En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Quand les coups de fil perso riment avec licenciement

Quand les coups de fil perso riment avec licenciement
 

La Cour de cassation vient de reconnaître à un employeur le droit d'exercer une surveillance des relevés téléphoniques grâce à son autocommutateur.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • moi&lui
    moi&lui     

    Du bon sens pas plus !!
    Pour quoi aller plus Loing que le bon sens?
    Il faut déjà l'acquérir celui-là !
    En faisant des excès peux être . . .

  • David156
    David156     

    Dans la grande majorité des cas lorsque l'empoyer utilisera le téléphone de bureau à des fins personnelles, ce seront des appels à caractére "sociaux" : demander au conjoint d'aller chercher les enfant car on finira tard, prendre rendez-vous chez le garagiste/medecin..etc.
    Ceci est un constat. Maintenant appliquer la loi dans ce cas de figure... etes-vous toujours d'accord?

  • JY47
    JY47     

    ...si vous proposiez en bonne logique de préter votre téléphone pour ce genre de pratique.
    Peut-être trouvez-vous qu'on vous abuse.60 heures c'est rien !!!

  • Running5fr
    Running5fr     

    A part pour faire de la provocation de comptoir, je ne vois pas comment on peut défendre le vol de cet employé et, qui plus est, en invoquant la liberté individuelle ou des sombres histoires de "camp dominant".
    Certains nagent vraiment en plein délire.

    Cautionner le vol comme l'expression d'une liberté individuelle, c'est tout sauf de la "haute réflexion philosophique".
    C'est tout simplement navrant de bêtise et/ou de mauvaise foi.

  • Euhckoica
    Euhckoica     

    Une entreprise n'est pas un lieu de liberté où chacun fait ce que bon lui semble. Un employé passe un contrat avec l'entreprise qui stipule une rémunération contre un travail. Et je ne pense pas qu'appeler des messageries adultes fasse partie du travail de cette personne. Dès lors une sanction s'applique.
    De plus, il n'y a rien de tel qu'un employé qui fait ses petites affaires personnelles au boulot pour démotiver ses collègues, ou pire de le prendre comme modèle.

  • Alf92-92
    Alf92-92     

    se réjouir ou se lamenter ne sert à rien, c'est de la philosophie de comptoir...

    en revanche ce qui est intéressant c'est la décision et ses conséquences.
    et là on touche au fond du problème : encore une fois la liberté individuelle est écrasée au profit du camp dominant. navrant et surtout pas encourageant pour l'avenir.

  • org78
    org78     

    tout à fait d'accord avec - jeannot 431 - ... et le réalisme du jugement de ce tribunal.
    l'amélioration du pouvoir d'achat -tant réclamé- s'obtient avec travail et non à passer son temps à ses occupations perso sur le compte de la société qui l'emploie.celle ci devrait exiger le remboursement de toutes ces communications téléphoniques malhonnêtes.

  • coconuts23
    coconuts23     

    il n'y a pas que ca aussi , l'employé pourrait très bien profité du tel pour appeller des numéros surtaxé a l'etranger , a 5?/mn , qui lui appartient pour en tiré gros benefice , et le jour de sa convocation concernant sa il se barre en avion et revient plus en france ,

    oui la c'est parano , mais on peux imaginé ca , ou bien l'employé appelle au senegal pour appeler ca famille vu que chez elle ca serait trop cher ,

    ok pour voir les n° appeler leur durée et leur cout , mais non pour l'écoute

  • jeannot431
    jeannot431     

    raz le bol des mecs qui glandent au bureau,bien fait pour sa gu****

Votre réponse
Postez un commentaire