En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les éditeurs français appellent l'Etat à l'aide pour surmonter la crise

Les éditeurs français appellent l'Etat à l'aide pour surmonter la crise
 

Aides financières tenant compte des spécificités du secteur et création d'un Small Business Act européen, les éditeurs de logiciels français demandent le soutien des pouvoirs publics.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • chanteloups@msn.com
    chanteloups@msn.com     

    monsieur, j'écrit un livre titré (mourir et renaitre ailleurs)éditions bénèvent,j'ai perdu plus de 40000E il parai que n'a pas plu, comment savoir si aucune librairie n'a pas voulu le mettre en vente? A présent j'ai encore un autre, titré la folle du dimanche, il y a presque deux ans que j'attends qu'il soit édité,j'ai tout payé, a la société des écrivains!!!Merci de m'avoir lu

  • MatthieuF
    MatthieuF     

    Il s'agit ici de faciliter les démarches d'innovation, sachant que l'innovation permet justement de créer de la valeur et accessoirement des emplois... et justement pour l'instant ce sont plutôt le grosses entreprises qui arrivent à décrocher des subventions dans ce domaine et pas les éditeurs de petite taille qui sont pourtant souvent plus dynamiques.
    L'innovation ne vise pas seulement à exploiter des marchés qui existent mais à en développer de nouveaux, c'est nécessaire à toute économie et les pays qui ont compris cela se portent mieux que les autres. Évidemment si les banques assumaient leur rôle correctement (prêter les fonds / financer), les entreprises auraient moins besoin d'aides publiques.

  • Hadopicsou
    Hadopicsou     

    Mon portefeuille à moi se porte mal. Je suis taxé de toute part, les produits de première nécessité sont de plus en plus chers, je vais bientôt déposer faillite. Ce au nom de quoi je demande à l'état de m'aider, d'injecter de l'argent frais dans mon portefeuille, sans quoi je n'aurais plus de sous pour nourir mes enfants. Hein? Quoi? Il ne suffit pas de demander pour obtenir des subventions? On m'aurait menti?
    Blague à part, la crise a encore une fois bon dos. On lui met tous les maux du monde pour justifier subventions et licenciements (accompagnés de substanciels dividendes aux actionnaires des grosses boites et salaire mirobolants des grands patrons), et en attendant les français ont de plus en plus de mal à subvenir à leur besoins vitaux (avoir un toit et se nourir)! Ah il est beau le président du pouvoir d'achat et son paquet fiscal à 15 Millirads par an pour les vrais nantis...

  • Grrrrrrrrrrrrrrrrrrr
    Grrrrrrrrrrrrrrrrrrr     

    Oui, aidons les créateurs de logiciels aussi... et aidons tel secteur et tel secteur et tel secteur... et ce même si le marché n'existe pas.

    L'Etat ferait mieux de relancer le pouvoir d'achat et laisser le marché faire vivre ou tuer les entreprises. A doner des aides à tout va, on risque de financer des marchés qui ne devraient plus exister.

    Pour ce qui est des éditeurs de logiciels, quand on voit le prix demandé pour des upgrade alors qu'il n'y a pratiquement pas d'évolution du logiciel, si ce n'est un qu'un petit lifting de l'interface graphique...

    Ce qui doit faire vivre une société, c'est la loi de l'offre et de la demande

Votre réponse
Postez un commentaire