En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le télétravail bientôt réglementé ?

Le télétravail bientôt réglementé ?
 

Depuis hier, une proposition de loi pour encadrer le recours au télétravail est en discussion au Parlement. De quoi encourager des entreprises du secteur informatique à se lancer.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • Miss Padawan
    Miss Padawan     

    Bonjour à tous

    je suis justement dans le cas où je ne suis pas toujours capable de me déplacer, je suis atteinte d'une maladie qui évolue par crise très handicapante parfois et qui m'oblige à être en arrêt car je ne peux quasiment plus me déplacer. Je suis impotente pour les déplacements mais pas pour travailler.
    Je suis en négociation avec mon employeur pour être en travail pendulaire (3 jours/semaine en télétravail et 2 jours/semaine à l'agence). l'employeur n'est pas contre car il comprend que cela évitera des arrêts maladie, de la fatigue, du stress et que cela me permettra de mieux concilier ma vie personnelle à ma vie professionnelle, et de rester efficace dans mon travail. C'était le flou pour instaurer cet aménagement de poste.
    La Loi permettra de définir un cadre qui rassurera les salariés et les employeurs.
    Il faut que cela reste néanmoins une négociation respectueuse entre l'employé et l'employeur et que ce ne soit pas un moyen de pression de la part des patrons.
    L'idéal pour des salariés travaillant déjà dans une entreprise, le passage en télétravail ne decrait pouvoir se faire uniquement à la demande du salariés.
    Par contre, une entreprise peut très bien prévoir lors de ses recrutements des postes en télétravail : les postulants sont libres d'accepter ou de refuser ce poste proposé...

  • ____cc____
    ____cc____     

    Oui ce livre est très bien, je ne l'ai pas fini mais ce que j'en ai lu montre bien justement toutes les perversions des nouvelles "méthodes" de travail etc...

    Bref, tout ça pour dire qu'on est pas sorti de l'auberge ;)

    ++

  • Gottheim
    Gottheim     

    "l'open space m'a tué" dis-tu? Ce livre à l'air bien intéressant!

    Je suis d'accord avec toi sur le fait que cette période DOIT être une période de travail. Mais ce genre de crise s'est déjà produite dans le passé. Avec des effets probablement plus limités, mais il y aura un "après". Et ce que je refuse, c'est de faire passer une loi permissive "à l'arrache" pour ,après coup, ce retrouver avec la gueule de bois.
    Je le répète, le principe me convient parfaitement, et jhaim à mis en avant des avantages pas assez souvent cités. Ce que je crains, c'est l'application.

    Tu as raison concernant les travailleurs étrangers. Et pour contrer cela, une capacité de travail très forte est importante. Aussi le côté râleur du français n'a t-il pas toujours été là ?(humour ). Mais non acquis sont primordiaux, et doivent être protégés.


    Cordialement,

    Gottheim


    p.s.: Concernant le "méchant patron". Je l'ai souvent cité dans mes commentaires précédent, mais souvent, c'est plus un "intermédiaire" qui met la pression, et comme tu dis, le salarié lui-même. Quand je dis "patron", c'est vraiment "hiérarchie" au sens le plus général possible.

  • ____cc____
    ____cc____     

    Il est vrai que le "gauchiste primaire" s'addressait plus a jpfr dont le titre du message était "pov'cons" en référence a qui tu sais...

    Ce que tu dis rejoint ce qui est dit dans le livre "l'open space m'a tué": on est pas obligé, du coup le fait de ne pas le faire est associé a de la mauvaise volonté (la pression ne vient plus du boss mais de l'employé lui même).

    Ce qui me fait un peu peur c'est le fait de vouloir à tout prix défendre son droit au temps libre en citant la crise comme excuse. Personnellement, je concidère la crise comme étant le moment ou justement on doit bosser le plus, sans (trop) se poser de questions.
    N'oublions pas qu'a quelques milliers de KM d'ici on trouve des mecs qui ne demande qu'a bosser quelqu'en soit le prix (ce n'est pas ce que je prône non plus), mais quoi qu'il soit le français devient de + en + couteux et de + en + râleur en ce qui concerne le travail et le "méchant patron". Ca sent le futur tiers monde quoi....

    ____cc____

  • - Arod -
    - Arod -     

    Même si le phénoméne prend de l'empleur, la plupart des entreprises françaises ignorent encore ce que c'est.

    Ma principale crainte, est que cette mesure qui vise à faire connaitre plus emplement cette méthode de travailler, puisse entrainer d'importante délocalisation. En effet, si un patron peut faire faire un travail à un Francais qui est chez lui, il peut le faire faire à un Chinois dix fois moins cher !

    -> Augmentation du chômage.

    Mais bon je ne veux pas avoir une vision trop pessimiste non plus ^^ c'est ma principale crainte, mais je trouve que le fond de l'idée présente des avantages.

  • Gottheim
    Gottheim     

    D'abord, ta citation prouve que tu as lu tout mon message. Merci.

    Ensuite, c'est la première fois que l'on me traite de gauchiste primaire....soit.

    Fondamentalement je ne suis pas contre, je mis assez de "personnellement" et de "je" dans mon texte pour prouver que c'était MON opinion en effet.
    Mais il faut aussi voir que la possibilité qui te sera offerte, ____cc____, de travailler à domicile donnera des outils à certains patrons, pas tous ne soyons pas bête, de profiter de certains salariés. Et dans ce cas, toi rien ne t'empêche de le faire, mais tu forces d'autre à le faire aussi.

