En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

« Si l'intercontrat disparaît, les SSII seront sans intérêt »

« Si l'intercontrat disparaît, les SSII seront sans intérêt »
 

L'arrivée du chômage partiel dans le secteur informatique a suscité d'assez vives réactions de la part de nos lecteurs. La perspective que ce type de mesure puisse se généraliser?

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Lapda
    Lapda     

    Ils veulent te garder oui et non. Lors des entretiens annuels, quand tu leur dit que ton salaire n'est plus en adéquation avec tes compétences, il n'y a jamais personne, il faut changer pour gagner ce que tu vaux sur le marché. (ou poser ta dem et l'expliquer quand on te rappel )

  • brousse.ouillisse
    brousse.ouillisse     

    Tout cela revient à considérer que les personnels ne sont utiles que quand ils sont chez un client. Et la formation, alors ? Et le travail sur des chantiers internes ? Beaucoup de problèmes des SSII viennent de l'absence de vrai management des ressources (humaines), d'absence de vision stratégique, d'absence de mordant commercial (et d'absence de souplesse chez certains employés qui ne veulent pas se former à d'autres métiers et s'accrochent à leur expertise, parfois sans raison).
    Dans ce cas là, autant rester chez nous et nous inscrire sur www.Odesk.com, le plus grand supermarché de compétences informatiques du monde (Ukraine, Inde, Chine, Colombie, Mexique, vive la mondialisation).
    Qui peut sortir gagnant d'un tel modèle ?
    Certainement pas les entreprises moyennes, ayant un tissu de client locaux. Car "nos emplettes sont nos emplois" et...vice versa !

  • tootot
    tootot     

    C'est le prix à payer pour les SSII pour avoir des gens compétents à dispositions pour des missions de courtes durées? Entre chaque mission si les SSII ne veulent pas voir leur compétences s'en aller, elles les gardent, à charge pour elles de trouver une autre mission rapidement. Elles se payent grassement sur le dos du salarié (4 à 6 fois le salaire) en contrepartie.

  • MiltonB
    MiltonB     

    Montez-vous en coopérative
    Evitez les intermédiaires
    Tenez comptoir sur le Web

  • ak47r2d2
    ak47r2d2     

    Exactement, en intercontrat on est payé à ne rien faire, car on est un vrai salarié, et pas juste un intérimaire. Les SSII, c'est un peu de l'intérim de luxe, quelque part...

  • sole mio
    sole mio     

    "Si l'intercontrat disparait, les SSII seront sans intérêt..."
    A priori les SSII sont des sociétés comme les autres, et dans ce cadre là pourquoi n'auraient-elles pas accès au chômage partiel, dans les mêmes conditions que les autres entreprises touchés par la crise (l'automobile, ses sous-traitants...). Dans les autres sociétés on est bien souvent licenciés, alors le chômage partiel peut être une mesure intéressante en permettant de conserver dans la société les forces vives de l'entreprise tout en diminuant l'impact de la non-facturation de leur travail.

  • Lonepsi
    Lonepsi     

    On est payé à rien faire entre 2 missions ?

Votre réponse
Postez un commentaire