En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le cloud privé, un cloud avec des services payants

Le cloud privé, un cloud avec des services payants
 

Les prestataires de proximité essaient de convaincre leurs clients qu'un cloud privé vaut mieux que le cloud public. Même si c'est beaucoup plus cher.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Aspserveur
    Aspserveur     

    Je ne suis pas du tout d'accord avec votre définition de Cloud Privé.
    On parle de Cloud Privé pour une architecture virtualisée dont l'infrastructure complète (serveurs, SAN ...) est dédiée à un client.
    A contrario un Cloud Public est une architecture mutualisée pour plusieurs clients (ex. AMAZON).
    Il est évident que le Cloud Privé est pour le moment beaucoup plus sûr car il est plus simple à administrer et permet une réelle isolation (logique et physique).
    Le Cloud privé n'a absolument rien à voir avec l'infogérance, certains opérateurs proposent d'ailleurs du Cloud Public infogéré !
    Pour les tarifs il reste évident aussi qu'une plateforme infogérée sera toujours plus chère qu'une plateforme sans aucun support technique.
    Pour conclure il me semble normal qu'un client paye pour un véritable service d'infogérance, c'est-à-dire une aide technique de pointe sur les parties systèmes, bases de données et applicatives par exemple. Il n'est pas normal au contraire que le client paye pour les problème rencontré par l'hébergeur sur sa propre plate-forme (bien que cela hélas se pratique comme vous le faite remarquer).

Votre réponse
Postez un commentaire