En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'offshore n'accaparerait pas 5 %, mais 10 % des prestations

Mis à jour le
L'offshore n'accaparerait pas 5 %, mais 10 % des prestations
 

Selon une étude d'Offshore Développement, les chiffres actuels ne prennent en compte ni les projets mixtes, ni ceux sous-traités par des SSII occidentales.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • M.U.N.C.I
    M.U.N.C.I     

    "Les chiffres publiés seraient faussés parce qu?ils ne tiennent pas compte des projets « mixtes », dont une part parfois significative est réalisée dans les pays à bas coûts par les entités offshore des SSII occidentales. Des projets considérés comme locaux par les analystes."

    Pas que les projets mixtes... loin de là !!!

    http://munci.org/France-les-emplois-en-offshore-plus-nombreux-que-les-demandeurs-d-emploi-en-informatique

    Extrait :

    "En réalité, les études sur l?offshore ne prennent jamais en compte la totalité du périmètre offshore. Il est très fréquent, en effet, que ces études "oublient" un ou plusieurs des types d?offshore suivants :
    - l?offshore des éditeurs de logiciels
    - l?offshore mixe (projets avec seulement une partie offshorisée)
    - les filiales offshore de groupes français ou leurs joint-ventures (ex. Société Générale GSC India, BNP Paribas India Solutions)
    - l?offshore direct réalisé par des SSII étrangères ayant une implantation commerciale en France (ex. Infosys, Wipro, Pentalog?)
    - l?offshore réalisé par des sociétés françaises pour le compte de clients non exclusivement français (ex. Cap Gemini et Steria en Inde qui affirment réaliser la majeure partie de leur CA pour le compte de clients anglo-saxons)
    - l?offshore réalisé depuis des sociétés (SSII) étrangères basées en France pour le compte de clients français (ex. Logica, Accenture?)
    - les petites prestations informatiques

    (...)

    Par ailleurs, un nombre important et croissant de petites prestations, jamais prises en compte dans les études, sont désormais réalisées directement en offshore : il s?agit de développements web et autres petits projets applicatifs, de créations graphiques, de gestion de contenus, traductions?etc, prestations généralement réalisées pour le compte de petites sociétés, de professions libérales, d?associations?etc, très souvent via des places de marché en ligne de prestations offshore.
    Le fort développement de ce type d?offshore représente une concurrence abusive essentiellement pour nos indépendants (et petites SSII)."

Votre réponse
Postez un commentaire