En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

' Second Life pourrait préfigurer une nouvelle forme d'e-commerce '

' Second Life pourrait préfigurer une nouvelle forme d'e-commerce '
 

Sophie Girieud, consultante à l'Idate, fait le point sur l'utilisation de Second Life et y voit une réelle activité économique.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Buc Buckle Buc
    Buc Buckle Buc     

    Compliqué et lent ... sont à mon avis les 2 freins du moment sur 2nd life. Ensuite en terme d'API le cout de dev n'est pas évident donc le ROI ...

  • David Castéra
    David Castéra     

    ce n'est pas Second life qui préfigure l'avenir du e-commerce, mais RIL Shopping.

    Désolé mais il ne suffit pas de dire, il faut faire et à ce jour la seule vraie expérience de e-commerce dans Second Life est réalisée par l'équipe de Stonfield InWorld au sein de l'expérience RIL Shopping... on en parle quand vous voulez.

  • MageEpokk
    MageEpokk     

    Seconde Life a bénéficié d'un énorme effet de mode peu après ses débuts. Beaucoup (dont moi) s'y sont inscrit "juste pour voir", parce qu'on leur en avait parlé comme d'un univers révolutionnaire que chacun se devait d'arpenter (ou d'avoir arpenté à une époque), un peu à l'instar des Facebook ou Myspace actuels.
    Au final, il n'est pas étonnant que plus de 90% des inscrits soient inactifs : SL est incontestablement un centre commercial virtuel géant, non un jeu (c'est comme ça que beaucoup auraient voulu le voir au départ). Trop vite dépassé techniquement et trop "réel" dans son ambiance pour être perçu comme un jeu, il en demeure pourtant très intéressant par ses énormes possibilités et sa facilité de prise en main.
    En tant qu'E-consommateur, je m'imagine très bien aller faire les boutiques virtuelles en 3D de quelques revendeurs de matériel informatique ou de livres, me téléportant de l'une à l'autre, comparant les produits de visu, et interpellant un avatar de E-vendeur pour lui demander une E-réduction ! :)
    Peut-être pas dans Second Life, mais dans son successeur, qui sait... Le concept paraît trop lucratif pour ne pas se voir réutilisé à l'avenir.

  • koxinell
    koxinell     

    Un peu de scepticisme quant à l'analyse de la dame.
    Si elle a bien raison en ce qui concerne la désertion des entreprises (car la plupart n'avait rien compris au principe d'un univers virtuel), il me semble qu'elle dérive un peu sur d'autres points :

    - "Les utilisateurs sont là pour faire de l'argent" : moins de 4% des avatars sur Second Life ont un revenu significatif (au delà du SMIC) et pratiquement aucun en France. Tous les autres sont là pour rencontrer, échanger, créer ou s'amuser sans aucun but lucratif

    - "Mauvaise ergonomie et prise en main à l'époque du test" : c'était il y a 2 ans ! Depuis toute l'interface a évolué et est proposée totalement en Français, tout comme le site officiel. Enfin de nombreuses structures d'accueil aux nouveaux francophones permettent à présent d'offrir une expérience réellement positive pour un premier contact. Revenez voir, vous serez surpris.

    - "Manque de contrôle du site, et de sécurité" : De quoi parlons nous ? Linden Lab contrôle parfaitement l'environnement, et vient de proposer un nouveau règlement qui va définitivement séparer les contenus de type "adulte" du reste.
    Concernant la sécurité et la confidentialité, j'aurais beaucoup plus d'interrogations concernant facebook qui propose d'exposer notre vie privée au monde entier, plutôt que Second Life qui permet de conserver un anonymat absolu.

Votre réponse
Postez un commentaire