En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Passer du BYOD subi au BYOD réfléchi
 

Pour maîtriser le phénomène du Bring Your Own Device (BYOD), voire en tirer profit, les entreprises doivent adapter leur système d'information et accompagner leurs salariés.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • LTL375
    LTL375     

    Le principe même du BYOD c'est que les utilisateurs se connectent avec les terminaux de leur choix sans que l'entreprise soit concernée par un quelquonque encadrement de ces terminaux.

    A partir du moment où l'on préconise la certification de terminaux par l'entreprise, on ne parle pas de BYOD mais bien d'un catalogue de services proposé par la DSI.

    Le BYOD passe par une publications des applications en mode Cloud, SalesForce est certainement le meilleur exemple dans ce domaine avec Exchange dont les connecteurs en mobilité ont permis l'arrivée des tablettes Android/iOS en salles de réunions avant que les DSI aient eu le temps de mesurer l'ampleur du phénomène.

    Citrix, VMWare et leurs concurrents proposent en effet des solutions paliatives qui ne peuvent être que temporaires pour compenser la problématique des applications client/serveur avec leurs clients lourdingues, mono OS à l'extrême au point que certaines DSI maintiennent toujours Windows XP/Office 2003 pour leurs applications critiques.

    Quand les DSI auront su faire évoluer leurs applications métiers pour avoir des clients légers multiplateformes, elles se seront libérées de toute la lourdeur de gestion du poste de travail bureautique et à partir de là elles pourront enfin libérer leurs utilisateurs qui pourront s'acheter ce qu'il veulent comme outil de travail.

    Il faudra bien sûr que les DSI proposent des indemnités forfaitaires aux collaborateurs pour rembourser le poste de travail "corporate", à charge pour le collaborateur de s'acheter un équipement plus ou moins cher que cette indemnité selon ses envies.

    Il est hors de question que les DSI puissent pratiquer une remise à zéro à distance du poste perso d'un collaborateur. Qui pourrait imaginer que le fait d'utiliser Salesforce, c'est un exemple, donne le droit à cet éditeur de faire une RaZ sur mon poste alors qu'il suffit de couper mon accès ?

    La clé du BYOD c'est bien sûr l'auto-support par les utilisateurs et comme une majorité de DSI a déjà expatrié ses hotlines, cela n'aura un grand impact sur l'emploi en France par contre cela va réduire sensiblement les coûts Bureautiques.

Votre réponse
Postez un commentaire