En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les informaticiens a priori à l'abri du CDI de projet

Les informaticiens a priori à l'abri du CDI de projet
 

Syndicats et patronat négocient un nouveau contrat de travail appelé ' contrat de projet '. En SSII, son impact devrait être faible.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

20 opinions
  • drakkar12
    drakkar12     

    En SSII CDI ne désigne pas un Contrat à Durée Infinie... mais bien un contrat qui peut être résilié à tout moment(cf MUNCI).

  • Big_Jim
    Big_Jim     

    Si les SSII peuvent se défausser sur les ASSEDICs de ce que tu leur coûte pendant que tu es en intercontrat, vont-elles s´en priver ?
    En plus, ça permettra de virer les expérimentés par des petits jeunes à peine sortis de l´école, moins chers, et plus malléables.
    Tout bénef, quoi ...

  • Big_Jim
    Big_Jim     

    Bah ! Ils finiront bien par virer les mécanos qui entretiennent leurs jets Bolloré et ceux qui dévellopent les logiciels embarqués, et un avion mal entretenu et/ou mal programmé, alors eux aussi pourront dire ¨sic transit gloria mundi¨ (Ainsi va la gloire en ce monde). A contrat précaire, jet précaire ...

  • Big_Jim
    Big_Jim     

    C´est sûr que ça va attirer les talents de Tunisie, ou d´ailleurs ... Cela dit, on parle français au Québec aussi ;-)

  • Big_Jim
    Big_Jim     

    Remplacer l´intercontrat par du chômage, c´est tout bènef... Les SSII ne te paient pas, vu que ce sont les ASSEDICs qui le font. Y a bon Banania dans la popoche, non ?

  • Big_Jim
    Big_Jim     

    Sans compter que si travailler en SSII ou en intérim c´est pareil, ça va faire tout drôle à certains , et vachement plaisir à d´autres ...

  • Big_Jim
    Big_Jim     

    Dans votre article, vous mentionnez les difficultes qu´ont les SSII à recruter. D´un autre côté, on peut lire dans 01 que les licenciements ne diminuent pas, et que les embauches ne font que les compenser. Que penser ? On renouvelle le cheptel avec des petits jeunes pas chers et plus malléables, c´est tout. Les collab´s continueront à être traités comme de la bidoche, et les commerciaux à s´en mettre plein les fouilles. Vous-même êtes devenu journaliste, mais si le secteur est vraiment en train de redécoller, pourquoi ne pas revenir en SSII ?

  • sanfilite
    sanfilite     

    Comme par hasard, dès qu'on essaie d'ouvrir des portes aux chomeurs immédiatement les nantis critiquent.

  • Technical Design
    Technical Design     

    On passera du marchant de viande au contrat de viande...
    S'il veulent mettre cela en place. Il faut libérer les indépendants dans tout les sens du terme

  • MUNCI
    MUNCI     

    « Comme à son habitude l'association d'informaticiens Munci s'insurge contre ce nouveau projet »

    MUNCI : commentaire un peu maladroit…(ironique ?)
    Nous avons en effet pour habitude de réagir à la désinformation (ou sous-information) qui peut porter un préjudice, au moins moral, à nos professions. Sans ménager notre esprit critique il est vrai, car il faut bien être critique pour être constructif !
    Et si nous le faisons fréquemment, c’est hélas parce qu’une certaine « pensée unique » est très présente dans notre secteur (ex. le mythe de la pénurie d’informaticiens…)
    Vous auriez pu dire aussi : « Comme à son habitude, le Medef est à l’origine de ce nouveau projet susceptible de développer la précarité… » ...c'est ce pas ;-)

    « De son côté, Alain Donzeaud, président de la Commission sociale emploi et formation de Syntec Informatique tient un discours très mesuré. »

    MUNCI : On pourrait dire aussi un discours « politiquement correct », bref…

    « (…) A l'heure actuelle 98 % des contrats signés sont des CDI ou le deviennent dans nos entreprises, et cela n'est pas près de changer. »

    MUNCI : Faux. 95% des salariés des sociétés membres du syndicat patronal sont en CDI. Mais en réalité, selon l’Anpe, il y a 74% de contrats signés en CDI dans le secteur, pour 26% de CDD et contrats d’intérim.
    Mais n'oublions pas l'importante des licenciements... ce n'est quand-même pas pour rien si le Syntec était demandeur il y a quelques années !
    Aujourd'hui, certains grands patrons de SSII ne passent pas forcément par le Syntec pour s'adresser au Medef...

    « De son côté, Yvan Beraud, secrétaire national de la fédération F3C CFDT en charge du secteur des SSII et des éditeurs n'est pas vraiment inquiet. « Le texte précise que la durée d'un tel contrat doit être supérieure au minimum à 18 mois. Ce n'est pas ce que les entreprises recherchent vraiment, elles préfèreraient une période plus courte. D'autre part, le recours à ce type de contrat particulier est subordonné à la conclusion d'un accord de branche … »

    MUNCI : il n’est pas rare que nos missions en régie dépassent 18 mois chez nos clients, surtout dans la banque. Mais il est vrai que la durée moyenne des missions est plutôt comprise en 6 et 12 mois.
    Toute la question est de savoir si cette durée de 18 mois minimum, et surtout le critère de réalisation d’un « objet précis », seront bien retenues dans l’accord final… car il y a encore des doutes à ce sujet.
    Concernant la subordination de ce contrat à un accord de branche, c’est en effet un point intéressant qui nous avait échappé.

    « L'avenir de ce contrat dans le secteur informatique semble donc bien incertain, d'autant plus qu'à l'heure actuelle, les SSII ont tellement de mal à recruter qu'on voit mal comment elles pourraient avoir recours à court terme à ce type de contrat. »

    MUNCI : Oui, sauf qu’on n’écrit pas le droit du travail en fonction de la conjoncture...cyclique qui plus est.

Lire la suite des opinions (20)

Votre réponse
Postez un commentaire