En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Lettre ouverte à la Commission européenne pour la défense des standards ouverts

Mis à jour le
Systematic
 
Systematic - Systematic

Stéfane Fermigier et Roberto Di Cosmo, du Groupe thématique logiciel libre de Systematic, tirent la sonnette d'alarme : la définition d'un standard ouvert disparaît de la deuxième version de l'European Interoperabiliy Framework en cours de préparation.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Chafman
    Chafman     

    Cher Guimo,
    Pensez-vous sincèrement qu'un détenteur de brevet puisse être philanthrope ? Le brevet logiciel est une hérésie tant sa définition est incohérente : existe-t-il une seule façon de faire quelquechose ? Jusqu'en 2002 British Telecom détenait le brevet sur ... le lien hypertexte ! Imaginons une seconde qu'une cour de justice américaine ne l'ait pas débouté et qu'il faille verser "ce que bon le détenteur exigerait" à chaque clic sur une page web !

  • Globetrotteur
    Globetrotteur     

    Que peut faire Mr toulemonde face à ces enjeux. Quels sont les moyens d'action ou de soutien ?

  • Guimo
    Guimo     

    Les enjeux de l'intéropérabilité vont bien au dela du problème des logiciels libres.

    En choisissant comme standard une technologie propriétaire, l'Europe imposerai à ces citoyens d'acheter tel ou tel produit.

    Par exemple, si elle imposait le format doc (c'est un exemple), alors les citoyens devraient acquerir MS Office pour communiquer avec elle. C'est très bizarre.

    Soit on impose des vrais standards utilisables par tous (donc suffisamment ouverts, décrits et sans brevet abusifs) , soit on laisse le statu-quo d'aujourd'hui, mais par pitié, qu'on ne m'impose pas les produits avec lesquels je devrait communiquer avec l'administration.

  • gnu/linux
    gnu/linux     

    Je suis libre et open-source, je défends la liberté des échanges numérique dans un réseau neutre. A présent rien ne peut empêcher le partage du savoir. Il n'est absolument pas question de négocier une seule de mes libertés avec l'ennemi lobbyiste. Il faudrait être un idiot pour ce laisser berner.

Votre réponse
Postez un commentaire