En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le malaise grandit au sein de l’informatique de la SNCF

Mis à jour le
Le malaise grandit au sein de l’informatique de la SNCF
 

Soixante-cinq pour cent des informaticiens de la principale DSI du groupe ont rejoint le mouvement national de grève de mercredi dernier. L'inquiétude monte suite à la création de la coentreprise IBM-SNCF.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • railroader
    railroader     

    Ne négligeons pas le fait que, dans les années soixante (1960) british railway était une société nationale au même titre que British Road Transport qui avait le même staut et un quasi monopole du transport routier de marchandise. Culture
    anglaise du privé ?
    En France, le premier transporteur routier, c'est la SNCF au travers de ses filiales, Calberson, Bourgey Montreuil,
    Géodis etc...

  • Zefred
    Zefred     

    Comment les dirigeants d'une entreprise de cette taille peuvent-ils réitérer les erreurs commises par bien d'autres depuis des années ? En croyant que ça ne leur arrivera pas à eux ?

    Ça ne fonctionne pas ! Aucune entreprise n'a fait de réels gains avec cette formule et nombre d'entre elles font machine arrière ou remette en question leurs accords avec IBM

  • info56
    info56     

    Les priviligiés en France ce ne sont pas les employés de la SNCF ce sont ceux qui bénéficient du bouclier fiscal(93% de l'argent redistribué par l'état dans le cadre du bouclier fiscal revient à la tranche supérieur de ceux qui paient l'ISF).
    Moi-même je suis informaticien et je peux dire que c'est un travail assez exigeant , qui demande pas mal d'efforts de concentrations).
    Alors si l'on doit en plus avoir un statut précaire c'est encore plus la porte au stress.
    Par ailleurs, la SNCF fait avant tout rouler des trains en France pour des usagers français , je ne vois donc pas pourquoi une partie du travail devrait revenir aux Indiens.
    Je préfère acheter un billet de train en me disant qu'il fait tourner l'économie française que l'inverse.
    Il y a déjà assez de chômage en France et qui plus est personne pour s'en préoccuper dans les plus hautes sphères de l'état.

  • shinsei
    shinsei     

    Je suis plutot d'accord avec Jean.
    L'activité principale de la SNCF c'est bien la grève, à laquelle on pourrait ajouter la prise d'otage et la séquestration.
    Les mots sont fort mais comment qualifier ce qui est imposé à tous ceux bloqué sur les quais à qui on dit qu'il faudra attendre jusqu'à 2 jours pour voyager debout sans espérer être compensé pour un service payé mais pas délivré.
    Sinon pour revenir aux informaticiens, comme les cheminots ils travaillent peu, ont un régime très avantageu à tout points de vue (protection, retraite...) et une augmentation de salaire garantie chaque année. Aller demander à ceux d'Atos Origin, Cap Gem ou IBM s'il en ont autant...

  • calcoca
    calcoca     

    Pauvre Jean...
    Quand on ne connait rien au sujet, il vaut mieux éviter de donner son avis.
    Pour la partie informatique, quand on voit ce qu'IBM a fait dans d'autres entreprises privées, il y a franchement de quoi s'inquiéter !
    Concernant cette dernière grève, elle avait pour principale revendication l'avenir du fret ferroviaire.
    Le royaume unis, après une grande campagne de privatisation de son réseau a été obligé de le re-nationaliser, tellement les conditions de sécurité et d'exploitation s'étaient dégradées (retards, pannes, accidents etc.). Pourtant, on ne peu pas dire que la nationalisation soit dans la culture britannique !
    La SNCF est en train d'être éclatée en entités qui seront ensuite privatisée. Mais seuls les entités très rentables seront privatisé, bien sûr. Tout ce qui ne l'est pas restera à la charge de la collectivité.
    Au lieu de renforcer l'efficacité d'une grande entreprise intégrée, on l'explose en petits bouts.
    Il ne faut pas espérer que c'est cela qui va améliorer la circulation des trains ni diminuer le prix des billets !
    Quand les cheminots font grève pour l'avenir du fret ferroviaire, on ne peut pas dire que c'est une revendication égoïste !
    On le sait, le Fret ferroviaire ne pourra jamais concurrencer le camion en terme de prix : Transporter un wagon de chez un client jusqu'à sa destination demande beaucoup d'interventions humaines et matérielles.
    Mais il faut donc savoir ce que l'on veut : subventionner un mode de transport sûr et propre ou bien ajouter des dizaines de milliers de camions sur les routes ?
    Enfin bref.

  • Chrlie
    Chrlie     

    Vos commentaires sont affligeants !

    C'est tout ce que vous trouvez à dire "Bien fait" alors qu'une entreprise publique délocalise alors que Fillon fait semblant de travailler sur une loi "Anti-delocalisation" !

    Un nid de privilégiés les informaticiens de la SNCF ? Y'a qu'à simplement regarder leurs salaires de m... pour comprendre à quels points ils sont privilégiés par rapport à leur confrère du privé !

  • Jacques-Marie Bichot
    Jacques-Marie Bichot     

    Il y a des dizaines d'années que ce nid de privilégiés aurait dû être rendu à la vraie vie concurrentielle, si l'Etat était un tant soit peu efficace.
    Alors, maintenant, après les grèves de 95 et les malfaisances continuelles des employés encouragés par des subventions sans fin, qu'espérer d'autre ? Il n'y a qu'à s'assoir pour contempler le naufrage, lequel sera long et couteux pour le contribuable.

  • jean 2345
    jean 2345     

    quand va t'on privatiser totalement ce machin dont la greve est la principale activite

Votre réponse
Postez un commentaire