    Si tu me dis qu'il n'y a pas de pression, surtout ces temps-ci, se sera de la mauvaise foi. Une évaluation par-ci, une remarque par-là. Le temps est aux licenciements. Pour sûr, la qualité de travail des personnes comptent, mais les refus divers aussi. J'ai peut-être une vision très négative mais l'actualité n'aide pas.

    Mais sur le principe, je suis tout à fait d'accord. Chacun fait comme il veut, sans répercutions. Celui qui veux retourner travailler pour ne pas avoir une pile de choses à faire, ou pour gagner plus utilise ce moyen. Ceux qui ne se sentent pas en état de travailler se reposent... Mais c'est une utopie.

    Alors comment faire sans protections du salarié? Et sans oublier la réalité en entreprise? (c'est une question ouverte)

    Je ne suis pas hermétique aux arguments. jhaim met en avant le temps gagné en transport, ainsi que le gain du point de vue écologique. Et je suis très sensible à ces points.
    La solution à ces avantages, mais il ne faut pas que les inconvénients les occultes.

    Cordialement,

    Gottheim

  • jhaim
    jhaim     

    Je pratique cette forme de travail depuis 2006 suite à la fermeture de notre agence Parisienne. Bien que n'ayant plus beaucoup de contacts sociaux. Je n'ai plus besoin de passer des heures en transport.
    Je dispose de plus de temps et pour le travail et pour mes loisirs indispensables.
    Généralisé cela réduira les emissions de
    Co² en réduisant drastiquement les flux de travailleurs employés dans les bureaux et administrations. C'est un progrès à mon sens.

  • ____cc____
    ____cc____     

    "J'aime avoir une séparation nette entre vie privée et vie professionnelle", et donc, sommes nous tous obligés d'aimer les mêmes choses que toi... moi je suis pour, mais ça ne t'empêche de ne pas le faire, alors qu'en étant contre tu m'en empêche. C'est bien là tout le problème du gauchiste primaire, il empêche les autres de faire ce qu'IL n' "aime" pas faire.

  • Gottheim
    Gottheim     

    Bonjour,

    bien que les propos de jpfr soient à modérer, il a tout à fait raison sur certain points.

    Les relations professionnelles : Personnellement, j'aime bien passer dire bonjour à tout le monde en arrivant le matin et me boire un café avec les collègues pendant la journée pour décompresser 5 minutes. Quid lorsque l'on travaille à domicile, à temps plein? L'entreprise n'est pas seulement un lieu de productivité, c'est aussi un lieu d'échange et de discussion...vu le temps que l'on y consacre, heureusement que tout le monde ne se tire pas la tronche tout le temps ! Je me voie mal travailler seul, dans mon petit studio sans arrêt...Bien sûr cet un avis personnel, mais pour moi, l'entreprise est autre chose que juste un bureau et un écran de PC où coder.

    Congés maladies :
    Dans congés maladies, il y a "congés". Ça peut paraître idiot, mais cette période est faite pour se reposer! Aussi bien physiquement que mentalement. Si j'ai une gastro, je suis pas très productif devant mon écran. Idem avec un combo grippe/mal de crâne^10.
    Au contraire, j'ai eu un arrêt pour foulure grave (plâtre, béquilles,...).
    Au début OK pour l'arrêt mais après je me suis ennuyé pas mal. Alors que j'aurais "physiquement" pu aller au taf (en galérant un poil).
    Surtout que d'après ce que j'ai compris, ce serai au choix du salarié. Mais, pas de mauvaise foi, on sait tous que la pression sera présente pour travailler à domicile pendant ce congés...
    D'autres solutions ne sont-elles pas possibles? Un assouplissement de la durée en accord avec le médecin et en fonction de la volonté du salarié? Quelque chose d'indépendant des patrons pour éviter les pressions tout en respectant les désirs et les réalités des personnes?

    Temps de travail :
    Là, c'est plus un cadre légal et éthique. Qui n'a jamais fait d'heures supplémentaires? Personnellement, je suis informaticien rattaché à une usine de production. Dans cette optique je pointe comme tout le monde et c'est bien la sonnerie de fin de travail que me rappel l'heure et le fait que je doit rentrer. Même si je déborde cela reste modérer. Mais qu'en est-il en télétravail? Une certaine liberté de gestion du temps, mais avec la possibilité évidente de "dépasser un peu" juste "pour finir un truc urgent". Les abus peuvent vite arriver. Par exemple, pour l'employeur, baisse des charges, et salariés ne comptant plus ces heures...

    Cher ____cc____ , je ne pense pas qu'il soit raisonnable de prétendre des compétences de quelqu'un juste avec commentaire d'un forum.
    Les avantages du télétravail sont bien réel, mais celui-ci ne doit pas devenir une solution pour du travail sans limite. J'aime avoir une séparation nette entre vie privée et vie professionnelle. Ce n'est pas le travail qui d'une une valeur à l'homme mais l'inverse.

    Cordialement,

    Alain

  • Esperanzita
    Esperanzita     

    Le souci avec ce genre de loi, c'est que ça part d'une bonne intention, mais que beaucoup d'employeurs pas très scrupuleux vont profiter du non-volontariat pour se séparer des personnes...

    Mais personnellement, je suis assez d'accord pour pouvoir continuer mon travail si je suis capable de travailler mais incapable de me déplacer (du genre enfant malade,jambe dans le plâtre,...), et que mon travail est faisable à distance.
    Mais sûrement pas qu'on m'oblige à le faire sous peine de licenciement.

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire