En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un livre choc sur les conditions de travail en SSII

Un livre choc sur les conditions de travail en SSII
 

Un journaliste spécialisé dans les questions sociales dénonce la précarisation des ingénieurs informaticiens. Les SSII servant, selon lui, de « laboratoire du recul social ».

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

26 opinions
  • SQLpro
    SQLpro     

    Oui ! Hélas...

  • FM75
    FM75     

    Livre moyen et caricatural… on prend des chiffres sur le site du munci et dans la presse, on les sort de leur contexte et on en fait des généralités.

    Qui plus est, livre très orienté idéologiquement (extrême-gauche).

    J’ai bien rigolé en lisant la charge (sans aucune argumentation entre parenthèses) contre le modèle freelance, pourquoi l’auteur se permet-il de juger ce qui est bon ou pas à la place des autres ? Je suis très heureux d’etre indep pour ma part et d’avoir quitté le monde souvent pourri des SSII !

    L’auteur n’est-il pas lui-même un journaliste… indépendant ? Qu’est-ce qu’il attend lui-même pour être salarié… puisqu’il ne jure que par le salariat ??!

    Bref, pour moi ce livre est surtout de la récupération à bon compte. Inutile de le lire si vous suivez le très bon site du munci, il ne vous apprendra rien d’autre.

  • Escape Tiger
    Escape Tiger     

    Nous souhaitons la meilleure des carrières à SQLpro et HDTH...
    Quant à moi, bientôt 30 ans dans le circuit, et bien un bouquin comme çà, me permets de discuter avec des non-Informaticiens et de me faire enfin comprendre!
    On ne pourra pas dire après qu' on ne savait pas, Bravo à Nicolas Séné.

  • Maubexy
    Maubexy     

    j'ai l'impression que certain commentaires sorte du cadre du problème
    l'histoire n'est pas de savoir si les "manager" se font du fric sur le dos des informaticiens, c'est sur que oui c'est + ou - le principe d'une entreprise , mais plutôt dans quel conditions on en demande toujours plus au bout de la chaine en lui retirant les moyens de les réaliser...

    subir du harcèlement moral parce que je refuse de finir chaque jour à plus de 18h pour préserver ma vie privée,
    me faire traiter de moins que rien parce que mes applications sont bugué alors que l'on ne me donne pas les moyens d'y remédier : travailler sans spécifications puis sans test avec des délais souvent deux fois inférieurs au temps nécessaire sur des applications déjà toute buguée parce que le développeur d'avant travailler dans les mêmes conditions et qu'il n'a pas pu laisser de documentation, faut pas s'étonner après du peu de qualité du résultat ...
    et puis après me dire que ce n'est pas normal de ne pas etre motivé par mon super job de cadre , c'est le pompom
    vous trouvez ca normal vous?

  • HDTH
    HDTH     

    Le rapport au travail est d'abord ce qui conditionne nos comportements. Si on part du postulat que actionnaire = profiteur, manager = tortionnaire, entreprise = le mal, et salarié = dindon de la farce, alors oui, on peut écrire le livre noir sur les conditions de travail en SSII et dénoncer, dénoncer, dénoncer.
    Si on regarde autrement le monde, et qu'on voit l'actionnaire comme vous et moi cherchant à gagner de l'argent sur son investissement (il faut payer les retraites les gars), son manager comme une femme ou un homme avec ses défauts (ses qualités), qui demain peut se faire virer encore plus vite que vous et l'entreprise comme celle qui essaie de s'en sortir ou mieux qui crée des richesses, des emplois, alors on peut réagir différemment.
    On peut vivre son job comme une richesse, une occasion de s'enrichir intellectuellement si ce n'est pas financièrement, pas comme une dépendance à un manager avec qui vous n'arrivez pas à discuter. Combien ont essayé de discuter réellement avec leur manager pour comprendre ses motivations, au lieu de se contenter de râler ou pire de se taire en ruminant ? Pas beaucoup à mon avis
    On peut donner beaucoup à condition de penser d'abord à soi (Jean Hug). Celui qui donne à l'entreprise sans penser à lui, celui-là sera malheureux.
    On n'est pas obligé d'accepter de se faire pressurer (Driskell). Faire ce qu'il faut pour avoir la paix, aussi loin que je me souvienne j'ai toujours eu des contraintes qui me gonflaient comme celle de remplir mon CRA ou de faire un reporting que personne ne lit. Mais garder le plus clair de son temps pour faire ce qu'on aime, je n'ai pas dit surfer sur le web 30 heures par semaine, je dis travailler en faisant ce qu'on aime, aimer ce qu'on fait, c'est le secret d'un travailleur heureux (SSDisoui). Ca se mérite, ça vaut le coup de chercher.

  • Wrong Orwell
    Wrong Orwell     

    Exact: ce que font les Américains en 48h, on les fait en 35. On est les meilleurs en productivité. Hélas, les imbéciles ont le droit de vote dans les démocraties. Leur grammaire et leur orthographe me désole.

  • Driskell
    Driskell     

    Le fait de remettre en cause un certain nombre d'injustices (les inégalités de salaire, par exemple, mais ce n'est qu'un exemple) ne signifie pas qu'on ne veut pas bosser.

    Vos propos manquent cruellement de nuance, soit dit sans vouloir vous offenser. Il ne me semble pas que le monde se divise entre ceux qui veulent bien travailler et les autres.

    Et je ne vois pas ce que les RTT viennent faire là-dedans. Les travailleurs français sont parmi les plus productifs au monde, c'est la raison pour laquelle l'investissement étranger n'a jamais baissé : http://www.statapprendre.education.fr/insee/invest/combien/tendances2.htm

    "Notre pays" n'est donc pas vraiment un problème. Je pense qu'on peut raisonnablement avoir des entreprises rentables sans pressurer les salariés. Je ne vois pas ce qui vous choque là-dedans.

  • SSdisoui
    SSdisoui     

    Oui ..tout..tout de suite...tes études, tu les à faites pendant combien de temps..et t'as était récompensé après combien de temps de recevoir ton diplôme sérieux?dierct en t'inscrivant à la FAC peut-être??Allé s'il te plaît pose tes RTT tu as raison

  • SSdisoui
    SSdisoui     

    Oui ..tout..tout de suite...tes études, tu les à faites pendant combien de temps..et t'as était récompensé après combien de temps de recevoir ton diplôme sérieux?dierct en t'inscrivant à la FAC peut-être??Allé s'il te plaît pose tes RTT tu as raison

  • ALTRANaze
    ALTRANaze     

    Les salariés des SOCIETES D'INGENIERIE perdent en pouvoir d'achat chaque année, les salaires moyens baissent car les salaires d'embauche sont de plus en plus bas, ça en est à un point où les jeunes embauchés en 2010 perçoivent le même salaire d'embauche que moi 11 ans plus tôt !!

    Lorsqu'on est embauché dans ce genre de boîte, on a très souvent une clause de non concurrence, on ne peut donc pas aller chez les concurrents.
    Mais pire encore, des clauses commerciales existent entre les boîtes qui stipule que les clients n'ont pas le droit de nous embaucher. Donc par exemple AIRBUS ne nous embauchera jamais car il s'y est interdit commercialement.

    Du coup on est coincé, on reste là et on constate chaque année que notre pouvoir d'achat baisse, que les projets sur lesquels on bosse partent en INDE petit à petit car c'est la mode : tout ce qui peut aller en Inde doit y aller, on nous oblige à collaborer à faire partir notre boulot..

    Cela étant les boîtes se portent bien, font des bénéfices et arrivent à une compression salariale sans précédent, à croire qu'elles s'arrangent entre elles pour éviter toute inflation des salaires...
    La plupart des grosses SSII développent leurs filiales en Inde, mettent ainsi en concurrence leurs salariés avec les ingénieurs indiens 3 fois moins chers.

    Il n'y a qu'une seule solution pour inverser cela : la mobilisation.

    Syndiquez-vous les gars : les syndicats c'est peut-être pas parfait mais on n'a rien inventé de mieux pour défendre nos intérêts.

    Et vu comment les choses sont en train de tourner, c'est maintenant ou jamais...

Lire la suite des opinions (26)

Votre réponse
Postez un commentaire