En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Qui portera le chapeau pour les suicides à France Télécom ?

Qui portera le chapeau pour les suicides à France Télécom ?
 

La direction de l’opérateur apparaît fragilisée par la crise sociale qui balaie l’entreprise. Le numéro deux, Louis-Pierre Wenes, pourrait jouer le rôle de fusible.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Nacyl
    Nacyl     

    Je crois que tu n'as pas bien compris, il ne s'agit pas de ça.
    Il y a de moins en moins (pour ne pas dire plus du tout) de gens comme ça.
    Maintenant il y a un système en roue libre basé sur la rentabilité et la "performance" qui est devenu une machine à broyer l'Humain. Quand on privilégie le quantitatif au détriment du qualitatif, c'est pour moi, le début de la fin.
    Regarde ce qui se passe avec les centres d'appels, il n'est pas comptabilisé le nombre d'incidents résolu mais, en premier lieu, le nombre d'appels répondus.
    Personnellement je me fout bien d'attendre un peu plus si, quand je raccroche, mon problème est résolu.
    De cette manière, non seulement tu valorises les personnes qui travaillent pour toi mais, en plus, du as des client satisfaits.
    Mais ça doit être moins rentable qu'un taux de non-réponse au décroché inférieur à 1%...

  • babaya
    babaya     

    la souffrance au travail est générée par un cocktail explosif composé de : 1/5 de non respect et non reconnaissance dus au Management de proximité 1/5 de perte de collectif du aux collègues qui se transforment en collabos soumis par peur des représailles et de la notation individuelle de performance 1/5 de déni systématique de la part du dirigeant qui lui est rémunéré sur la performance financière et pas sociale 1/5 de la stratégie court termiste des actionnaires qui nomment ces dirigeants sans leur donner d'objectif de performance sociale 1/5 de la part des élus qui mènent un combat perdu d'avance contre l'assurance maladie et le patronat en voulant faire reconnaître le stress comme une maladie professionnelle au lieu de concentrer leur défense sur les conditions de travail, la formation à un management ethique, le système de notation et la mise en place d'indicateurs mesurables de la souffrance au travail dans le rapport social et d'en faire une communication sur les sites de recrutement pour atteindre l'image des entreprises tueuses de ressources humaines. Allez voir le site www.alloboulotbobo.fr c'est pas mal fait leur histoire

  • Claude_91
    Claude_91     

    Louis-Pierre WENES fut mon patron chez Matra. Je garde un souvenir emu de l'homme. Musclé, oui, pertinent, efficace, et HYPER SYMPA ! D'une humanité dont j'ai eu la chance de recevoir ses "radiations". Guerrier ET Humain, certes je comprends que certains caracteres qui se satisfont de leur EMPLOI plutot que de se bouger dans leur TRAVAIL n'aient pas la meme perception que moi ...
    Claude D.

  • Josegaut
    Josegaut     

    Excellente description de ce qui se passe vraiment et de l'évolution des RH que l'on constate. "Exécuteur des basses oeuvres" pourrait être l'expression qui décrit le mieux certains services RH actuels. Dans certains cas, c'est même fait avec zèle, voire une sorte de plaisir (je l'ai vécu et le vis encore).
    Excellente remarque aussi quant à la croissance. Ce dont nous avons réellement besoin est une décroissance

  • Nacyl
    Nacyl     

    Salut mememe,

    tu dis : "n'avoir implémenté aucune méthode de management de base (du genre repérer les abus des chefs, récompenser les efforts..) "

    Tu crois sincèrement que de nos jours les entreprises fonctionnent comme ça ?
    Les dernières expériences que j'ai eu avec les RH tendaient à montrer (quand le service n'est pas externalisé... Ca aussi, c'est une bonne blague...) que le métier de RH avait bien changé justement et qu'il s'agissait plus de gérer de heures de formation que d'éviter le dérapages humains.
    C'est triste à dire mais ça fait un bail que les RH ne sont plus un contre-pouvoir comme tu dis mais simplement un "service" qui n'est plus au service de l'humain mais de la hiérarchie.
    Le capitalisme irraisonné a engendré une maladie auto-immune dont le résultat est ce que nous voyons chez FT (les autres compagnies ayant le même problème étant trop heureuses que l'attention soit focalisée ailleurs que chez elles !).
    La chaîne de commandement est exceptionnellement remise en cause.
    Quand il y a une difficulté, c'est le désinvestissement à tous les étages, on fait réaliser un audit...
    Les RH ne remettent donc pas en cause les orientations voulues par la direction et si elles devaient détecter des anomalies, elles se garderaient bien de trop insister de peur de se voir jeter avec l'eau du bain.
    Pour cde qui est de la croissance, la croissance éternelle est un leurre, rien est éternel et il serait temps que certains le comprennent.
    Tu vas acheter une 3e voiture pour soutenir la croissance quand tu en as déjà une ou deux ?

  • jives
    jives     

    Je ne peux qu'approuver ce qui a été dit. LPW a un rôle à jouer, il le fait bien. Il est responsable des objectifs opérationnels en France, il les tient, il en fixe à son équipe. Qu'on le remplace, ça ne changera rien.

    Le rôle du DRH, en revanche, c'est de donner les moyens humains d'atteindre les objectifs, c'est d'accompagner et aider les salariés. Et franchement, on peut pas dire qu'il se soit décarcassé pour jouer son rôle.

    La presse parle tj de LPW comme LE fusible à faire sauter. Je commence sérieusement à me demander s'il n'y a pas eu un coup de projecteur volontairement braqué sur lui pour orchestrer son départ, et je ne suis pas le seul à le penser.

  • mememe
    mememe     

    Très bon article, mais qui tombe dans la facilité sur les responsables.
    Le gouvernement qui a placé S. Richard pour remplacer D. Lombard ne veut pas l'envoyer au casse-pipe maintenant (il ne pourrait rien faire à court terme et se grillerait)
    Donc il faut garder Lombard
    Donc il faut trouver un responsable
    Et paf c'est Wenes.

    En réalité, la DRH (Barberot) est lourdement responsable de n'avoir pas joué le rôle de contre pouvoir et de n'avoir implémenté aucune méthode de management de base (du genre repérer les abus des chefs, récompenser les efforts..)
    Et Lombard est responsable de l'absence de vraie stratégie capable de générer de la croissance

  • Nacyl
    Nacyl     

    Un fusible pour régler le problème chez FT.
    Quelle farce !
    La situation est aussi préoccupante dans d'autres groupes même de taille inférieure.
    La gestion des hommes est en cause.
    Merci à tous les cabinets d'audit et de conseil pour ça.
    Comment se faire de l'argent en vendant de l'air et en ne connaissant pas grand chose aux métiers des entreprises auditées.
    On va encore calmer le bas peuple en traitant les symptômes mais pas la cause.
    C'est affligeant.
    Travailler plus pour gagner plus, c'est pitoyable, surtout quand travailler conduit à la dépression, l'hôpital ou au cimetière...

  • otodid`kt
    otodid`kt     

    Même toi.

    Qu'on soit FT ou presta, on ira.

    On ira tous en Tunisie, même toi.

    Qu'on soit DG ou quadra, on ira.

    On ira tous en Tunisie, même toi.

Votre réponse
Postez un commentaire