En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

SSII et éditeurs gardent le sourire malgré la morosité ambiante

SSII et éditeurs gardent le sourire malgré la morosité ambiante
 

Croissance 2007 de 6,5 % et bonnes perspectives pour 2008, le marché des logiciels et des services est en forme selon le Syntec.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • 2S2I
    2S2I     

    La Tribune.fr - 28/03/08 à 8:44
    "On ne peut parler de pénurie de cadres informaticiens", affirme le DRH de Capgemini

    Alors que le Syntec informatique présente aujourd'hui le bilan de sa politique sociale, Alain Donzeaud, DRH groupe de Capgemini, et aussi président de la commission sociale du Syntec informatique, va à l'encontre du discours ambiant des SSII se plaignant de l'impossibilité de recruter les compétences dont elles ont besoin. Par ailleurs, il s'oppose au contrat de mission prévu par l'accord patronat-syndicat sur la modernisation du marché du travail.

    Les SSII se plaignent systématiquement de la pénurie de cadres. En tant que DRH de Capgemini, ressentez-vous cette pénurie ?

    De façon globale, non. Nous sommes parvenus à recruter en 2007 en France, 4.500 nouveaux cadres, ce qui est un volume dans la lignée des années précédentes. Aussi, je pense que l'on ne peut parler de pénurie, que pour quelques métiers très spécifiques comme les architectes, les chefs de projets ou les spécialistes ERP. En revanche, il est vrai que nous ressentons des difficultés à recruter. Les jeunes diplômés ne se dirigent pas volontiers vers les métiers de services comme les nôtres. Et, parmi eux, les jeunes ingénieurs optent aujourd'hui volontiers pour les métiers de la finance.

    Ces jeunes ne sont-ils pas non plus rebutés par la possibilité d'être recrutés en contrat de mission, pour une durée ponctuelle, depuis que cette option a été ouverte par l'accord sur la modernisation du contrat de travail signé par le patronat et quatre organisations syndicales, qui devrait passer rapidement dans la loi ?

    Une telle mesure pouvait être utile en 2003, lorsque le niveau des affaires était très bas. Elle aurait pu permettre de faciliter des reprises plus rapides. Mais aujourd'hui, alors que la croissance est soutenue, cette mesure n'apparaît pas, pour notre secteur en général et Capgemini en particulier, comme un facteur d'attractivité et son application rendrait les recrutements difficiles. Je vous rappelle que notre secteur regroupe 350.000 salariés dont 98% sont en CDI. Imaginez que nous proposions aux jeunes diplomés des CDD de projet.

    Plus globalement, que pensez-vous de cet accord et plus globalement des mesures prises par le gouvernement récemment ?

    Cet accord a le mérite de bien traiter un certain nombre de sujets, même si dans certains autres on souhaiterait voir le monde du service à valeur ajoutée mieux pris en considération. Certaines mesures gouvernementales récentes nous posent des problèmes d'application. Ainsi, nous rencontrons des difficultés pour appliquer les mesures de défiscalisation et "désocialisation" des heures supplémentaires à une partie importante de nos salariés. Nous tentons de faire préciser les modalités qui nous concernent.

    Propos recueillis par Pascal Junghans
    Lien permanent vers cet article : http://www.latribune.fr/info/IDECDF2C0FB616B071C1257413003400CC

  • Pschitttt
    Pschitttt     

    Effectivement... vous avez raison... et pour la pénurie d'informaticiens, ils oublient de dire que le secteur informatique fait parti des domaines les plus dévastés par le taux de chomage... que le milieu est pas très motivé pour embaucher quelqu'un à 35 ans... que l'on ne cherche pas à former les gens non plus... mais bon c'est le Syntec, ils ont pignon sur rue auprès des médias, et n'allons pas trop contre leurs idées et leur propagande...

  • adsds
    adsds     

    je cite "Les salariés ne passent plus d'une entreprise du secteur des logiciels et services à une autre, mais pour aller chez le client"

    C est bien d avoir compris ou son personnel se casse. Dans 10 ans ils auront compris la cause (ie se comporter comme un marchand de viande)

Votre réponse
Postez un commentaire