En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pourquoi l'e-mail va survivre et les réseaux sociaux sont déjà morts

Mis à jour le
Marc Devillard
 
Marc Devillard - Marc Devillard

Les réseaux sociaux se comparent aux courriels pour se donner de l'importance, mais leur pérennité est loin d'être assurée.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • ABusetti
    ABusetti     

    Les réseaux sociaux ont toujours existé, seul sans soutient informatique: on les appelait "organisation informelle"...

  • MattLSM
    MattLSM     

    Celui qui répond "Nietzsche est mort, signé Dieu", semble encore moins pertinent que son inverse, lorsque l'on passe le premier degré.

    Peu sont ceux qui aujourd'hui encore annonce la mort unilatérale du mail au profit des réseaux sociaux, si ce n'est dans un but de faire du buzz/provoquer (Thierry si tu passes par là).
    Nous savons tous, que le mail perdurera dans sa dimension de notification et d'échange confidentiel entre 2 voir plusieurs personnes. Le diable n'est pas le mail en soit, mais dans la façon dont nous avons détourné au fil des ans ce pour quoi il avait été créé à l'origine.
    Les RSE vont permettre justement de redonner toute sa place au mail en le déchargeant de la lourde tâche que certains lui ont affectée, porter à la fois la collaboration, la gestion du savoir, le pilotage de projet et j'en passe.

    Pour rebondir sur un commentaire précédent, les RSE ont un avenir s'ils ne se contentent pas justement d'être un outil, environnement supplémentaire, mais s'ils viennent là où les collaborateurs travaillent, produisent de la valeur. Les éditeurs de logiciels métiers qui intègrent à leurs solutions une dimension sociale le font ils avec une démarche Social Business où pour se démarquer de la concurrence en ajoutant une fonction à la mode ? Car s'ils le font dans une démarche SB alors il y a fort à parier qu'ils utilisent des standard de développement comme l'OpenSocial de sorte que d'autres logiciels d'autres éditeurs puissent communiquer avec le leur ? Je pencherai personnellement à l'heure actuelle pour le 1er cas.
    C'est peut être l'avènement des RSE qui amènera les éditeurs de logiciels métier à utiliser des standards comme l'OpenSocial.

    Chacun son métier, ne demandons pas à des éditeurs de CRM ou d'ERP de faire du collaboratif comme nous n'imaginerions pas de demander à notre boucher de nous faire du pain. De là à comparer un RSE à un supermarché ..

  • pierrebaud
    pierrebaud     

    Je suis assez d'accord avec l'auteur, sauf sur l'aspect mort des réseaux sociaux.
    Oui l'email a plein de défauts (documents, classements,..), c'est indéniable, mais il a un avantage déterminant et suffisant : il est universel et rentré dans les moeurs.
    "les réseaux sociaux représentent l'avenir des outils..", "mail=web 1.0", "un nouveau modèle, l'individu au centre", beaucoup de slogans symptomatiques (le mail relégué à une étape du web !?) qui masquent sans doute la faible concrétisation. Je rappelle que 2010 était déjà présentée comme l'année des réseaux sociaux. Nous sommes bientôt en 2013 et ?
    Le concret et point clé est le centre d'intérêt, le besoin et non l'outil.
    Les 2 pilliers inaltérables, applications auxquelles accèdent toujours les utilisateurs, sont les appli métiers (crm, prod, gestion,..) car nécessaires pour l'entreprise, et le mail car le moyen de communication universel interne et surtout externe (Open innovation tout ça).
    A mon avis, les réseaux sociaux peuvent répondre à un besoin plutôt métier (rh, connaissance) ou essayer de se faire une petite place entre ces 2 piliers, mais ils restent une appli tierce sur laquelle il faut aller, qui vivra si elle répond à un vrai besoin.
    Je crains fort pour les réseaux sociaux que les applis métiers intègrent les bonnes idées de la partie "sociale" (c'est déjà le cas des CRM et autres, avec les murs, fils d'activité,..) et les outils de messageries collaboratives étendent la messagerie, la collaboration et interfaces avec applications métier. En tous cas c'est ce notre stratégie chez Blue Mind.

