En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le .eu à l'assaut des villes européennes

Le .eu à l'assaut des villes européennes
 

L'usage des .eu diffère d'un pays à un autre. Je me suis intéressé à l'utilisation que les grandes cités du Vieux Continent font de l'extension européenne. Et si l'exemple venait d'en haut ?

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Ranuto
    Ranuto     

    Le .eu fait partie de ces nouvelles extensions dont on peut légitimment se demander si elles ont été créées pour répondre à un quelconque besoin, ou juste pour pallier à la baisse d'activité des « registrars », ces sociétés qui gèrent les enregistrements.
    Il est notoire qu'après la bulle internet et surtout depuis la mise en place de procédures légales relativement efficaces et raisonnablement couteuses, les enregistrements de noms de domaine ont fortement ralenti. Les squatteurs sont passés à d'autres activités moins risquées, les entreprises ont pu cesser ? ou diminuer ? les enregistrements préventifs de noms, exclusivement destinés à éviter le cybersquatting.
    Nous voyons donc fleurir de nouvelles extensions, alors même que le nombre de domaines enregistrés dans les extensions classiques a retrouvé une certaine stabilité, et que la « crise » liée au manque de domaines disponibles est un souvenir. Parmi elles, le .eu tient une place particulière. C'est en effet une extension terrioriale (ttld) et non générale (gtld). Les extensions générales ont un sens, non lié à la géographie mais plutôt à la nature des contenus ( .com pour le commerce, .info pour l'information, .biz pour le business, .org pour les organisations non gouvernementales, etc.). On notera qu'à quelques exceptions près (.org par exemple), les usages réels n'ont aucun rapport avec les usages supposés. On notera aussi que les nouvelles extensions sont très largement sous utilisées ? pour ne pas dire, inutilisées.
    Les extensions territoriales ont, elles, un avantage qui a favorisé leur utilisation : elles ont du sens au moins sur un point crucial : la langue dans laquelle le contenu est publié. Ainsi, les extensions territoriales de pays ou sont présents des marques, sociétés ou organisations internationales, sont bien utiles pour publier du contenu dans la langue locale. Et aussi pour le promouvoir, les moteurs de recherche et en particulier Google favorisant les résultats publiés dans la version du moteur, et utilisant une extension territoriale locale.
    Mais voilà, le .eu, lui, ne correspond à aucune langue. Et Google.eu n'exsiste pas. Alors à quoi sert cette exension ? Devinez...

Votre réponse
Postez un commentaire