En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Personal Branding, e-Reputation, recrutement : et si on était un peu pragmatique ?

Mis à jour le
Personal Branding, e-Reputation, recrutement : et si on était un peu pragmatique ?
 

Ces derniers mois, sur la Toile, les candidats ont pu lire beaucoup de littérature sur le sujet du Personal Branding et de la réputation en ligne.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Philippe Buschini
    Philippe Buschini     

    La crise mondiale que nous subissons depuis mi-2008 a modifié de manière irrémédiable nos modèles de la relation au travail et de la gestion des organisations. Le monde du travail a subi de profondes mutations irréversibles : « bons » diplômes, sécurité de l'emploi, longue carrière au sein de la même entreprise, filière unique tout au long de sa vie professionnelle, etc., sont des valeurs qui, quel que soit le secteur d'activité, sont en passe de disparaître.

    Avant, les choses étaient très simples si l'on souhaitait changer de poste. Il suffisait de remettre son CV à jour, de rédiger une lettre de motivation, et on attendait avec patience la publication des pages emploi des journaux. Puis, au moment de l'entretien, la présentation d'une carrière professionnelle se déroulait comme une pièce classique : une succession de postes et de fonctions, une unité de temps, de lieu et d'action. À chaque entretien d'embauche, nous présentions chacune des scènes de notre vie par thème ou par ordre chronologique.

    Les marchés sont aujourd'hui très fragmentés, la concurrence y est féroce, et être compétent dans son emploi ne suffit plus pour se faire remarquer. Les candidats doivent innover toujours plus pour se démarquer, il devient vital de trouver le petit truc qui va leur permettre de sortir du lot.

    C'est ici que le Personal Branding et la eReputation entrent en scène, apportant une 3e dimension au CV, créant un profil étendu de l'individu : en plus de qui il est (identité), de ce qu'il a fait (réalisations), il permet de savoir qui il connaît (popularité), de vérifier ce qu'il sait faire (expertises, talents), mais aussi et surtout ce que l'on dit de lui (réputation).

    En positionnant l'individu au centre, cette nouvelle dimension quasi organique et en constante évolution offre une plus grande transparence permettant une relation demandeur/demandé fondée sur l'authenticité : Qui est-il réellement ? Est-ce conforme avec ce qu'il me dit de lui ? Peut-on réellement lui faire confiance ?

    Dans ce contexte, la non-présence en ligne d'un individu ? ou son absence de réputation ? pourrait être interprétée par un recruteur, un DRH ou un futur client comme un manque de transparence, un refus de partager l'information ou pire, une absence d'opinions ou d'idées.

    Si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous invite à téléchager gratuitement l'ouvrage "Personal Branding, le perso-moi-je comme marque !" sur www.buschini.com

  • RH Attitude
    RH Attitude     

    Un peu de regret sur ce court billet de Jacques FROISSANT qui pourtant saisi le juste propos en démystifiant la crainte de certains d'apparaitre sur ces nouveaux canaux de promotion et de visibilité. Il ne reste plus qu'à éduquer les futurs "Personal Brander" et autres "Twitteriens" sur les risques de co-fusion entre vie privée et vie professionnelle. A lire également le billet publié à cette URL : http://rhattitude.info/?p=104

Votre réponse
Postez un commentaire