En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pour les ministres, le salut de la France passe par le numérique

Pour les ministres, le salut de la France passe par le numérique
 

Après avoir planché durant l'été sur le thème de « La France en 2025 », les ministres rendent aujourd'hui leur copie au président. L'apport du numérique est omniprésent dans les premiers textes déjà rendus publics.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • dbu
    dbu     

    Forces de l'ordre 3.0.

    Voila une belle expression...

    Mais ça voudrait dire que la police aurait deux versions d'avance sur les gouvernements?

    Au final, ça fait un peu peur.

    Ils auraient pu passer l'été à inventer le gouvernement 2.0... au lieu de ça, ils s'affichent en... béta.

  • CharlesPetit
    CharlesPetit     

    "Les agents pourront alors concentrer leur action au service des contribuables, notamment les plus fragiles, et au contrôle de cohérence des données dont ils disposent, ainsi qu'au contrôle des fraudes complexes et déterminées par analyse croisée" Et bien, il semble bien qu'en 2025, la France soit toujours aussi peu évoluée qu'on en reste toujours au principe...Déclarations...Suspicions...Contrôles...alors qu'il serait finalement pas si complexe de supprimer la partie Déclarative, par la mise en place des impôts sur le revenu à la source, de simplifier le système en supprimant les déclaration de RSA, CMU de base, CMU complémentaire, ACS... en basant le tout sur le système des impôts sur le revenu, quitte à ce que les Banques fournissent, comme elles le font pour certains produits, directement le solde des revenus d'intérêts imposables, mais aussi non imposables, pour mettre en place l'attribution AUTOMATIQUE sous la PLEINE RESPONSABILITE des services de l'état du RSA, CMU etc... pour les plus pauvres (Avec possibilité de refuser, tout en minorant éventuellement les sommes allouées, en cas de refus par les pauvres concernés qui ne voudraient pas rentrer dans ces systèmes...), ce qui puisque se faisant sans déclaration, ne permettrait plus aucune SUSPICION, plus aucun remboursement de sommes indûment touchées parce que du coup c'est l'ETAT lui même qui serait le seul et unique responsable. Et du coup la partie CONTRÔLE se ferait directement lors de l'attribution ou de la non attribution en fonction des ressources des différentes aides, qui au jour d'aujourd'hui sont engluées dans un système de paperasse complexe, qu'il n'est quasiment pas possible de remplir, sans erreur, sans frauder sans le vouloir... Alors pour moi la France de 2025, c'est la fin des systèmes déclaratifs, la fin des formulaires complexes, mais la mise en place du tout automatique, avec évidemment possibilité de contester, SI l'Etat venait à se planter, autrement dit si l'Etat lui même venait à frauder les concitoyens, en n'attribuant pas ce que leurs cotisations, leurs impôts, leurs donne droit.

Votre réponse
Postez un commentaire