En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Une veille en ligne de la santé des entreprises

567 investissements et 1152 désinvestissements comptabilisés.
 
567 investissements et 1152 désinvestissements comptabilisés. - 567 investissements et 1152 désinvestissements comptabilisés.

Trendeo vient de lancer www.observatoire-investissement.fr, un site pour traquer les investissements et désinvestissements, les plans de licenciements et les embauches de vos concurrents.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • dcousquer
    dcousquer     

    Nous avons deux niveaux de nomenclature qui correspondent aux niveaux de la nomenclature INSEE 2008 en 21 sections et 88 divisions. La section "J-Information et communication" regroupe les divisions "58-édition", "59-Production de films", "60-Programmation et diffusion", "61-Télécoms", "62-programmation et conseil" et "63-autres services d'information".

    L'exemple que vous avez vu sur notre site correspond à la section J (avec des données remontant à avril ou mai), et les données de l'article sont celles de la division "programation et conseil", à fin septembre.

    Bien cordialement.

  • juliette fauchet
    juliette fauchet     

    Ce sujet prête à discussion. J'ai décidé de traiter cette information pour signaler l'existence de ce site. Toutefois en fin d'article je mets un bémol quant au crédit à donner aux chiffres en indiquant que "les chiffres du chomage sont souvent controversés".

  • anti-desinformation2
    anti-desinformation2     

    "Nous ne collectons que des informations publiques, à travers une veille portant sur plusieurs milliers de sources d'information, et ne sommes donc pas limités dans les données que nous pouvons communiquer."

    C'est là que je suis très sceptique : la grande majorité des annonces de recrutements et surtout de suppressions de postes (notamment par démissions, ruptures à l'amiable et licenciements individuels) ne figurent pas dans la presse ou sur des sites publics ! Je ne vois donc pas bien quelles peuvent être vos sources...
    Mais vous avec l'honnêteté de répondre vous-mêmes : "Bien évidemment des données peuvent nous échapper (nos sources étant principalement des sites d'actualité, les petits licenciements, l'auto-entrepreneuriat et d'autres opérations créant ou supprimant, au final, beaucoup d'emplois, nous échappent et continueront à nous échapper)."

    "Sur votre deuxième point, le graphique que vous commentez porte sur le secteur agrégé "Information et communication" alors que les données que nous avons transmises à 01Net ne portent que sur le secteur, plus étroit, de l'édition de logiciel."

    Dans ce cas, de quelle(s) section(s) de la NAF Insee s'agirait-il précisément ? "Edition de logiciels", "Programmation, conseil et autres activités informatique","Traitement de données, hébergement et activités connexes ; portails Internet", ou bien les trois ?

  • dcousquer
    dcousquer     

    Bonjour,

    en tant que responsable du site je voudrais préciser quelques points.

    L'INSEE, la Banque de France ou le Ministère de l'emploi ont bien sûr des données plus complètes que ce que nous pouvons réunir comme information.

    Ces données sont cependant couvertes le plus souvent, notamment à un niveau très fin, par le secret statistique.

    Nous ne collectons que des informations publiques, à travers une veille portant sur plusieurs milliers de sources d'information, et ne sommes donc pas limités dans les données que nous pouvons communiquer.

    Bien évidemment des données peuvent nous échapper (nos sources étant principalement des sites d'actualité, les petits licenciements, l'auto-entrepreneuriat et d'autres opérations créant ou supprimant, au final, beaucoup d'emplois, nous échappent et continueront à nous échapper).

    Sur votre deuxième point, le graphique que vous commentez porte sur le secteur agrégé "Information et communication" alors que les données que nous avons transmises à 01Net ne portent que sur le secteur, plus étroit, de l'édition de logiciel.

    A ce jour, le secteur "information et communication" est à un solde négatif de 200 emplois, avec 9500 empoi supprimés ou menacés et 9300 créés depuis le début de l'année.

    Il y a enfin des plans de licenciement concernant des départements informatiques dans d'autres secteurs (banque, conseil), mais les chiffres sont alors rattachés à ces secteurs.

    De fait, on peut penser que le secteur informatique, même s'il est touché par la crise actuelle, l'est moins que par le secteur automobiel par exemple. Nous avons communiqué par exemple aux Echos un solde net négatif de 34 000 emplois perdus depuis le début de l'année pour la filière automobile, information publiée par le journal le 11 septembre dernier.

  • dcousquer
    dcousquer     

    Bonjour,

    Quelques mots sur ce site dont je suis responsable.

    Sur la nature des évènements recensés :

    Nous sommes attentifs à ne pas confondre les plans de recrutement des ssii qui ne suffisent même pas à remplacer le turn over habituel, et les annonces de renforcement réel des effectifs. Nous n'avons ainsi pas retenu l'annonce en début d'année de recrutements de 1500 informaticiens par une SSII qui emploie plusieurs milliers de développeurs et dont le turn over est autour de 30%/an.

    Sur la notion de secteur informatique :

    les données de 01Net concentrent les sociétés rangées dans la catégorie des "éditeurs de logiciel". C'est un secteur assez étroit. Cela implique que pas mal de plans de licenciements, ou de menaces sur des emplois, d'informaticiens ne rentrent pas dans ce chiffre (notamment des menaces - que nous recensons par ailleurs - de départements informatiques dans le secteur bancaire ou dans celui du conseil).

    Si l'on prend un secteur plus agrégé, (Conseils et services spécialisés, qui comprend les éditeurs de logiciels), le solde est nul depuis le début de l'année (5000 créations et autant de suppressions).

    Enfin, nous travaillons chaque jour à améliorer la qualité de notre couverture des événements, en ajoutant de nouvelles sources d'informations.

  • DS-CGT
    DS-CGT     

    C'est un fait bien connu : les SSII communiquent largement sur leurs (prétendus) recrutements.... mais beaucoup moins sur leurs nombreux licenciements !!!

    C'est ainsi qu'on en arrive à ce genre d'hérésie surréaliste, comme quoi le secteur serait encore créateur d'emplois depuis début 2009 !

    Et puis :
    "Concernant le secteur informatique, ces opérations ont conduit à la création de 1 834 emplois et à la suppression de 854 emplois. Soit 980 emplois net."

    On voit bien que c'est pas sérieux : en 8 mois, il est évident qu'il y a eu plus de 1834 recrutements et plus de 980 suppressions d'emploi dans le secteur ...

    Dommage que 01net n'ait pas fait preuve d'un peu plus de perspicacité sur ces chiffres.

  • Antoine.w
    Antoine.w     

    Je trouve que la création de ce portail est une bonne initiative, surtout en cette période... Merci à la rédaction de 01Net de nous avoir signalé son existence.

  • anti-desinformation
    anti-desinformation     

    Madame la journaliste, je pense qu'il faudrait faire preuve d'un peu plus de discernement et d'esprit critique...

    1. Il est totalement impossible de connaitre les volumes de création ou suppression d'emplois par secteurs d'activités pour un simple site.
    Ces données ne sont connues que par l'Insee et la Banque de France, et encore....

    2. Où avez-vous vu que le secteur informatique serait créateur d'emploi ???
    http://www.observatoire-investissement.fr/creations
    On voit tout de suite que le secteur "Information et communication" a perdu environ 1200 emplois depuis le début de l'année !!!
    Le secteur "Conseil et services spécialisés" est lui-même en perte d'emplois...

    Vraiment on atteint là les sommets de la désinformation !!!

Votre réponse
Postez un commentaire