En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Ne dites plus community manager mais animateur de communauté en ligne

Ne dites plus community manager mais animateur de communauté en ligne
 

Après le hashtag remplacé par mot-dièse et le fil RSS devenu un flux de dépêches, la Commission générale de terminologie et de néologie recommande de ne plus parler de community manager mais d'animateur de communauté en ligne

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • JFerdant
    JFerdant     

    Il est désespérant de constater que le produit du travail d'une commission ad hoc est trop souvent ridicule, conduisant inévitablement à un total désintérêt des locuteurs supposés employer les termes "officiels.
    Lorsque le terme rencontre une réelle adoption (par ex. courriel), c'est souvent nos amis Québécois qui en sont à l'origine. Peut-être qu'avec un peu moins de morgue, un soupçon d'humilité, il serait possible de nous inspirer de l'expérience des francophones étrangers, ceux qui font réellement vivre notre langue en créant des termes adéquats et dont l'étymologie est respectueuse de la logique ?
    Mais si l'on moque les termes officiels souvent ridicules, on ne peut que constater dans la presse généraliste comme dans la presse spécialisée que les journalistes se complaisent dans le franglais, le globish, les sigles et les acronymes, au mépris de la clarté et du respect dû au lecteur ! C'est bien souvent la moindre de leurs tares quand on lit des textes qui massacrent les règles grammaticales, de conjugaison et d'orthotypographie !
    Vu de l'étranger, le comportement des Français qui se prosternent devant des termes globish à la mode est déroutant, d'autant plus que la maîtrise des langues étrangères est loin de faire partie de leur réputation. Le Français, langue universelle d'une grande précision, semble faire honte à ceux, les locuteurs professionnels, qui devraient la promouvoir? quel gâchis !

Votre réponse
Postez un commentaire