En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le TGI de Nanterre condamne HP pour ses quotas de mauvaises notes

Le TGI de Nanterre condamne HP pour ses quotas de mauvaises notes
 

Les syndicats ont eu gain de cause : ils ont réussi à prouver que les notations attribuées chaque année aux salariés d'HP obéissaient à une logique de quotas.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Traboulsy
    Traboulsy     

    Idem dans l'administration ! Pendant que les hauts fonctionnaires (nommmés par les politiques) continuent à s'attribuer primes, dédommagement et salaires de Ministre + de 7000 ?/mois) , les cadres moyens et autres fonctionnaires stagnent pour certains depuis 10 ans avec strictement le même salaire pour peu que l'augmentation forfaitaire du point d'indice compense l'augmentation de leur mutuelle ... Les plus petits sont proches du Smic avec des primes insignifiantes.
    On leur répondra bien sur : estimez vous heureux d'avoir du travail ! Certes ...

  • mkosla
    mkosla     

    C'est la méthode GE (General Electric) de quota. Quand je travaillait a l'étranger ce n'était pas un fait caché... Avec quota obligatoire de mauvaises notes. Moi et mes collègues européen avons démissionné peut après la mise en place de cette méthode dans notre entreprise.

  • Nacyl
    Nacyl     

    Il est édifiant de lire que le juge condamne le système de notation mais laisse les notes...
    Sachant que l'activité des uns et des autres tout au long de l'année se fait justement principalement pour cette note, il y a de quoi se poser des questions !
    On se retrouve donc à travailler non pas en croyant dans ce que l'on fait mais pour l'obtention d'une notation qui tient le plus souvent de la note de gueule plus que du reflet de l'activité réelle...
    Et certains de s'étonner ensuite que, d'une part, certains salariés finissent par jeter l'éponge de manière dramatique (pas besoin d'explications sur le sujet...) et, d'autre part, que les management en général et les patrons en particulier soient décriés (et c'est un euphémisme).
    A quand un retour à la valeur réelle du travail ?
    Les chiffres, c'est bien, mais on leur fait dire ce qu'on veut.
    Par ailleurs, n'est pas statisticien qui veut !
    Il est tout de même important de se rappeler que plus un nombre est grand, plus une statistique sera vérifiée ce qui n'est pas vrai dans le cas contraire !!!
    Si sur une population de 10 000 employés, statistiquement, il y en a 5% qui n'obtiennent la "moyenne", à l'inverse, ça ne veut certainement pas dire que dans une équipe de 5 personne il y en aura forcement 1 dans le même cas...
    Mais autant prêcher dans le désert, nos "managers" sont, semble t-il, bien trop bien formés et/ou intelligent pour tomber dans ce piège, c'est bien connu...
    Alors condamner le système de notation sans supprimer les notes, pourquoi pas mais ça reste, au minimum, une belle contradiction qui ne risque pas d'apaiser le climat qui règne dans nos entreprises...

Votre réponse
Postez un commentaire