En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La Sacem attend l'effet Hadopi

Le siège de la Sacem
 
Le siège de la Sacem - Le siège de la Sacem

Alors que la loi anti-piratage se met en place en France, la Sacem a réuni l'industrie du disque et les artistes pour faire le point sur l'évolution du marché de la musique sur internet. Un marché encore très modeste en France.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Grunt-
    Grunt-     

    "un interprète ne peut en aucun cas offrir un titre gratuitement à ses fans Facebook ou aux visiteurs de son site personnel."

    C'est faux. Un interprète peut parfaitement offrir un titre, il suffit qu'il ne soit pas inscrit à la Sacem. Contrairement à ce que la Sacem essaie de faire croire, elle n'a rien d'obligatoire. Et vu qu'elle ne sait pas évoluer, ça devient de moins en moins intéressant de s'y inscrire. Artistes prometteurs, n'allez pas vous enfermer avec les dinosaures!

  • lawicca
    lawicca     

    La SACEM et consorts sont des parasites qui pourrissent le net avec leur lobbyisme et leurs prise de positions partisanes. Il est temps de tous les mettre à Pôle-Emploi tous ces oisifs qui s'engraissent sur le dos des créateurs.

  • Phach
    Phach     

    l'effet, elle peut l'attendre longtemps...

  • Phach
    Phach     

    " en Suède, on a constaté que les téléchargements illégaux ont été divisé par deux en quelques mois "

    on a surtout constaté une reprise et un taux de téléchargement identique 1 mois plus tard... mais ils oublient bien souvent cette partie de la stat.


    Cet article est un exemple flagrant qu'ils se fichent bien des artistes. C'est pas l'artiste qui est défendu, c'est l'argent récolté par ces organismes d'un autre temps.

  • poilagratter2
    poilagratter2     

    ...et aux Thénardier du Phonographe.
    En nous traitant collectivement comme des vauriens, vous nous avez poussés vers la musique libre où nous avons découvert des trésors.

    Nos libertés contre les rentes des "ayants droit" (il ne s'agit pas des artistes qui, eux, ont droit à des queues de cerises), c'est un marché de dupes.

    Article sous licence libre ici:
    http://monoeil.info

Votre réponse
Postez un commentaire