En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le nombre d'offres d'emploi dans l'informatique dégringole de 42 %

En juillet 2009, le volume d'annonces destinées aux informaticiens et confiées à l'Apec a chuté de 42 % par rapport à l'an dernier.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • loveuser
    loveuser     

    Pourquoi devenu ? les salariés de ssii, les interimaires ont toujours servi de variable par tous temps...

  • loveuser
    loveuser     

    Le qualificatif d'improductifs est dépassé, les informaticiens travaillent sur des projets qui rapportent à l'entreprise et des projets à valeur ajoutée : d'accord avec votre remarque sur les ssii.

  • bj33
    bj33     

    On peut supposer qu'un certain nombre d'offres d'emploi "bidon" qui apparaissent régulièrement font les frais de la "crise". mais il est vrai aussi que l'informaticien est devenu une variable d'ajustement comme d'autres....

  • Ssii
    Ssii     

    Pas étonnant ces chiffres, vu la pression exercée par les clients et les actionnaires des SSII pour offshoriser un maximum de projets dans le but de maximiser les profits et la marge.
    Par exemple, Cap gemini qui se présente comme une ssii française est en fait une ssii indienne avec 20000 ingénieurs en inde, soit le tiers des effectifs. Du coup les autres suivent, la mode est à la marge opérationnelle, les PDG des SSII font une compétition sur ce chiffre sur le dos de leurs salariés.

  • tiffy76
    tiffy76     

    Les chiffres ne sont pas très étonnants. Les informaticiens font partie de ce qu'on appelle les "improductifs", et c'est sur cette catégorie qu'on tape en premier en cas de crise.
    De plus, dans un contexte de crise, la plupart des entreprises choisissent de geler les investissements, donc notamment les chantiers informatiques.

    Les principaux employeurs (les SSII), vont attendre d'y voir plus clair avant de reprendre les embauches.

    La bonne nouvelle, c'est que justement en France le métier est très "SSIIsé", et du coup les embauches peuvent revenir preque aussi vite qu'elles avaient disparu.

Votre réponse
Postez un commentaire