En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le numérique, parent pauvre des investissements d'avenir

Le numérique, parent pauvre des investissements d'avenir
 

L’économie numérique ne perçoit que 600 millions d’euros sur les 12 milliards du nouveau programme d’investissements. Plus de la moitié de cette manne est dévolue à la transition énergétique.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Nacyl
    Nacyl     

    S'il est une certitude, c'est bien que le projet smart grid a pour vocation première de faire réaliser des bénéfices (et non pas économies) à EDF au détriment de ses clients.

    Que nos politiciens (ennes) osent encore utiliser la pompe à brouillard pour assommer le citoyen me laisse une fois de plus un gout amère surtout dans une période difficile comme celle que nous traversons...

    Mais par ou commencer tellement la liste est longue ?

    Peut-être par le fait que l'énergie devrait (pour certains dont une partie des cadres d'EDF) être considérée comme un bien de consommation courant.
    On le comprend assez vite, du point de vue des producteurs, invoquer la sacro-sainte loi de l'offre et de la demande pour faire flamber les tarifs a de quoi réjouir le commercial moyen (sans parler des actionnaires).
    Un petit exemple qui n'a l'air de rien mais qui illustre bien le propos, pour le moment ce sont les disjoncteurs qui prennent en charge la coupure de courant indépendamment de l'abonnement.
    Ainsi, une installation avec un abonnement de 9KVA protégée pour un disjoncteur de 45A permet "d'absorber" un pic de consommation jusqu'à 10KVA sans problème (45*230).
    Avec Linky, ce sera fini.
    Coupure à 9KVA.
    Si l'installation est limite, le client n'aura d'autre choix que de souscrire à un abonnement pour une plus forte puissance soit du 12KVA (ou de se chauffer en tapant dans les mains).
    Là, on commence à beaucoup mieux sentir les économies, non ?

    On passe d'un abonnement à environ 91? à un abonnement d'environ 144?, une paille !
    Je n'ai pas vu qu'EDF proposera, au début du déploiement, des tarifs pour des puissances intermédiaires...

    Mais soyons optimistes, on nous promet une gestion plus fine de notre consommation "en temps réel".
    Avec un compteur en limite de propriété (dehors donc) ou accolé au mur de la maison ou encore à la cave, ça promet de joyeux moments.
    Mais j'y pense, on nous dit qu'il est communicant en CPL ce brave compteur !

    Bonne pioche !

    Un petit adaptateur sur le réseau du logement et hop ! Une petite interface pour gérer le tout depuis notre ordinateur !!!...
    Ou alors, souscription d'une offre payante auprès d'EDF pour consulter NOS DATAS...
    Je ne crois pas que ce soit la première option qui sera retenue, malheureusement.

    En parlant de CPL, il semblerait bien que les boîtiers actuels, qui fonctionnement parfaitement, ne seront pas compatibles avec Linky.
    Je cherche encore sur le site d'EDF l'interface permettant de demander à EDF le remplacement, à sa charge, des boîtiers devenus incompatibles avec une technologie que nous n'avons pas sollicité.

    La technologie, parlons-en justement.
    Un boîtier communicant se doit d'être convenablement sécurisé, c'est tout de même la moindre des choses (mais il est vrai que les bugs et les hacks ne sont que pour les autres, c?est bien connu).
    Peut-on sérieusement envisager que ce compteur (dont on nous dit qu'il coute 30? sans la pose) embarquera les modules de sécurités appropriés en plus du reste ?
    Là, j'ai comme un doute.

    Et je passe volontiers sous silence les menaces sur la vie privée avec un contrôle permanant des consommations.
    On ne le répètera jamais assez : confiance n'exclue pas prudence !

    Autre vaste blague, ces fameux 10 000 emplois qui, on peut le parier, ne seront certainement pas pérennes puisqu'un jour, il n'y aura plus de compteur à déployer (sans compter un nombre d?agents EDF dont l?activité était de relever les compteurs et qui, à terme, seront affectés à d?autres tâches ou non remplacés ou encore remerciés).
    Ces 10 000 emplois, donc, que deviendront-ils ce jour là ?

    Donc, quand je lis : « Ce compteur intelligent et les réseaux du même nom (smart grids) qui le supporteront doivent aider les Français à mieux maîtriser l?énergie en les informant sur leur consommation électrique. », je doute.

    « Linky permettra aussi la télé-relève, la facturation sur des index réels, des interventions à distance et des dépannages plus rapides. »
    La facturation sur relevé réel, j?ose à peine l?espérer puisqu?il est plus rentable de demander aux clients de faire l?avance de trésorerie en facturant une estimation que de facturer ce qui est réellement consommé même si la technologie le permet.
    Pour les interventions à distance, par contre, un bénéfice certain qui permettra aussi de couper le jus aux « mauvais payeurs » le tout sans se poser de question et avec, en prime la satisfaction du devoir accompli.

    Investissement d?avenir, donc, certainement mais une fois de plus, au détriment des populations et en faveur d?un libéralisme économique qui risque, une fois de plus, de pousser une partie de la population à faire des choix qui mettront en péril sa qualité de vie et/ou sa santé (sans énergie, ça peut arriver).

Votre réponse
Postez un commentaire