En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La France se prépare à l'éventualité d'une guerre numérique

Mis à jour le
La France se prépare à l'éventualité d'une guerre numérique
 

Une Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information vient de voir le jour. Elle pourrait intervenir en cas d'attaque numérique.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • otodid@kt
    otodid@kt     

    Les radars dans le métro, le traçage Navigo

    Un radar dans mes gogues ?

  • _Calliope_
    _Calliope_     

    « A partir du moment où vous "confiez" quelque chose à Internet, il faut vous attendre à ce que cela devienne accessible à tous ceux qui veulent s'en donner la peine. Et HERISSON, au départ, n'est qu'une "compilation" de ces moyens... »

    C'est bien la puissance des moyens mis en oeuvre par l'Etat ou l'Armée, qui fait craindre la porté des dérives qui ne manqueront pas d'arriver, comme cela s'est produit par le passé (en toute connaissance de l'illégalité des faits, d'ailleurs).

    « Concernant HADOPI, je n'arrive pas à croire à l'efficacité et à la fiabilité d'un programme espion. Il y a de par le monde énormément de personnes capables de le "neutraliser" et qui vont s'empresser de mettre tout ça à la disposition, et "librement", de tous ceux qui seront intéressés.... »

    Ce sera bien plus difficile à cracker qu'un logiciel quelconque, parce qu'on a affaire ici à un programme connecté à internet, qui pourrait se mettre à jour à distance, dont l'intégrité pourrait elle aussi être vérifiée à distance. Les procédés cryptographiques protégeant la confidentialité des données des regards indiscrets. Tout ceci pouvant se faire toutes les minutes.

    « pas besoin de l'ADN pour faire une telle chose [pour incriminer cette personne]... » sauf que l'ADN allie la facilité d'utilisation à la difficulté de contestation. Deux facteurs qui ont contribué à l'extension des prélèvements. Quand la voie est ouverte, il devient plus facile de l'élargir.

  • dqr33
    dqr33     

    Concernant HERISSON, il ne fait que collecter des informations qui se ballade déjà "librement" sur le net et accessible à tout un chacun qui veut bien s'en donner la peine (pas facile, facile, je le reconnais, mais possible pourtant). Ce qui du reste se fait déjà depuis longtemps (espionnage industriel, profil des internautes pour les "cibler", etc, etc).

    L'exemple de ce qu'aurait pu faire HERISSON, c'est la divulgation de la "vie privé" d'un internaute pris au hasard qui a fait "scandale" il y a quelque temps. Et pourtant, c'était fait uniquement à partir de données "publiques" (accessible à tous le monde) !

    Internet n'est pas un monde "fermé". A partir du moment où vous "confiez" quelque chose à Internet, il faut vous attendre à ce que cela devienne accessible à tous ceux qui veulent s'en donner la peine.

    Et HERISSON, au départ, n'est qu'une "compilation" de ces moyens...

    Concernant HADOPI, je n'arrive pas à croire à l'efficacité et à la fiabilité d'un programme espion. Il y a de par le monde énormément de personnes capables de le "neutraliser" et qui vont s'empresser de mettre tout ça à la disposition, et "librement", de tous ceux qui seront intéressés....

    Concernant l'ADN, tu remarquera que j'ai dit "on ne fait que prendre une séquence de l'ADN supposée caractériser un individu de manière unique". Et j'insiste bien sur le mot "supposée". Je n'ai pas sous les yeux la fiabilité de l'ADN par rapport aux empreintes digitales, mais il me semble bien effectivement que l'ADN est moins fiable.

    Quant à ton côté négatif de la chose lorsque tu dis "il est beaucoup plus facile de récupérer l'ADN de quelqu'un pour le déposer où l'on veut pour incriminer cette personne", pas besoin de l'ADN pour faire une telle chose...

