En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le Web 2.0, c'est comme la nage...

Le Web 2.0, c'est comme la nage...
 

Ça ne s'apprend pas dans les livres, ni dans les articles de 01net., mais en se mouillant...

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • StoneInTheSky
    StoneInTheSky     

    C'est toujours ce que l'on cherche que l'on trouve en dernier

  • pomaliance
    pomaliance     

    Votre discussion est intéressante. Et celle-ci n'aurait pas eu lieu sans le web 2.0 (Terme purement marketing, j'en conviens). Car à contrario, le web 1.0, c'étaient (ou ce sont) des articles qui n'offraient pas la possibilité d'en discuter, entre autres.

    En relisant, j'ai compris que Marc de Fouchécour souhaitait nous initier TOUS "au web 2.0" (= nouvelles fonctionnalités) AVANT de l'appliquer -si besoin est- au monde l'entreprise.

    Cependant, je partage l'avis de "monasse" : l'outil est au service de l'homme, et non l'homme s'adapte à outil. L'informatique n'est qu'un outil.

    ps: je ne suis pas non plus issu du monde de l'informatique. Mais aujourd'hui, cet outil envahie 70% de mon temps de travail.

  • monasse
    monasse     

    Extrait de l'article :
    C'est le Financial Times qui l'écrit le 27 janvier dernier : « Business starts to take Web 2.0 tools seriously« [« les entreprises commencent à prendre les outils Web 2.0 au sérieux », NDLR] , avec quelques exemples illustres de multinationales. Mais combien d'entreprises, de collectivités locales ou territoriales se sont-elles lancées en France?[...]
    Sauf à devoir lire en braille, il me semble bien que l'article parlait de l'application du Web2.0 au monde des entreprises. Ou alors votre introduction est elle déconnectée du reste de vos CCLN ?
    Quant bien même mon intellect n'aurait pas capté certaines subtilités de votre article, pour "se mouillez" il faut bien de l'eau, et donc qu'une entité prenne ce risque de mettre en oeuvre des outils dont le besoin n'est pas forcement exprimé dans l'entreprise.
    Il semble que s'il puisse bien y avoir un quiproquo, mais celui ci non pas sur le fait du web2.0, mais simplement sur le fait d'inventer des outils dont le besoin n'existe pas, contre celui de combler des besoins qui existent.
    Quant a savoir un peu plus sur ma personne, je suis un DSI d'une PME, de 250 personnes, mes pensées sont bien souvent politiquement incorrectes, persistant à croire que l'outil est au service de l'homme, et non que l'homme d'adapte à outil.

    Ps : Pour ce qui est du pseudo, j'ai pris monasse, parce que les pseudomonas sont des bacteries fréquentes en agro. Un trait d'humour en somme.

  • marcfouchecour
    marcfouchecour     

    bonjour "monasse". Tout d'abord nous échangeons sur le web 2.0 dans un outil pas "web 2.0 entreprise" car si vous savez qui je suis, j'ignore qui est "monasse". Je ne reviendrai pas sur nos différences de points de vue (l'outil change-t-il ou pas ? nous change-t-il ou pas ? le web 2.0 est -il le changement dans la continuité ou un changement radical ? etc.), le débat est vif et passionnant, et plus facile à faire (techniquement) dans d'autres lieux. Je voudrais seulement vous dire que moi non plus je ne vais pas voir les PDG en leur disant de faire la planche et de signer des chèques en blanc. Je m'adresse ici et pour l'instant aux individus en leur disant : allez-y, essayez, mouillez-vous, on en parlera après que vus ayiez fait expérience. (Je rencontre des tas de managers qui parlent d'outils web 2.0 sans les avoir jamais essayé en vrai pour eux). Pour le discours auprès des décideurs, j'y reviendrai, et de manière structurée.
    PS : Nous avons au moins un point en commun, je ne suis pas non plus issu du monde de l'informatique ;-)

  • monasse
    monasse     

    Comme à la loterie nationale :
    100% des gagnants ont tenté leur chance.........
    ...... tout comme 100% des perdants !
    on plonge ? un peu comme les banques qui inventent des outils pour financer ceux qui ne peuvent pas payer... ... et crac....
    Sourire...
    Bon et si nous reflechissions avant d'agir... non ?

