En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Quels salaires pour les artistes du Web ?

Quels salaires pour les artistes du Web ?
 

Webdesigner, flasheur, ergonome, architecte de l’information… Passage en revue des salaires 2009 des métiers du design numérique. Une profession qui vit différemment les aléas de la crise.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Benoît Drouillat
    Benoît Drouillat     

    La confusion design / art fait partie des conceptions qui ruinent la perception de notre profession ;-) Mais vous voyez, cela rejoint mon propos sur la maturité de la profession.
    J'ignore d'où vous tenez la définition de l'artiste, mais en ce qui concerne le design numérique, nous reconnaissons la définition du design donnée l'ICSID, traduite sur le site de l'APCI :
    http://www.apci.asso.fr/design/index.php

    "Le design est une activité créatrice dont le but est de présenter les multiples facettes de la qualité des objets, des procédés, des services et des systèmes dans lesquels ils sont intégrés au cours de leur cycle de vie. C'est pourquoi il constitue le principal facteur d'humanisation innovante des technologies et un moteur essentiel dans les échanges économiques et culturels."

    La créativité concerne les 2 champs du design et de l'art, à cette différence importante que le design n'agit pas dans un projet d'expression personnelle mais imagine des solutions adaptées à une problématique qui s'inscrit dans le contexte décrit par la définition de l'ICSID et qui est valable pour l'application du processus du design aux usages numériques.

    Trop souvent considérée comme une discipline avale, le design est à envisager autant comme une méthodologie, un processus que comme la mise en oeuvre de pratiques spécialisées.

  • ShoLysJi
    ShoLysJi     

    Mike, je suis d'accord avec vous sur le fait que tout travail mérite salaire mais s'il n'y avait pas des abrutis pour répondre positivement à ces propositions de concours, je pense que le problème se réglerait de lui-même... Dans tous les métiers c'est pareil, il y a toujours des gens pour tirer les autres vers le bas et des donneurs d'ordres pour en profiter.
    On a même maintenant des sites internet qui font leur choux gras de cet état de fait (progonline, codeurs.com)...

  • Edwood972d
    Edwood972d     

    Je partage pas entièrement ton point de vue, surtout sur ton explication des salaires bas. tu dis premièrement "1) parce que graphiste n'est pas un métier assez qualifié (j'ai des amis qui maîtrisent parfaitement Photoshop et qui n'ont jamais mis pied dans une école de graphisme...". En fait c'est faux. La raison, est plus qu'en France surtout le métier ne sait pas bien mis en valeur réellement. Des autodidactes, ça existe, c'est normal, il en a qui ont vraiment du talent. Tous les artistes, ne sont pas sorti de l'école. Mais le problème, c'est que des gens pense trop comme l'idée que tu sous-entend, qu'être graphiste s'improvise rapidement, sans recherche, sans effort personnel. C'est totalement faux, même pour un amateur. Le bon graphisme web, c'est beaucoup de boulot, d'analyse, de recherche, de réflexion. Sinon on fait, excuser moi l'expression de la "connerie". Croyez moi, c'est pas drôle quand on investit de l'argent, et on se fait arnaquer par certain. En outre, un web designer, n'utilise pas que Photoshop, il y a aussi tout une suite de logiciel à connaitre et posséder, il ne faut pas oublier le prix exorbitant des logiciels, à moins qu'on la pirate. Un bon webdesigner au un minimun de base en langage HTML, CSS, voir des notions en Flash et son langage Action-Script pour des animations en autre, ne serait-ce pour optimiser pour l'Internet. Et je passe des détails, comme les formations, les remises en questions. Tiens on passera au (x)HTML5 bientôt, donc cela signifie de modifier des technique et méthode de travail, un apprentissage, etc. Tout cela, c'est pas si simple qu'on y croirait. Et le temps c'est de l'argent.
    2)"trop de graphistes sur le marché", oui mais c'est pas un problème, surtout les bons graphistes.
    Autre choses, vous faites une grave erreur, quand on cherche trop de profit personnel, et fini par perdre dans le long terme. C'est simple, l'effet c'est qu'on perde l'intérêt des plus doués, ou des gens pour ce métier, qui serait une catastrophe. On pourrait même se trouver à une situation surréaliste ou une enseigne quelconque pour se différencier vraiment devra payer des prix exorbitant alors quelle pourrait payer bien moins chère...
    Enfin, si les graphistes ralent, c'est pas juste le fun, par égoisme. C'est qu'il y a de vrais problèmes.
    Vous êtes très simpliste en comparant les graphiste web au codeur et webmaster. Chacun à ses réalités, ses problèmes particuliers. Pour le webdesigner, il aura des investissements particuliers outre que des efforts, comme l'achat plus important, très important, la suite Adobe très onéreuse à amortir juste quelques années, tout évolue trop vite pour eux.
    Ce métier n'est pas du gâteau à mon avis, si on veux faire fortune, c'est pas ce métier. Il faut être passionné !