  • fabella
    fabella     

    Bonsoir,

    Bravo pour cet article radical qui se place en opposition à la tendance mainstream.

    Totalement d?accord avec vous? sauf que les réseaux sociaux d?entreprise sont à peine en train de naître. Il est un peu radical de jeter bébé avec l?eau du bain.

    Totalement d?accord avec vous que le mail n?a pas ?tué? les communications téléphoniques? mais il les a très fortement diminuées.

    Totalement d?accord avec vous que le mail va survivre? au sein des réseaux sociaux d?entreprise.

    Pourquoi cet article radical? Pour faire du buzz?

    [Mon enthousiasme sur le sujet m'a entraîné au delà des limites du simple commentaire. Je vous propose de voir la suite et pourquoi les réseaux sociaux vont survivre : http://wp.me/p2lpF3-i6)

  • pvillemagne
    pvillemagne     

    Cet article est surprenant dans un contexte, ou l'email démontre jour après jour son incapacité à répondre aux besoins de communication et de collaboration. On parle d'improductivité dans les réseaux sociaux, c'est exactement l'inverse. L'email est contre-productif et génère des pertes de fils d'informations qui perturbe de manière considérable l'avancé des projets dans les entreprises.
    Tous les Rsesaeux sociaux intègre de l'activity stream au travers des communautés, des forums et des activités. L'email n'est plus réservé qu'au communication en "One to One" pour des besoins spécifiques de confidentialité.
    Les Réseaux sociaux représente l'avenir des outils d'échange et de collaboration pour les années à venir.
    Certes cela dérange des éditeurs qui ont construits leur modèle économique sur le document et l'email, ce que l'on appelle le Web 1.0, il est désormais temps pour les entreprises de passer sur un nouveau modèle, beaucoup plus performant et replaçant l'individu au centre de l'information et de la connaissance de l'entreprise, ce que nous avons malheureusement un peu trop oublié depuis plusieurs années.

  • tdebaillon
    tdebaillon     

    Intéressant point de vue, mais de quelle entreprise parlez-vous ? De celle qui s'occupe de la manière dont le travail devrait se faire, ou de celle qui s'occupe de la manière dont le travail se fait réellement ?
    De la première, sans doute, car en termes de productivité, lorsque l'on reçoit en moyenne plus de 150 emails par jour, la notion de productivité (voire de rentabilité) devient plus que relative. De la même manière, la "vocation de l'organisation" est un concept qui recouvre une réalité de plus en plus diffuse et sujette à caution.
    La seconde, au contraire, reconnaît que les interactions, l'apprentissage permanent au contact des collègues, la création (et dans bien des cas la subversion) du savoir, sont les véritables fondamentaux qui permettent à une entreprise de fonctionner.
    Dans un univers où l'exception est devenue la règle, l'avenir n'est pas tant à Prométhée qu'à Zarathoustra. Dieu n'est pas mort, mais le temps où il ordonnait le monde est derrière nous.

  • nelectron
    nelectron     

    Bel article, très bien écrit.
    Un peu manichéen dans les avis, mais vrai, j'adhère. Certes, les réseaux sociaux ne disparaîtront pas, il y aura toujours les gamins qui chattent, les exibitionnistes qui s'étalent, et la propagation virale (je me suis retrouvé "ami" avec mon voisin sans avoir rien demandé ni approuvé, c'est ainsi qu'ils font du chiffre...).
    Par contre le mail a une vraie utilité, en complément du courrier papier qui survivra aussi, comme les montres à aiguilles et autres choses parfaitement au point que l'on disait condamnées.

  • bduperrin
    bduperrin     

    Un point de vue radical dans lequel on trouve beaucoup de points intéressants.

    Après tout dépend de ce qu'on met derrière les mots.