  • _Calliope_
    _Calliope_     

    Quand la loi autorise la surveillance à tout va, il est déjà trop tard, le droit à la vie privée a disparu...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Hérisson_(Système)

    Pour ce qui est du programme informatique estampillé HADOPI. Il est clair que pour être efficace il devra contrôler tout programme tournant sur l'ordinateur et toutes les données qui sont émises à destination d'internet. Un tel programme payant, dont le code source ne sera pas divulgué, devra en plus contacter régulièrement un serveur privé pour faire un rapport des activités de l'internaute. Celui qui aura fait le choix d'installer un tel logiciel sur l'ordinateur familial pour échapper aux accusations de l'HADOPI, contraindra ainsi toute sa famille a la perte de sa vie privée sur internet.


    Pour ce qui est de l'ADN ça n'est pas la même chose qu'une empreinte digitale. Deux personnes peuvent avoir le même ADN (les vrais jumeaux), ensuite il est beaucoup plus facile de récupérer l'ADN de quelqu'un pour le déposer où l'on veut pour incriminer cette personne.

  • dqr33
    dqr33     

    Je ne vois donc pas le rapport avec le titre de l'article "La France se prépare à l'éventualité d'une guerre numérique", c'est tout !

  • otodid@kt
    otodid@kt     

    ...

  • dqr33
    dqr33     

    ...

  • otodid@kt
    otodid@kt     

    http://pro.01net.com/editorial/501641/une-faille-irremediable-dans-windows-7/

    Une faille de conception est sans mise à jour.


    http://pro.01net.com/editorial/504191/faille-dans-internet-explorer-il-faut-desactiver-en-partie-activex/

    Même cause, même conséquence.

  • dqr33
    dqr33     

    S'il s'agit des mails, par exemple, ça va pas être triste : les plaideurs vont s'en donner à coeur joie ! Autant que je me souvienne, un entreprise avait été condamné pour avoir "lu" les mails d'un de ses employés, au titre justement que c'était privé !

    cela avait été enlevé de HADOPI 1, du reste, et voilà que cela réapparait dans HADOPI 2...

    Histoire d'en foncer le clou une fois de plus : LOPPSI 2 n'a rien à voir avec HADOPI. Et c'est même antérieur.

    La toute petite partie de LOPPSI traitant de la délinquance sur Internet (pédophilie, crime, trafic, usurpation d'identité...) ne fait que légaliser pour la police, et encore sous contrôle, ce que d'autres font depuis longtemps, et sans aucun contrôle, eux.

    Je rappelle également qu'il n'y est jamais question de la mise en place d'un "programme espion" sur les machine "contrôlée". (Au demeurant, un tel programme serait facilement repérable par un pare-feu, il me semble. C'est une question que je pose...)

    Et au risque de lancer un autre débat, je rappellerais que les "empreintes génétiques" utilisées sont du même acabit que les empreintes digitales qui, elles, ne soulève aucun problème.

    On ne fait que prendre une séquence de l'ADN supposée caractériser un individu de manière unique. On ne peut en tirer aucune conclusion sur les caractéristiques physiques ou raciales, par exemple. Cela n'a donc aucun rapport avec le fichage dont tu parles...

  • _Calliope_
    _Calliope_     

    HADOPI en soit est peut être négligeable, seulement cette loi (à ce jour, même si cela sera probablement sanctionné de nouveau par le conseil constitutionnel) veut instaurer une surveillance des communications électroniques (celle des emails mais aussi de la VoIP) sous couvert de la protection des droits d'auteur et de la propriété intellectuelle. Une fois cette "avancée" établie, il deviendra plus facile de généraliser et d'étendre ce genre de mesure, c'est l'objectif de la loi LOPSI 2. A titre d'exemple significatif de ce principe, n'oubliez pas qu'à l'origine le fichage génétique était réservé uniquement aux crimes sexuels, regardez ce qu'il en est advenu, tout innocent gardé à vu y passe dorénavant.

    Même si la surveillance électronique se pratique depuis longtemps, ce n'est en rien une raison de fermer les yeux ou de négliger les conséquences potentielles. L'Histoire nous a appris les conséquences du fichage, entre autre celui concernant les communistes puis les juifs avant la seconde guerre mondiale qui a abouti aux rafles que l'on connait.

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire