En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le Munci aide les candidats informaticiens à décrocher un job

Le Munci aide les candidats informaticiens à décrocher un job
 

L’Association professionnelle des informaticiens, en partenariat avec le cabinet de conseil B2EN, propose des ateliers pratiques pour rechercher plus efficacement un emploi.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • xavi33
    xavi33     

    Article intéressant, d'autant plus que je suis exactement dans ce cas de figure... Diplômé depuis cet été et à la recherche d'emploi, je ressent nettement un ralentissement des embauches (et de l'évolution du salaire des jeunes diplômés) vis-a-vis de mes anciens collègues sortis de l'école un an auparavant... sans parler des plus anciens!

    Courage, c'est dans ces moments que les sociétés innovantes tirent leur épingle du jeu ;)

    http://www.doyoubuzz.com/xavier-mazellier

  • Keri_66
    Keri_66     

    A mon sens il ne faut pas oublier une chose : les SSII servent essentiellement (à mes yeux) à acquérir beaucoup d'experience sur un laps de temps relativement réduit.
    Cela permet donc, d'une part, "d'utiliser" une SSII et ses structures, et d'autre part, de pouvoir fournir un niveau d'experience à sa futur société que l'école n'aurait en aucun cas permit d'avoir.

    Puis il ne faut pas perdre de vue une chose, aussi bien la SSII que l'employé, chacun utilise l'autre pour faire sa carrière. "C'est le jeu ma brave lucette".

  • _Olivier_
    _Olivier_     

    Vous avez raison sur ce point et je comprends tout à fait votre remarque sachant que je suis moi-même diplômé depuis fin 2008 et en recherche d'emploi.
    Ceci dit, je perçois deux situations :

    - Soit le JD accepte le type de poste que vous décrivez parce qu'il n'a actuellement pas le choix. Il s'agit donc d'un choix en connaissance de cause.

    - Soit le JD ne s'est pas assez renseigné et/ou fait preuve d'un manque de discernement. Il ne faut pas avoir 36 ans d'expérience pour comprendre comme fonctionne le système. Il suffit d'être un peu curieux (par le jour où l'on débarque sur le marché !), de communiquer avec ses connaissances et surtout de savoir poser les bonnes questions en entretiens.

    Après, pour "les belles carrières", personne ne peut prédire quoi que ce soit. Les cartes sont entre les mains du JD.

  • radindu75ter
    radindu75ter     

    C'est pas une projection, c'est souvent la réalité !

    Il y a, depuis 1 an ou , une véritable propagande du Syntec et des SSII pour attirer les JD (plusieurs me l'ont dit) avec l'aval des directeurs d'école.

    On leur fait miroiter de belles carrières de "consultants de haut niveau" dans des boites "d'excellence"...etc, et ca marche en général.

    C'est pas une naïveté naturelle, c'est une ignorance de certaines réalités, beaucoup moins alléchantes qu'il n'y parait, mais comment le savoir avant d'être en poste... et de se retrouver bien souvent grouillot de base chez le client duchmol à pétaouchnok.

  • _Olivier_
    _Olivier_     

    Dans la série galéjades, elle est aussi pas mal la votre avec celle du "jeune grouillot" naïf qui n'y comprend strictement rien au système. C'est très maladroit de faire ce type de projection (qui, inversement, peut être interprété comme un signe de naïveté par le petit jeune).

    PS : "les confirméS"

  • evarann
    evarann     

    La situation que vous décrivez est bien connue des informaticiens freelance: entretiens multiples, repositionnement sur le marché ... Si l'aspect "gestion de carrière" est abordé durant ces sessions, c'est peut-être l'occasion pour certains experts de réfléchir sérieusement à devenir consultant indépendant...

    Florent Daversin
    expert Siebel freelance
    Co-fondateur Freelance Business Club
    http://www.freelancebusinessclub.com

  • pragmatic
    pragmatic     

    La crise remet peu à peu les choses à l'endroit, les informaticiens ne sont plus en position de force vis à vis des SSII (ils ne l'ont jamais vraiment été vis à vis des grandes entreprises utilisatrices), donc il faut savoir soigner son employabilité et se démarquer à nouveau , peut-être que ces ateliers peuvent y aider...
    Bienvenue dans le monde réel !

  • nomdedieu
    nomdedieu     

    J'ajoute qu'il n'y a pas que les SSII nom de dieu !!! Il y aussi les "vraies entreprises", et heureusement encore !!!
    Il est clair que pour être recruté en SSII, on a pas besoin d'avoir trop de conseils vu la médiocrité de leurs processus de recrutements (sauf pour les postes à responsabilité quand-même), mais les clients eux... OUPS PARDON je voulais dire les "vraies entreprises"... sont généralement plus attentifs à d'autres critères que la somme des compétences ! Et quand on voit le niveau de "culture générale" de pas mal de grouillots, ca fait peur quand-même...

  • radindu75bis
    radindu75bis     

    "les informaticiens connaissent très bien le système et ont forcément été amenés à se remettre en cause : les entretiens : ils connaissent"

    Tu rigoles ???
    Les "confirmé" peut-être, ou une partie d'entre eux en tout cas, mais certainement pas les jeunes grouillots qui sortent de leur écoles et qui débarquent dans le monde du travail (et qui se font régulièrement avoir par la propagande des SSII dans leur naïveté lol !)

  • Sceptique
    Sceptique     

    Cela est bien pour les informaticiens ancienne génération, s'il en existe encore, qui n'ont jamais bougé. Maintenant avec le gros du pavé qui est ssii, les informaticiens connaissent très bien le système et ont forcément été amenés à se remettre en cause : les entretiens : ils connaissent. Le pb n'est pas là.

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire