En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Suicides à France Télécom : le rapport qui accuse

Suicides à France Télécom : le rapport qui accuse
 

Le rapport de l'inspection du travail sur les suicides à France Télécom est accablant pour la direction de l'entreprise, selon Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • Nacyl
    Nacyl     

    Le monde du travail marche sur la tête et souffre d'une maladie auto-immune qui constitue à broyer et détruire son propre muscle à savoir ceux qui "mettent les mains dans le cambouis" à grands coups d'objectifs fumeux qui, au final, ne visent qu'une chose, augmenter les revenus de certains (Dirigeants et actionnaires pour ne pas les citer...).
    Le tout relayé par une chaîne de commandement qui ne va certainement pas se désavouer et qui fait que ceux qui sont en bout de chaîne se retrouvent isolés et broyés par le système.
    Et c'est la même chose dans le public et le privé !
    Toujours plus avec toujours moins...
    Ca donne envie de mettre ça à fond :
    http://www.youtube.com/watch?v=9SPNrtddr-I

  • gafkhubbe37
    gafkhubbe37     

    Je tiens à rappeler 2 petits points très souvent oubliés par les fonctionnaire.
    Ce que nos amis de FT découvre du monde privé est loin, très loin d'être une nouveauté. Ce rythme de travail pour les cadres est "standard" dans le privée. Perso, je n'ai jamais travaillé dans le public et par conséquent je ne connais que ca.
    La notion d'"heures supplémentaires" n'existe pas dans le code du travail pour les cadres. Or il y a 24h dans une journée...
    De plus, la mise en place d'objectifs annuels avec suivi sous pression et stress est plus que normale dans le privée. Le privée paye souvent mieux mais c'est "au détriment de".
    Voila.

  • obmobmobm
    obmobmobm     

    J'ai l'air d'être trop exclusif dans mon msg précédent. Mais pour les fonctionnaires aussi c'est dur, car la hiérarchie essaie de les pousser à partir d'eux-mêmes pour en réduire le nombre. Et ils emploient tous les moyens pour ça.
    Et c'est pas que FT : regardez l'éducation nationale, la poste, etc... Il y a une vraie politique de chasse aux fonctionnaires, de nivellement du service public par le bas, et au final quand il n'y aura plus assez de gens pour remplir les services on dira qu'il faut privatiser car avec le public ça marche pas, mais ça sera le résultat d'une politique délibérée.
    Et l'ennui dans tout ça c'est qu'on paie toujours plus d'impôts alors qu'ils devraient réduire puisque moins de fonctionnaires. Et on va en payer de plus en plus. Pourquoi ? Parce que l'argent public est employé à rattraper les erreurs du privé (subventions à tire l'arigot pour des boîtes qui s'implantent et négocient plein d'avantages avant de licencier et partir qq années après pas assez longtemps pour avoir amorti l'investissement public ; et maintenant les milliards pour juguler la crise dues aux financiers...).
    Bref belle mentalité libérale qui détruit toute la société et tout le tissus social car à des méthodes de merde qui ne servent qu'à qq rares privilégiés en haut de la pyramide.

  • obmobmobm
    obmobmobm     

    Je suis pas chez FT ni dans le public, mais je comprends tout à fait ce que vivent les gens de FT. Je parle de ceux qui sont sous statut privé et qui bossent et qu'on pressure jusqu'à les faire exploser. Ce changement radical dans la manière de travailler au sein de la même boîte. Moi je subis la même chose suite à une fusion. Et en ces temps de crise on essaie de s'accrocher comme on peut en attendant que ça passe, dans l'espoir que l'emploi redémarre vraiment et qu'on puisse se casser pour retrouver ailleurs car ce n'est plus supportable là où on est, car on est dirigé par des cons.
    Faut effectivement essayer de s'impliquer le moins possible pour ne pas trop en souffrir, mais force est de constater que c'est vraiment dur et les journées et les semaines sont vraiment longues et pénibles et crevantes psychiquement et même physiquement.
    Difficile dans ces conditions d'avoir le moral.
    Et encore j'ai la chance d'avoir des collègues qui sont biens mais malheureusement quand on reçoit toute cette pression du haut avec son lot de contradiction et de contretemps, c'est une bien maigre consolation. Alors j'ose même pas imaginer comment c'est quand ça se passe mal avec les collègues.
    Courage les gars, vous n'êtes pas seuls. Essayez de prendre un bon week-end pour penser à autre chose, faire vraiment le vide, une bonne grosse coupure, pour vous prouver à vous-même que la vie c'est pas ça et y repenser dans les moments difficiles pour tenir.

