En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La direction d'Altran assignée en référé par des salariés de Toulouse

Des collaborateurs de la société traînent leur direction en justice pour suspendre le plan de départs volontaires, jugé incomplet.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • BFC
    BFC     

    Vider les stocks humaines!!! Ca c'est bonne politique!!!!et pourquoi pas un plan social!!!!

  • BFC
    BFC     

    Vider les stocks humaines!!! Ca c'est bonne politique!!!!et pourquoi pas un plan social!!!!

  • Fan du CE
    Fan du CE     

    Ce ne sont pas "les salariés" qui ont refusé le plan mais le CE qui sans concertation a pris sa décision pénalisant ainsi certaines personnes qui auraient pu partir avec une somme non négligeable.
    D'autre part, ce CE n'a pas pris la peine de justifier auprès des salariés sa décision.

    Plus qu'à attendre un plan de licenciement et on aura tout gagné... Merci le CE de ton aide!

    Deusio: Altran n'est pas une SSII car ne travaille pas que dans l'informatique.

  • ex-Altran
    ex-Altran     

    altran est un vendeur de viande de la pire espece.
    Donc qu ils cherchent a se debarasser du maximum d intercontrat (si possible des "vieux" (> 35 ans) qui coutent cher), ca n a rien d etonnant.

    J espere simplement qu une fois la situation economique retablie, ils (altran et autre syntec) viennent pas une fois de plus jouer les pleureuse en disant qu ils ne trouvent personne a embaucher
    Mais ca, c est du domaine du reve

    PS: pour ceux qui öe lise et qui sont encore etudiant:
    1) eviter les SSII comme la peste
    2) si vous le pouvez, essayer d avoir un diplome autre que purement informatique, ca vous permettra de vous faire embaucher ailleurs que dans ce domaine (ou alors, apprenez l hindi ;-))

  • nico__
    nico__     

    Voici la définition Wikipedia qui nous met tous les deux d'accord :

    "La collaboration désigne le soutien apporté par différents pays occupés aux forces d'occupation du Troisième Reich. Cela a pu se faire par le biais de gouvernements en place, comme en Norvège ou en France, d'administrations obéissant aux autorités d'occupation nazies, de partis politiques et de journaux favorables aux nazis, ou encore d'initiatives privées (dans l'entreprise, le monde de l'art et du spectacle, etc.).

    Le collaborationnisme va au-delà de l'acte de la collaboration. Ce terme désigne le soutien de principe, l'apologie et la promotion de la collaboration sur tous les plans, y compris l'alliance militaire. Il comporte une adhésion idéologique aux formes locales ou allemande de nazisme."

    Bonnes vacances

  • Vivement_les vacances
    Vivement_les vacances     

    Je suis entièrement d'accord avec vos propos concernant la définition du salarié et de la relation liant celui-ci à l'entreprise.


    Si vous le permettez, je précise mon message initial.

    Il existe plusieurs termes pour désigner une personne travaillant dans une entreprise :
    - un salarié
    - un employé
    - un travailleur
    - un agent (de la Police Nationale, par exemple)
    - un membre du personnel
    - un collaborateur
    - ...

    Pour rédiger notre article de presse, lequel de ces termes allons-nous sélectionner ?

    Le mot « salarié » contient la racine du mot « salaire ».
    Si nous choisissons le mot « salarié », nous mettons en avant le fait que la personne touche un salaire, qu'elle coûte de l'argent à l'entreprise.

    Le mot « travailleur » contient la racine du mot « travail ».
    Si nous choisissons le mot « travailleur », nous valorisons le fait que la personne réalise un travail, qu'elle est active.

    Ensuite, à nous de voir. Quelle caractéristique souhaitons-nous mettre la plus en avant dans notre article de presse ?
    Pour souligner que le membre du personnel coûte de l'argent, nous utiliserons plutôt le mot « salarié ».
    Pour souligner que le membre du personnel fait des efforts, nous utiliserons de préférence le mot « travailleur ».

    Mon propos portait sur le choix d'un terme, en fonction de ses connotations.

    Voilà. :-)


    PS : Concernant le possible côté péjoratif du terme « collaborateur » en France :
    le dictionnaire français « Le Petit Larousse - Grand Format - année 2002 » donne deux définitions au terme collaborateur. La deuxième étant : « Histoire - Personne qui pratiquait la collaboration avec l'occupant allemand. »
    Ceci étant, il peut exister d'autres dictionnaires où cette définition est absente.

  • kilren
    kilren     

    Comme dans l'ensemble des SSII, chez Altran, la représentation la plus commune n'est ni travailleur, ni salarié, ni employé, ni même collaborateur mais simplement celle de "Ressource".

    Des "Ressource" que les SSII louent à leur client.

    Comme pour les autres ressources en période de crise il convient de vider le stock...

  • nico__
    nico__     

    Il y a bien ici de quoi nourrir un débat inutile : le mot "salarié" désigne une personne employée par une entreprise qui, si tout se passe bien, investit dans cette personne (à travers le salaire) mais reçoit en compensation des bénéfices, produits par le salarié. Si le salarié est un minimum compétent et bien dirigé il n'est pas une "charge" pour l'entreprise mais bel et bien un moyen de gagner de l'argent. "Travailleur" peut désigner n'importe quoi, à commencer par un bon gros cliché communiste.

    Pour finir ce brillant exposé, le mot "collaborateur" n'a rien de péjoratif en France : ce serait plutôt le mot "collabo", abréviation de "collaborationniste", rarement utilisé de nos jours certes.

  • Vivement_les vacances
    Vivement_les vacances     

    "Salariés" - Le choix d'un terme et ses implications.

    " La direction d'Altran assignée en référé par des SALARIES ... "

    L'emploi du terme "salarié" fait ressortir le coté onéreux de la personne. Le salarié touche un salaire, l'entreprise doit le payer. Le "salarié" coute de l'argent à l'entreprise. C'est une charge financière.

    Peut-être pourrait-on employer le terme "travailleur" ? Le travailleur réalise un travail, il fait des efforts. Le "travailleur" apporte son énergie, son savoir-faire et son intelligence à l'entreprise. C'est un atout.


    Le choix des mots dans un article de presse n'est pas anodin : on choisira un mot plutôt qu'un autre selon la caractéristique que l'on souhaite mettre en évidence.

    D'ailleurs, vous avez peut-être remarqué : lorsqu'une entreprise embauche une personne, elle prétend "embaucher un collaborateur". Le mot "collaborateur" a un coté positif*, car le collaborateur aide à réaliser le labeur.

    Plus tard, lorsque l'entreprise se débarasse de cette même personne, l'entreprise prétend "licencier un salarié". Le mot "salarié" a un coté négatif, car le salarié coute un salaire.

    Ainsi, le même être humain sera nommé différemment, selon l'image que l'on veut donner de lui.


    * Sauf en France, pour des raisons historiques.

  • nico__
    nico__     

    Altran est un vendeur de viande, rien de nouveau

Votre réponse
Postez un commentaire