En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La virtualisation couve une bombe à retardement tarifaire

La virtualisation couve une bombe à retardement tarifaire
 

Avec la multiplication des serveurs virtuels, les entreprises courent le risque de voir le montant de leur facture logicielle exploser. McAfee est le premier à offrir un tarif adapté à ces environnements.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Maximilien DESMESTAIRE
    Maximilien DESMESTAIRE     

    Comment je fais pour trouver un logiciel libre que seul le CSTB valide ?
    Il n'y a que 5 éditeurs qui ont été validé par le CSTB. Chacun des 5 éditeur crée des fichiers fermés auxquel on est tenu de les utiliser sous Windows (OBLIGATOIRE) pour ne pas perdre la validation de ce même CSTB (cf www.cstb.fr)

  • primalmotion
    primalmotion     

    Oui, mais ce n'est pas la faute de la virtualisation. Le titre est mal formulé. Ce n'est pas les solutions de virtualisation qui entraîne une augmentation du coût, mais les politique de licensing qui sont abusives.

  • nahpets
    nahpets     

    Prenons le cas d'un progiciel quelconque ; je peux avoir un serveur avec ce progiciel installé et 10 applications qui utilisent ce progiciel ou avoir 10 machines virtuelles (sur un seul serveur physique) pour séparer les environnements des 10 applications ; dans le premier cas, je dois acheter une licence du progiciel, dans le deuxième cas je dois acheter 10 licences du progiciel et là, la facture augmente drastiquement.

    Après que l'on utilise de la virtualisation payante ou non, propriétaire ou non, c'est un autre débat, tout aussi intéressant.

  • primalmotion
    primalmotion     

    Ce n'est pas la virtualisation qui est une bombe a retardement. La virtualisation n'a concrètement que des avantages. Des solutions open source existent et valent largement les proprios (voire les dépassent largement). La bombe à retardement c'est simplement les éditeurs de logiciels qui s'accrochent au moindre cents pour vendre leur logiciels boiteux et fermés.

    Alors plutôt que de raconter que la virtualisation, qui est un de des domaines que je connais plutot bien, est une menace, "oulalah attention" et tout le toutim, dites plutôt que les majors du logiciel sont en train d'essayer de s'en servir pour augmenter leur profits. Virtualiser 12000 serveurs sous OSes libres avec des solutions libres amputeront la bagatelle de 0? dans le budget logiciel. Tant que les entreprises continueront à payer pour ça, les éditeurs ne changeront en rien leur politiques, et c'est parfaitement compréhensible puisque qu'il y a toujours des crétins pour les payer et avoir l'illusion d'avoir acheté des solutions fiables et puissantes, puisque payantes.

Votre réponse
Postez un commentaire