  • ré-geek
    ré-geek     

    Pour les heures, tu parles des ouvriers genre pompiers, flics ou autre fonctionnaires, mais quand tu es cadre manager à FT, statut privé pressé par le DRH pour jouer les coupeurs de têtes et que tu ne compte pas tes heures sans rattrapage ou paiement, là tu comprends. Dommage qu'il ait des gens fonctionnarisés et encore bornés!

  • 123 et puis tout fou..
    123 et puis tout fou..     

    bien vu
    j ai 1 pot a edf idem il me dit qu il a honte lors des greves car in n en branle pas une ...
    ainsi va la france, ...

  • Prosper714
    Prosper714     

    je travaille moi-même dans une entreprise semi publique tentaculaire qui brutalise psychologiquement ses employés (à tous les niveaux d' ailleurs). Cette atmosphère est en grande partie due à l'influence de certains consultants en management ayant convaincu nos décideurs d' appliquer des méthodes de management anglo-saxones basées sur une utilisation massives de statistiques, relevés de performances, unit costs etc...
    Les managers sont eux mêmes mis sous pression, mettent sous pression leurs subalternes. La philosophie du chacun pour soi et de la défense égoiste de son territoire s'installe. Chacun perdant de vue d' ailleurs l' intérêt général de l ' entreprise.
    Quand les choses évoluent de cette manière il faut prendre du recul par rapport à son travail, se contruire et trouver une estime de soi en dehors du travail. il faut considérer que l' on met à la disposition de l' entreprise ses compétences (bien souvent une toute petite partie seulement malheureusement) moyennant salaire et dans un temps limité de sa journée. Une fois la journée de travail terminée il faut apprendre à deconnecter, par exemple en faisant du sport ou tout autre loisir. Il faut absolument refuser de porter sur ses épaules les décisions erronées ou les incohérences de son entreprise car après tout ce n' est pas forcément notre problème. Il faut acquérir cette mentalité de "mercenaire" et ne pas s' attacher outre mesure à son entreprise. Du moins en apparence.
    Ceci ma recette. Elle marche plutôt bien. Je suis vraiment navré que des personnes se suppriment à cause de leur travail. Cela n' en vaut pas la peine.
    Bon courage à toutes et à tous !

  • No more
    No more     

    Ayant été marié à une personne travaillant chez Orange pendant plusieurs années. J'en ai plus que ras le bol que les fonctionnaires de cette entreprise Orange ou FT se plaignent sans arrêt alors qu'ils ne foutent strictement rien. Et que les uns comme les autres profitent de nombreux avantages. Il serait bien que ces gens là fasse état de leurs nombreuses primes et avantages en tout genre , ainsi que de leurs horaires de travail. Je pense que les infermiers (ères) , pompiers, policiers ont par exemple des travails bien plus difficiles et moins bien rémunérés que ces gens là , qui dès qu'ils ont un petit travail à faire sont débordés. Dois-je rappeller que ce sont nos impôts qui payent ces gens là.

  • bezons
    bezons     

    Il serait juste de se demander qui est à l'origine de ces methodes de management.cherchez un peu dans les anciens dirigeants de FT ,ce sont eux qui ont mis en place ces methodes et allez voir ce qui se passe dans les entreprises ou ils sont actuellement . no comment

  • ré-geek
    ré-geek     

    Depuis juin 2008 je suis en arrêt, suite à une tentative de suicide qui ma physiquement et psychologiquement marqué à vie: 2 passages en comité médical FT: pas un n'a accepté ma demande de congé longue durée, je suis depuis en recours National: pas de psy aux comités médicaux de FT.
    FT (France Télécom) a une armée de médecins du travail qui s'occupent des "gamma gt" plutôt que de la santé psychique de ses employés, je suis bien placé pour le savoir, preuves à l'appui.
    Jamais dans leurs comités médicaux il y a la présence d'un psychiatre: ce qui prouve l'insolence de FT et tous ces suicides.
    France Télécom ne connait pas la psychiatrie:
    Dommage, il n'aurait pas eu tous ces suicides:
    FT est coupable à 100%

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire