En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les 10 tendances technos de 2010 (Partie 1)

Les 10 tendances technos de 2010 (Partie 1)
 

Gartner identifie dix technologies clés pour l'année à venir. En voici cinq aujourd'hui : le cloud, le bureau à distance, l'entreprise verte, l'analyse décisionnelle et les centres informatiques en kit. Les cinq autres demain.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • AntoineC
    AntoineC     

    "le développement d'applications en HTML 5, pour se passer des couches lourdes comme Flash ou Silverlight" . Lorsque le HTML se met à singer le comportement du Flash et du Silverlight, il devient aussi lourd. Et concernant Silverlight, on dispose d'un vrai language de dev (c#) à coté duquel le javascript est minable.
    Regardons aussi ce qui se passe sur l'Iphone, où le html a été écarté au profit d'applications écrites dans un vrai language de programmation (c++)

  • Nacyl
    Nacyl     

    Un point commun à tout ce qui est mentionné ici : Internet.

    Du Cloud Computing à la Vidéoconférence en passant par le bureau à distance, tout ceci suppose qu'on se tienne sur des bases de communication solides !

    Or, aux dernières nouvelles, ce n'est toujours pas le cas d'Internet.
    Le protocole utilisé n'est toujours pas conçu pour supporter la charge de ceux qui voudraient nous voir évoluer vers du tout virtualisé.
    Pour l'infrastructure, c'est la même chose !

    Or une chose est certaine, les entreprises ne fonctionnent pas en vase clos. Elles ne maîtrisent donc qu'une partie du réseau qu'elles utilisent (quand elles ne sous-traitent pas) et ont bien trop souvent la fâcheuse tendance à l'oublier.

    Et si au lieu de nous promettre monts et merveilles au travers de contrats juteux (pour ceux qui les font signer) on faisait de 2010 l'année qui permettra à notre réseau à tout faire de passer la prochaine décennie sans soucis ?

    Oui, je sais, on peut toujours rêver...

Votre réponse
Postez un commentaire