    Sur la question de savoir si l'utilisation d'un RSE rend les gens productif ou non je dirai que bien utilisés ils permettent des gains de productivité...différés. En effet les échanges de pratiques, la participation à des communautés peut contribuer à enrichir le participant et faire en sorte que le jour où il fera face à une situation donnée il prendra un meilleure décision, apportera une meilleure solution. Bien sur cela nécessite une utilisation "pertinente" de l'outil, ce qui est encore loin d'être acquis.

    Par contre sur le moment le collaborateur n'est pas dans l'action productive mais dans l'amélioration (potentielle) de sa capacité à être productif dans le futur. Ce qui du point de vue du manager et de la mesure de la performance instantanée est une situation d'improductivité.
    Ensuite le réseau social va-t-il mourir ? Je le pense..en tout cas sous sa forme actuelle.

    On trop souvent vendu le networking comme l'avenir de la collaboration et du travail. C'est une erreur. Ca facilite les choses, ça complète, ça a d'autres bénéfices égamement mais ça ne s'y substitue en rien. Quand on parle d'outils "sociaux" on pense systématiquement au réseau social alors qu'il existe des outils sociaux centrés sur des tâches, de la gestion de projet , des processus, qui mettent conversations et agilité au service d'un but et n'en font pas une fin en soi.
    L'avenir n'est pas l'un ou l'autre, le networking ou la collaboration mais les deux. Le réseau en tant que tel ne couvre qu'une partie du besoin il va se fondre dans quelque chose de plus riche qui prend en compte les notions de buts, d'objectifs et ne sera pas réservé à "tout ce qui n'est pas en rapport avec les tâches quotidiennes".
    Le RSE tel qu'on le connait aujourd'hui va donc disparaitre en tant que tel, mais on en retrouvera les principes dans des plateformes sociales plus mures.

    Quant à l'avenir présumé de l'email, le constat est similaire. Il n'est pas prêt de mourrir et le "zéro email" n'est qu'un bel outil marketing qui a au moins l'intérêt de faire parler. Comme le RSE l'email va changer de nature, devenir davantage un outil de notification, et de toute manière fusionner avec le reste dans le type de plateformes évoqué plus haut. Parce que ce qui compte au final n'est pas de segmenter le temps et l'attention du collaborateur selon l'outil véhiculant une information (email ,RSE....) mais de lui donner la possibilité de manipuler ce qui n'est qu'une information, selon ses besoins, sans avoir à opérer des aller retours entre les outils. Et le jour où on aura résolu ce problème on aura déjà gagné en productivité.

    Alors les réseaux sociaux sont ils morts ? Sous leur forme actuelle on n'en est pas loin. Mais c'est surtout leur jeunesse qui est morte avec le passage nécessaire à l'age adulte. Moins idéaliste, plus terre à terre, plus efficace.

  • lionelmyszka
    lionelmyszka     

    Bonjour,

    A une position certes très radicale (l'email est mort) vous opposez une vision tout aussi radicale. Les réseaux sociaux sont-ils morts ? Aucun signe visible, aucun chiffre ne semblent venir appuyer votre propos. Ceux dont on dispose semblent plutôt montrer le contraire. Des journaux tout aussi sérieux que O1 se penchent régulièrement sur la question (L'Usine Nouvelle, Les Echos,etc.) et montrent le contraire, études à l'appui.

    D'où vous vient cette vision étrange que les réseaux sociaux vont exploser en vol ? Parlez vous des réseaux sociaux d'entreprise (RSE) comme nouveaux outils collaboratifs ? Parlez-vous des réseaux sociaux comme outils de communication externe ?

    De la part d'une personne de votre envergure (joli CV) on pourrait s'attendre à une argumentation un peu plus étayée.

    Cordialement,

    Lionel Myszka
    Consultant en communication sur les réseaux sociaux pour les entreprises

  • GAGparis
    GAGparis     

    Bonjour,
    Je me demande ce que l'on peut penser de ceci dans les entreprises qui s'orientent vers le Zero e-mail...

Votre réponse
Postez un commentaire