En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Smile compare les progiciels de gestion open source

Smile compare les progiciels de gestion open source
 

La SSII française privilégie les PGI Open ERP, Openbravo et Neogia. Compiere et ERP5 ne sont pas jugés assez communautaires.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Noad
    Noad     

    De quelle documentation parlez-vous? Est-ce celle-ci
    http://wiki.openbravo.com/wiki/index.php/User_Manual_2.3/Import_Data
    Si c'est le cas, aucune explication détaillée ne nous est fournie dans "Import EDI file" comment doit-on procéder?
    Merci d'avance

  • Raphaël Valyi
    Raphaël Valyi     

    On peut débattre librement de tous les aspects de ce comparatif des ERP open source, et nous pouvons nous tromper peut être, sur certains points, mais mettre en cause notre intégrité est choquant. Si vous invoquez des inexactitudes factuelles, alors dites-nous précisément lesquelles.

    Comme nous le disons dès la préface du livre blanc, Smile a signé des partenariats avec des éditeurs ERP APRES la phase d'étude, préalable à la rédaction de notre livre blanc, et pas AVANT. C'est vraiment très incorrect de laisser entendre que notre analyse serait biaisée par ce partenariat, alors que c'est au contraire le partenariat qui résulte de l'analyse. Si nous avions jugé Compiere plus compétitif, nous serions bien évidemment parti avec Compiere plutôt qu'Openbravo et OpenERP; ça n'est simplement pas le cas.

    Nous ne cherchons pas à diminuer les mérites historiques de Compiere qui a ouvert la voie de l'ERP open source. Rappelons que nous reconnaissons à Compiere des vertus de stabilité, de meilleure adaptation aux normes comptables françaises qu'Openbravo en cas de recours à la comptabilité générale native de l'ERP (sans pont). Sans Compiere, Openbravo et même OpenERP n'auraient sans doute pas existé, nous le reconnaissons bien volontiers dès le début du livre blanc.

    Nous expliquons simplement à nos lecteurs que le business model assumé par Compiere est éloigné des business model 'open source' en dépit de la licence GPL. Il s'agit ici de leur éviter toute méprise et en aucun cas de décrier ce business model sans doute aussi respectable que n'importe quel autre modèle propriétaire.

    En effet, le simple accès au code source n'est qu'un aspect des coûts d'intégration, il ne représente peut être que 50% du bénéfice d'une solution open source, les autres 50% étant le partage des coûts entre contributeurs tierces, dont le système de modules d'OpenERP est une illustration éloquente.

    Ce que nous décrions en fait, c'est la faible activité du forum publique de Compiere, la fuite de la communauté historique vers le fork Adempiere et d'une manière générale le faible niveau des contributions tierces, seules aptes à mutualiser les coûts de développement pour aboutir à des solutions réellement moins chères que les solutions propriétaires car les verticalisations sont alors financées par des assiettes plus larges.

    En termes de contributions tierces, notre analyse est que Compiere est loin de recevoir des contributions tierces open source aussi significatives que la couche web eTiny pour OpenERP par exemple. Du moins s'il y en avait, alors Compiere devrait s'attacher à les montrer car nous ne les avons pas vues. La couche web GWT, financée par Compiere, n'est pas diffusée en open source, et c'est un réel problème car aujourd'hui c'est le mode d'accès web qui est le plus souvent demandé dans les entreprises. Certes, il n'est pas anormal que l'investissement de Compiere sur ce développement soit rentabilisé, mais il faut bien admettre qu'on n'est plus ni dans une licence open source, ni dans une logique ou une démarche open source. D'une manière générale, les éditeurs qui ont une licence open source pour un sous-ensemble du produit, et une licence propriétaire pour des fonctions clés, nécessaires à une utilisation professionnelle, créent un trouble auprès des clients. L'open source ne doit pas être un appât.

    Le volume de téléchargements est une chose, mais pour envisager un déploiement même le plus élémentaire, il faut accéder à la documentation du produit qui, elle, ne peut pas être obtenue sans payer. Ce n'est pas le cas d'OpenBravo ou de OpenERP. On sait bien que les chiffres de téléchargements ou plus largement d'activité communautaire peuvent être un peu gonflés, mais quand même les forums de OpenERP ou OpenBravo ont plus de 500 posts chaque mois, tandis que ceux de Compiere en ont moins de 200.

    Bien sûr, il est possible qu'il y ait quelques inexactitudes dans notre livre blanc, malgré toute l'attention que nous y avons apporté. Mais des éléments aussi tangibles que la présence ou non de documentation gratuitement consultable ou encore la présence ou non d'interface web open source sont des éléments majeurs, concrets et différenciant, de même que les indicateurs de dynamique communautaire.

    Cordialement,

    NB: concernant les modules EDI, pour répondre à cirnafos, il est certes vrai que certains cas particuliers d'envoi ont été traité tant sur Adempiere qu'OpenERP. En revanche, ces sytèmes ne sont ni génériques, ni adaptés à la réception de message EDI (et donc à leur décodage ce qui n'est pas simple) ce qui est un autre pan non négligeable du problème. Donc oui on peut s'en sortir au cas par cas pour des envois d'EDI avec des coûts d'intégration, mais ce n'est pas aussi sophistiqué que sur des solutions d'ERP haut de gamme ou encore d'"e-preocurement" spécialisées.

  • Bill Freedman
    Bill Freedman     

    L'open source permet de créer d'excellents produits. Et l'open source est aussi un modèle basé sur le principe de transparence...

    Cet article cite Raphaël Valyi qui fait des déclarations incorrectes sur plusieurs solutions ERP open source (y compris Compiere). L'auteur ne dit pas que M. Valyi est un partenaire Openbravo et que, par conséquent, il possède des relations commerciales avec Openbravo qui nuisent à son objectivité.

    Compiere est développé et utilisé par une large et vivante communauté d'utilisateurs, développeurs, professionnels des ERP et sociétés partenaires. Il a été téléchargé plus de 1,35 million de fois en 7 ans et est employé dans un nombre important d'entreprises.

    J'encourage chacun à évaluer Compiere sur base de ses mérites et non sur base d'affirmations discutables d'un intégrateur Openbravo.

    Bill Freedman
    Compiere, Inc.

  • cirnafos
    cirnafos     

    OpenErp supporte l'EDI, il suffit juste de lire la documentation...

Votre réponse
Postez un commentaire