En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Plaidoyer pour un renouveau du numérique en France (2)

Vincent Bouthors
 
Vincent Bouthors - Vincent Bouthors

En France, les grands acteurs informatique sont des intégrateurs alors qu'aux Etats-Unis, ce sont plutôt des éditeurs. Ces derniers auraient pourtant un rôle non négligeable à jouer dans le renouveau du numérique dans l'Hexagone.

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • VincentBouthors
    VincentBouthors     

    Merci pour ce commentaire. Nous sommes bien d?accord sur plusieurs points : les « vrais éditeurs » continuent à innover. Ceux qui restent « assis » sur leur produit choisissent une stratégie qui les amènera tôt ou tard à disparaitre ou à se faire racheter. Je vous rejoins aussi sur le constat du manque de dynamisme de l?industrie du logiciel en France : c?est ce qui motive mes billets.

    Par contre le rachat d?éditeurs entre eux me parait une chose saine. Je ne commenterai pas le cas particulier cité. Le pire, pour ses clients, serait que qu?un éditeur disparaisse sans repreneur : il n?y aurait plus de maintenance. Au contraire, le repreneur peut avoir intérêt à développer des outils de migration pour récupérer une clientèle. J?aborderai l?éco-système des éditeurs de logiciel dans mon prochain billet.

  • RetD4Ever
    RetD4Ever     

    Les vrais éditeurs innovent constamment, mais en France, combien se contentent d'une rente de situation apportée par les revenus de maintenance d'une base installée confortable ?
    Combien d'éditeurs sont "assis" sur un produit et se contentent des gains qu'il continue de leur procurer, des années après que le ROI ait été finalisé ?
    Le rachat de Scort, par exemple, a conduit le repreneur à cesser toute évolution sur les produits, à licencier la plupart des ingénieurs, et à encaisser des revenus juteux d'une maintenance dont ses clients sont captifs.

Votre réponse
Postez un commentaire