incidents qui peuvent être dramatiques. Les gardes fous ne freinent pas l'innovation, ils la challenge.

  • nelectron
    nelectron     

    C'est le cas de toutes les "nouveautés" high tech dernier cri : la mise au point est longue, et quand des délais administratifs se succèdent le produit est déjà dépassé le jour de sa sortie.
    Et pire, le modèle reste figé car toute évolution technique, toute modification sustantielle entraine un re-passage par les cases homologation validation autorisation...
    Heureusement rien ne décourage les industriels, les cardiologues parlent de holters à usage unique, jetables, la santé n'a pas de prix alors on supporte son coût.

Votre réponse
Postez un commentaire