En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

« Les négociations sur le chômage partiel sont mortes, sauf miracle »

« Les négociations sur le chômage partiel sont mortes, sauf miracle »
 

Hier, la fédération Syntec et les cinq organisations syndicales de salariés ne sont pas parvenues à un accord sur le chômage partiel. Interview d'Ivan Béraud (F3C-CFDT).

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Matthias79p
    Matthias79p     

    Les SSIIs essaient par tout les moyens de lourder les inter-contrats. Là c'est le chomage partiel, il 2/3 ans, ils voulaient mettre en place un CDD (contrat pour une mission).

    c'est vraiment écoeurant de savoir ce qu'elle peuvent faire pour gagner le max de pognon, ne pas payer les intercontrats, max de bénéf sur les missions, licenciement abusif...

  • Mimisue
    Mimisue     

    Désolée mais si les SSIIs ne sont pas capables "d'absorber" les intercontrats, quelle est alors leur raison d'être?
    Quand il y a des missions, ils se paient sur le dos des ingés. Et lorsqu'il n'y a pas de mission, alors c'est la collectivité qui doit prendre le relais? Très joli business model. Et gagnant à tous les coups. D'autant plus que le système permet de garder ceux qui sont encore vendables et de continuer de se débarasser des "vieux" (à partir de 35 ans) encombrants qu'on n'a pas envie de mettre à niveau par la formation.

  • Mimisue
    Mimisue     

    Je voulais dire 57% (pas 50)

  • Gaugau92
    Gaugau92     

    Attention, le chaumage partiel c'est 6 semaines, après basculement au chômage traditionnel....

  • Mimisue
    Mimisue     

    Le chomage c'est 50% du salaire journalier brut (moyenne journalière des sommes brut touchées sur les 12 derniers mois au moment de l'inscription).

    Et puis le chomage partiel ne concerne que les ETAM et cadres du Syntec soumis aux 35 heures... pas les cadres au forfait jour.

  • Marius-paca
    Marius-paca     

    Je ne sais pas qui porte vraiment la responsabilité de l'échec de ces négociations (probablement s'agit-il d'un peu des deux, à savoir aussi bien le Syntec que les syndicats de salariés) mais ce dont je suis sûr c'est que c'est pas une bonne affaire pour les salariés de la branche !

    Parce que dans les conditions actuelles du marché, mieux vaut être au chômage partiel avec presque toute sa rémunération (ca change pas grand chose de l'intercontrat)... que d'être licencié (que ca soit pour motif économique ou personnel d'ailleurs) !

    Le chômage partiel, c'est 80% de la rémunération minimum, le chômage c'est environ 57%...

  • marredessyndicatsgauchos
    marredessyndicatsgauchos     

    Ce n'est pas du tout une bonne nouvelle !
    Les syndicats prennent la responsabilité des nombreux licenciements qui ne devraient pas tarder !

    Tout à cause de leurs conservatismes habituels et de leurs demandes exagérées !

    "Nous avons proposé au patronat d'ouvrir des négociations sur l'instauration d'un dispositif qui articulerait le chômage partiel et la formation." => Oui bon, de toute façon, c'est toujours en intercontrat qu'on fait des formations "longues" (c'est à dire au delà de 3 jours dans l'informatique...)

    "maintien de la rémunération du salarié au chômage partiel" : pourquoi ? partout c'est 80% minimum... je préfère çà à un licenciement dans la période actuelle ! On est pas dans la misère quand on est cadre en informatique...

    "Nous demandons une mise en oeuvre progressive du dispositif : il devrait d'abord se limiter à l'automobile." : aucune raison ! La crise s'étend partout, pas que dans l'automobile !

    Bref, pour une fois, je pense que c'est le Syntec qui avait raison !

  • ex_altran
    ex_altran     

    Les SSII ne feront pas financer leurs inter contrats par l etat et donc nos impots: bonne nouvelle!

    Si certaines SSII coulent, ou est le probleme. ce ne sont que des marchand de viandes. Les inges qu ils vendent iront chez un autre marchand de viande (ou eventuellement en freelance). Si vous avez un contrat avec un client, vous aurez toujours une SSII qui voudra de vous !

Votre réponse
Postez un commentaire