En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Alain Garnier
 
Alain Garnier - Alain Garnier

Qu'est-ce qui empêche les autorités américaines de récupérer les données des entreprises françaises utilisant des services Saas américains comme Google, Microsoft Office365 ou SalesForce ?

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • mathieudestrian
    mathieudestrian     

    Article très intéressant.
    PRISM, Patrioct Act et Droit US des données sont autant de véritables bombes pour l'économie US qui pourrait souffrir de voir des clients enfin réveillés se désinscrire des Google, Facebook & Co.
    Je partage vraiment l'avis sur les donneurs d'ordre qui acceptent d'utiliser des solutions US avec tout ce que l'on connait déjà, et surtout ce que nous ne savons pas encore et que nous ne saurons jamais...
    On peut alors se demander. Est-ce que la France ou l'Europe fait mieux? Pas forcément simple de répondre à cela mais notre droit et notre vision de ce qui est privé et de ce qui ne l'est pas sont des éléments qui peuvent rassurer, sans toutefois que ce soit la panacée.
    Mathieu Destrian
    Président d'Intellinium SAS plateforme collaborative sécurisée

  • Solofo
    Solofo     

    Alain Garnier pose ici des vraies questions stratégiques aux entreprises et non seulement aux européennes: la protection de leurs données qu'elles soient hébergées dans leur pays d'origine ou non. Le scandale PRISM a délié les langues mais il serait naïf de croire que nos gouvernants respectifs (même en France) se privent de telle pratique vis-à-vis des opérateurs "cloud" locaux.

    D'autre part, il serait illusoire pour les entreprises de ne pas exploiter les avantages procurés par les services en "cloud" sous prétexte que leurs données ne soient pas à l'abri étant stockées ailleurs que chez elles.

    L'enjeu et surtout le jeu consistera dorénavant à définir une stratégie de répartition des données selon ses propres objectifs business et ce dans un périmètre de risque de confidentialité acceptable par l'entreprise.

    Du beau travail en perspective pour les architectes de services en cloud dotés de sens "business" et de compréhension des enjeux géostratégiques pour l'entreprise; des oiseaux rares néanmoins :)

  • yt75
    yt75     

    Pas exactement le même sujet mais extrêmement proche, lié, et tout aussi important si ce n'est plus.
    Il n'y a aucune fatalité technique (et encore moins légale) à la goinfrerie actuelle d'informations personnelles sur les "profils utilisateurs", ni à l'utilisation de vrais noms plus ou moins imposée, etc.
    Et -aucun besoin d'ID unique- partagé entre les services par utilisateur.
    Par contre clairement besoin d'un nouveau rôle, d'une notion de "sphère privée" ou compte pour les données clés, séparation des rôles, plusieurs organisations dans le rôle, et possibilité de déménager.
    D'autre part aucune loi "défensive ou contraignante sur l'existant" ne fonctionnera.
    http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/
    (IDeNum : dossier repris actuellement par F Pellerin)

Votre réponse
Postez un commentaire