  • l'auteur
    l'auteur     

    "Un artiste est un individu faisant (une) œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité..." Une définition qui se prête a priori aux professionnels du design numérique.

  • Mike35545
    Mike35545     

    Bonjour,

    Je voudrais réagir par rapport au poste de Hipe qui dit : vous avez cas changer de métier.
    Hipe si dans votre travail votre patron convoque ses employés et leur dit :
    Pendant un mois vous allez préparer un projet et le projet retenu aura sa paye du mois! Et les autres auront rien! Vous pensez pas que vous allez râler un peu?! Ben pour notre profession c'est la même chose! On fait des études (qui coutent chère) et si on a choisi cette voie c'est pas pour faire du travail gratuit! C'est quand même extraordinaire de voir ce genre de propos! Nous graphiste mangeons comme tous le monde, payons nos facture comme tous le monde! C'est un procédé lamentable qui se répand de plus en plus! Tout travail mérite salaire c'est tout.

  • l'auteur
    l'auteur     

    Il n'est pas question bien évidemment de généraliser le fait d'une minorité à l'ensemble de la profession. Mais bien de pointer, comme vous venez de nouveau de le faire dans votre réaction, le besoin de réglementer la profession.

  • Benoît Drouillat
    Benoît Drouillat     

    Une dernière chose : le terme "artiste" est un contresens de notre travail et il témoigne bien de la confusion qui s'exerce toujours en France entre art et design.

  • Benoît Drouillat
    Benoît Drouillat     

    J'aimerais clarifier quelques idées à propos de ma déclaration sur le charlatanisme dont procède une minorité de la profession dans le design interactif. La première est que le propos est sorti de son contexte. Je pense que la profession a besoin de se réglementer et de faire apparaître plus clairement la distinction entre aspirants et praticiens dont la légitimité est sanctionnée par un ensemble de critères (formation, expérience, pertinence de la démarche etc.).
    Je donnais cette explication pour expliquer un certain brouillage des repères tant sur la rémunération que sur la définition même des métiers.
    La seconde est que cette tendance est réelle parce que les métiers souffrent d'un manque de lisibilité et de visibilité. La prolifération de l'offre de formation initiale y contribue, mais aussi la perception stéréotypée des métiers relayée dans les médias. Elle encourage une génération spontanée de jeunes gens qui confondent la maîtrise technique d'un outil et la capacité à mettre en oeuvre un processus de design (cf. commentaire de HIPe. C'est la raison pour laquelle *designers interactifs* remet en question chaque année son référentiel de métiers. Au fond, le problème, c'est aussi celui de l'identité de la profession qui en France est dispersée.

  • HIPe
    HIPe     

    C'est incroyable comment les web graphistes sont corporatistes! LDLC lance un concours pour redesigner son site avec un lot de 20 000€ à la clé pour le premier et tous les graphistes crient au scandale sur leur blog: "ça ruine la profession", "les conditions sont inacceptables la propriété de toutes les créations est transférée à LDLC"... C'est comme ça à chaque fois qu'un site lance un concours pour changer le design de son site!

    Mais bon sang si vous êtes pas content fallait pas choisir web designer comme job!!! Les sociétés sont libres de faire des concours pour remplacer leur design non???? Tant mieux pour elles si elles font des économies par ce biais! A ma connaissance quand un site lance un concours de coding ou de webmastering y a pas tous les codeurs et webmasters pro qui montent au crénau pour crier au scandale...

    Et maintenant ça râle sur l'amateurisme de certains graphistes... Jusqu'à nouvel ordre on est dans un pays libre, si un gars arrive à faire un site avec Paint et gagner sa vie avec c'est son droit... tant pis pour vous si ça fait baisser les salaires!...

    Si les salaires sont bas c'est pas à cause des designers amateurs mes amis, c'est soit 1) parce que graphiste n'est pas un métier assez qualifié (j'ai des amis qui maîtrisent parfaitement Photoshop et qui n'ont jamais mis pied dans une école de graphisme...), 2) parce qu'il y a trop de graphistes sur le marché par rapport à la demande.

Votre réponse
Postez un commentaire