En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La crise profiterait à Linux, selon IDC

La crise profiterait à Linux, selon IDC
 

Selon une étude commandée par Novell, la crise économique pousse les entreprises, motivées par la réduction des coûts, à se tourner vers Linux, y compris pour équiper les postes clients.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Styx`
    Styx`     

    D'abord, je souhaite réagir à Bigou-kun qui dit que "Wine n'est qu'une rustine, gourmande en resources". Wine est une réécriture libre des librairies windows, donc Wine n'est pas un émulateur et y'a pas énormément de perte de performance, dire que Wine est gourmand en ressource est dans la plupart des cas faux.

    Pour connaitre la compatibilité des applications windows avec Wine, il suffit d'aller voir sur l'AppDB : http://appdb.winehq.org/

  • otodidakt
    otodidakt     

    Entre la crise financière impliquant des réductions de budget sur les 2-3 années à venir, la maturité conviviale de l'offre linux, le coût de licence d'un Windows, nul doute que Linux va grignoter des parts de marché. De là à croire que M$ se laissera faire sans rien dire, je doute qu'en 2014 les parcs informatiques soient équipés à 50% de Linux.

    Par contre, quel rêve ...

  • Visionnaire
    Visionnaire     

    "A plus long terme, 49 % des décideurs interrogés estiment que, d'ici à cinq ans, Linux constituera l'environnement principal de leur parc informatique."

    Si on en croit IDC, en 2014 il y aura plus de Linux que de Windows dans les entreprises ... S'ils disent vrai, ca sera une véritable révolution...

  • Paul Dechamp
    Paul Dechamp     

    Je vous invite à signer la pétition suivante :
    "Oui au FLOSS/LINUX dans les Institutions Européennes"
    http://www.gopetition.com/online/16601.html
    Initiateur : Claudio d'Alelio Président Groupe Politique UE

  • Bigou-kun
    Bigou-kun     

    Certes, mais Wine n'est qu'une rustine, gourmande en resources, qui plus est.

    Et puis les programes Windows compatible Wine sont bien peu vis à vis de la palette de logiciels utilisé en tentreprise.

  • winny loursson
    winny loursson     

    Oui mais la vraie question est : est-ce que Wine marche pour tous les logiciels Windows, et ceci de manière acceptable. Cette question est primordiale en entreprise, contrairement à l' usage privé.

  • sowhomakessthg
    sowhomakessthg     

    insuffisance d'interopérabilité : Et wine c'est pour les chèvres ?

  • mouarf73
    mouarf73     

    La croissance d'openoffice améliore un peu les choses. Mais il y a encore du boulot.

    L'inculture informatique générale sur les formats fait mal. C'est la position dominante de Microsoft qui implique que des formats propriétaires soient devenus des "standards" aux yeux des gens. Presque tout le monde pense que le .doc est un standard !! C'est pour dire...

    Ceci étant dit, linux lit davantage de formats. Que ce soit les documents (.doc, .xls etc) ou les systèmes de fichiers. A contratio de windows, linux lit le ntfs, le fat, et tous les autres systèmes (l'ext, etc). Windows se cantonne uniquement aux deux premiers (les siens !).

    Pour la grande majorité des PME, une machine sert à communiquer (internet, mail etc), à créer un réseau local, à la bureautique. Sur ces points, il n'y a aucun avantage à utiliser windows (bien au contraire (coût, sécurité, stabilité, entretien).

    Pour les serveurs, linux fait carrément l'affaire (en tant qu'admin, je dois dire que c'est un régal par rapport aux solutions crosoft dont j'ai eu à m'occuper).

    Dans le domaine de l'éducation, linux aussi est en position de force (coût 0 pour les licences à comparer à ce que déboursent les contribuables pour inonder nos têtes de blondes du gentil monde microsoft). Sans compter que les logiciels d'éducation sont de grande qualité et directement installés sous certaines distributions linux (comme Edubuntu).

    Dans le milieu professionnel musical, linux a également beaucoup percé grâce à l'utilisation gratuite de noyaux temps réels (inenvisageables sous mac ou xp ou vista) pour gérer des flux de son en live. Des distributions comme Studio64 ou ubuntustudio intègrent une suite complète enregistreur numérique multipiste/séquenceur midi/station de masterisation de qualité professionnelle. Tout ceci étant à la fois gratuit mais surtout LIBRE !

    Si on rajoute à ceci des communautés de plus en plus importantes et actives ainsi qu'un développement très actif (gnome, compiz, kde par exemple) on comprend la croissance de GNU/Linux ces derniers temps.

    Je ne suis pas sur que la crise ait grand chose à voir, mais pourquoi pas ?

  • DSI-futé
    DSI-futé     

    Bonjour,
    Les formats de fichiers sont un os en cas de changement d'OS (excusez le jeu de mots).
    Longtemps, les DSI avons privilégié les seuls formats d'un éditeur dominant nord-américain.
    Or, ces formats sont couverts à la fois par des brevets, par des droits de copie et par des droits d'usage. Ils sont un verrou technique au changement de fournisseur et font ainsi du client, un otage.
    Le recours à des formats standards, libres de droits, tels que : html, xml, odf, est la clef de l'interopérabilité entre les systèmes présents et futurs. C'est l'intérêt et le choix de l'acheteur qui sont préservés.
    Le cas des progiciels métiers uniquement conçus pour le système M$ est une autre conséquence des choix trop restrictifs effectués par le passé.
    Un cahiers des charges intelligent pour un applicatif métier doit prévoir la fourniture du code source, le recours à un compilateur ouvert, voire la possibilité pour le logiciel de fonctionner sous d'autres architectures que le x86 (les futurs "netbooks" ARM des forces de vente !)
    C'est cette volonté de ne pas restreindre l'avenir à un seul système ou à un unique fournisseur que je privilégie en tant qu'acheteur.
    D'après un article publié récemment sur votre site, il semble que certains acheteurs du secteur public partagent ce point de vue :
    http://www.01net.com/editorial/405475/open-source-et-formats-ouverts-les-choix-pragmatiques-des-gendarmes

Votre réponse
Postez un commentaire