  • monasse
    monasse     

    Je suis dans le monde de l'informatique... Mais j'ai la "fierté", si je puis dire, de ne pas être issu de ce monde là. Je ne "fais" pas de l'informatique pour elle même, vous savez "le logo en flamme des pub d'IBM"... J'ai pu voir depuis maintenant bientôt 10ans que j'ai fondé le service informatique de ma société, des noms, et appellations surgir du néant, des spécialistes en « comm », ou des marketeux, pour simplement qualifier le passage d'un fait non informatique à sa version informatique. PGI, B2B, CRM, SOA etc... Chacune de ces choses devait "révolutionner" la vie de tout le monde, c'était THE chose à faire At Once. Mais au final? Combien de ses choses ne sont que des relookages de fait quotidien réel issus de service marketing d'éditeur?
    Vous parlez de Web 2.0, tout le monde en parle, mais que chacun me donne sa définition du Web2.0?
    C'est quoi? C'est les blogs? Le travail collaboratif? la dématérialisation de "bureau"? C'est du "je bosse anywhere"? ou encore du je "partage à tout va?" et au final du « j'agis, je ne suis pas légume » ?
    Ou est ce plus simplement la continuité de l'évolution du web de façon a ce que le quidam puisse lui aussi être présent sur le net sans pisser la moindre ligne de code?
    L'appellation Web 2.0 est une fumisterie, pour marquer « le changement dans la continuité ». Les techno ne changent pas, les outils restes les mêmes. Et pour continuer dans les images, le web 2.0 est au monde de l'entreprise ce que le couteau suisse est à la caisse à outil.
    J'ai une autre approche dans mon quotidien : le pragmatisme. Je ne pense pas pouvoir dire a mon pdg : « tiens on va mettre du web2.0, on fera n'importe quoi c'est pas certain que cela va marcher, ca me prendra un peu de temps, ca en bouffera au utilisateur, mais je ne sais foutre rien de ce qui en sortira? mais y a qu'a faire la planche et se laisser porter !» pensez vous que cela soit sérieux ?
    Je suis las des fausses nouveautés, des « révolutions » qui ne sont même pas des jacqueries. J'aimerai un jour que l'informatique est la même image qu'un stylo « bic ». C'est l'outil de tous les jours, c'est simplement UTILE, je l utilise parce que cela corresponds à l'outil dont j'ai besoin. L'utilisateur, 90% des personnes ayant un pc, mac, ou autre dans les mains ne se soucient pas de savoir : web2.0, html 1.1, smtp, imap, java? il veut simplement des outils pour communiquer, pour travailler, pour faire que son quotidien soit plus simple...
    Alors plutôt que d'inventer des outils et de ce dire « Tiens! Que va-t-on en faire »? si l'on reprenait le sens de la marche, et que l'on invente les outils utiles, là, maintenant ?

  • marcfouchecour
    marcfouchecour     

    Merci d'ajouter une ou deux lapalissades, sous forme de métaphores, aux miennes ;-) Ceci dit je crois que l'outil façonne souvent la main qui l'a façonné. J'y reviendrai. Donc, on fait quoi ? Eh bien on plonge, non ? et on se raconte ? 100 % des découvreurs de trésor sous la mer ont plongé. Et pour "passer aux choses sérieuses", suite au prochain article.

  • monasse
    monasse     

    CCLN... vous pouvez plongez profond croyant à un tresor, mais ne plus jamais remonter, ou alors avec les caisses vide...
    Avec une pioche je creuse les fondation d'une maison, un empire... ou je fracasse le crane du voisin...
    Un outil n'est jamais que ce que l'on en fait...
    Bien et apres ces lapalissade on fait quoi ? parce que web 2.0 ce n'est jamais que du web...

Votre réponse
Postez un commentaire