En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La France se dote du 3e supercalculateur le plus puissant au monde

La France se dote du 3e supercalculateur le plus puissant au monde
 

Le CNRS fait l'acquisition d'une infrastructure IBM capable d'atteindre une puissance de calcul maximale de 207 téraflops.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

13 opinions
  • uju
    uju     

    pour une fois que la recherche française n'a pas été obligée de financer les désastreux et coûteux copains de chez BULL-Matra-alcatel...
    Vive le libéralisme de promo (et mon rafale, il est pas français, mon rafale ?).

  • totor39
    totor39     

    C'est quelle distrib de linux? bon d'accord, ce commentaire n'apporte rien mais sa fait toujours plaisir de voir linux employer dans des techno du plus haut niveau. promis le troll s'en va...

  • CNRSmagouille
    CNRSmagouille     

    Un contrat négocié sans appel d'offres pour éjecter Bull qui équipe maintenant des dizaines de grandes universités ... mais dans le reste du monde. Car la Recherche française ne veut pas de l'industrie française. Merci au CNRS.

  • Homer546
    Homer546     

    Calcul de trajectoires d'objets célestes, compréhension de l'infiniment petit et de l'infiniment grand, origines de l'univers, de la vie, fonctionnement des astres...

    Besoins de calculs pour notre survie, et la compréhension de notre entourage.

  • Biggoron
    Biggoron     

    La recherche, neutre ? Peut-être dans vos désirs, mais concrètement ça n'est pas du tout ce qui se passe. Vous barrez d'un trait des dizaines années d'épistémologie et d'histoire des sciences !

    Mais je déduis du contenu de votre message que vous ne me lisez pas, ou que vous ne cherchez pas à en comprendre le sens. Il s'agit bien de parler des orientations de la recherche, quand l'ensemble des médias et de leur public s'extasie sur la puissance de ses outils. Donc : des outils (puissants), pour quoi faire ?

    D'autre part je crois que vous mélangez météo et climat.

  • Photo73
    Photo73     

    CEA : Commissariat à l'Energie Atomique

    Il y a différents Centres d'Etudes Nucléaires (CEN) au CEA.

  • ikariya
    ikariya     

    En l'occurence vous confondez tout. La recherche a pour but de comprendre le pourquoi du comment, a la base elle est neutre ... Ce sont les industriels qui font du "progres" (entre guillemets) un argument de vente sans fin pour maintenir leurs chaines de production.

    De plus on ne parle pas ici d'une orientation de la recherche mais juste d'un outil mis a la disposition des chercheurs.

    Enfin dans votre premier post vous prenez en reference l'evolution du climat or ce genre de calculateurs sont plutot destinés a la meteorologie à court terme qui ne sert pas qu'à remplir les fiches d'Evelyne Dehliat mais aussi à permettre de prevoir des evennements meteorologiques plus ou moins dangereux et plus ou moins ponctuels.

  • Biggoron
    Biggoron     

    Toujours cet arguments de la maîtrise technique... Seuls les experts doivent/peuvent parler. Voilà ce qu'il me semble important de dénoncer. Mon questionnement n'était pas d'ordre technique, mais d'ordre social, politique. Voir aussi cet article : http://www.decroissance.info/Sortir-de-l-industrie-1-6

    Car on met ici la charue avant les boeufs. Il me semble important d'interroger les objectifs de la recherche scientifique avant de lui fournir des moyens. En l'occurence, je ne suis pas d'accord avec ce que fait cette recherche actuellement, de part les transformations sociales qu'elle induit. D'autant plus que nous (utilisateurs ou voisins des techniques ainsi créées) ne sommes jamais consultés sur le sujet, ou alors après coup, pour aménager le fait accompli. Voir aussi la plate-forme critique de la recherche, du groupe Oblomoff : http://www.decroissance.info/Plate-forme-critique-de-la

  • ikariya
    ikariya     

    franchement votre intervention n'apporte rien et surtout vous parlez sur un sujet que vous ne maitrisez pas.

    Les moyens techniques de la recherche en france sont digne d'un pays sous développé et si vous interoogez les chercheurs vous verrez qu'ils en sont souvent reduits à faire de la recherche de haut niveau avec 3 bouts de ficelle.

    On ne peut que saluer cette acquisition de moyens techniques qui faciliteront les travaux

  • Biggoron
    Biggoron     

    Un supercalculateur... pour calculer quoi ? Le climat a bon dos. En ce domaine, nous n'arrivons même pas à tirer des conclusions de ce que nous savons déjà, et encore moins à prendre de décision politique. Alors à quoi va servir tout cela ? À produire une science encore plus hors de portée du quidam ? À donner toujours plus de moyens à l'industrie ? À achever la mécanisation du vivant ?

    Et puis toujours l'argument du "retard" de la France en matière de technique, comme si l'Histoire était une course effrenée vers un objectif unique (peuplé de robots et de technico-dépendants). 25 millions d'euros que le contribuable doit sortir de sa poche sans mot dire, pour le prestige et l'idéologie.

Lire la suite des opinions (13)

Votre réponse
Postez un commentaire